Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire des sondages de l'Elysée : Claude Guéant mis en examen pour "complicité de favoritisme"

L'ancien ministre de l'Intérieur était entendu au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris depuis 10 heures ce matin.

Justice

Publié le
Affaire des sondages de l'Elysée : Claude Guéant mis en examen pour "complicité de favoritisme"

L'ancien secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a été mis en examen pour complicité de favoritisme dans l'affaire des sondages de l'Elysée ce mardi après-midi. Son audition avait débuté vers 10 heures au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris.

 

Ancien ministre de l'Intérieur et proche de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant est soupçonné d'avoir accordé des contrats sans appels d'offres à partir de 2007 avec les sociétés de Patrick Buisson (Publifact puis Publiopinion) et de Pierre Giacometti.

Ces deux personnes sont également mises en examen, tout comme Emmanuelle Mignon, l'ex-directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy.

 

L'affaire commence en en 2009, lorsque la Cour des comptes relève le caractère "exorbitant" de la convention passée entre l'Elysée et Patrick Buisson. Les sages de la rue Cambon dénoncent un contrat très succinct", qui n'avait pas été soumis aux dispositions du code des marchés publics. Par ailleurs, il donnait à Patrick Buisson "une totale liberté d'appréciation" sur les dépenses à engager". 

 

En novembre 2015, Claude Guéant avait été condamné à deux ans de prison avec sursis et cinq ans d'interdiction de toute fonction publique pour l'affaire des primes en liquide du ministère de l'Intérieur. Les faits remontaient à la période 2002-2004, lorsque Claude Guéant était directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy. Par ailleurs, il est également mis en examen pour faux, usage et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée dans l'affaire des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par raslacoiffe - 23/02/2016 - 16:23 - Signaler un abus Pour complicité seulement ???

    Ah mais oui, le prochain mis en examen on connaît déjà son nom!!! Le pôle financier c'est qui c'est les 2 dames ou bien encore le juge Tournaire ??? A part ça on voudrait nous faire croire que Sarkozy est l'adversaire le plus facile à battre pour Hollande. Quant à M. Le Foll plutôt que de s'occuper du cabinet noir (cf valeurs actuelles) , il ferait mieux d'être un ministre de l'agriculture à temps complet.

  • Par JG - 23/02/2016 - 23:23 - Signaler un abus Et tous les journaleux de gauche..

    devraient être mis en examen pour complicité objective avec les conneries de Mollandouille 1er, grâce aux subsides versés aux journaux (seulement à ceux de gauche, Valeurs Actuelles n'y a pas eu droit....c'est marrant non ???) et aux exemptions d'impôts dont bénéficient les journalistes financés par les autres (ceux qui en payent de plus en plus ... pour en bénéficier de moins en moins)

  • Par JG - 23/02/2016 - 23:24 - Signaler un abus Non mais franchement

    Cet acharnement judiciaire contre Sarkozy et ses collaborateurs, cela tourne au ridicule pour la justice et la presse aux ordres, heureusement que le ridicule ne tue pas, il y aurait une file ininterrompue de corbillards devant le palais de justice et les principaux médias !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€