Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire Rocancourt : Kofi Yamgnane mis en examen pour "trafic d'influence"

Comme le racontait Atlantico il y a plusieurs semaines, l'ancien secrétaire d'Etat PS aurait été sollicité pour intervenir auprès des autorités françaises pour faciliter une régularisation, moyennant paiement.

Enquête

Publié le
Affaire Rocancourt : Kofi Yamgnane mis en examen pour "trafic d'influence"

Kofi Yamgnane à Quimper en 2009.  Crédit jyc1 on Flickr

L'ancien secrétaire d'Etat PS Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue puis mis en examen ce mercredi 29 octobre : il est suspecté de "trafic d'influence" dans le cadre de l'Affaire Rocancourt. En effet, son nom serait apparu au cours d'une enquête menée sur un trafic de cartes de séjour dirigé par Christophe Rocancourt. Comme le racontait alors Atlantico, Kofi Yamgnane aurait été sollicité pour intervenir auprès des autorités françaises pour faciliter une régularisation, moyennant paiement.

Christophe Rocancourt avait déjà été mis en examen le 9 octobre, notamment pour escroquerie, trafic d'influence actif et blanchiment de fraude fiscale.

Il avait aussi été placé en détention provisoire. Sa compagne, l'un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi, l'ex-patron du GIGN Christian Prouteau et un notaire ont également été mis en examen, mais laissés en liberté.

Kofi Yamgnane, détenteur de la double nationalité française et togolaise, a été secrétaire d'Etat aux Affaires sociales et à l'Intégration de 1991 à 1992 puis à l'Intégration de 1992 et 1993, dans les gouvernements Cresson et Béarégovoy. Il a ensuite été député PS du Finistère de 1997 à 2002. En 2010, il a voulu se présenter à la présidentielle togolaise, mais la cour constitutionnelle du pays a rejeté sa candidature.

A LIRE AUSSI - Kofi Yamgnane impliqué dans l'affaire Rocancourt : quand Le Monde reprend l'information et oublie de citer Atlantico

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€