Mercredi 23 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire Merah : le deuxième gardé à vue a été relâché

Présentés comme des proches du tueur, les deux hommes interpellés mardi à Toulouse sont désormais en liberté.

L'enquête se poursuit

Publié le 2 février 2013
 
Les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah a agi seul ou a bénéficié de complicités.

Les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah a agi seul ou a bénéficié de complicités.  Crédit DR

Les deux hommes qui avaient été interpellés mardi, à Toulouse, dans l'sur les complicités dont a pu bénéficier Mohamed Merah, ont été remis en liberté. Le premier, âgé de 30 ans, avait été relâché jeudi soir. Le second, âgé de 28 ans, l'a été ce samedi matin. Tous deux étaient présentés comme proches de Mohamed Merah, le tueur à scooter de Toulouse et Montauban, et de son frère Abdelkader, seul mis en examen dans le dossier et incarcéré. Ils avaient été arrêtés mardi à l'aube dans le quartier du Mirail. L'un appartient au milieu salafiste toulousain, l'autre au "groupe de L'Artigat" (filière irakienne) auquel appartiennent Abdelkader Merah et Souad, sœur du tueur.

Les enquêteurs cherchent à savoir si Mohamed Merah, qui a tué trois militaires puis trois enfants et un père de famille juifs entre le 11 et le 19 mars, a agi seul comme il l’avait affirmé aux policiers lors du siège de son appartement à l’issue duquel il a été tué le 22 mars 2012. Début décembre, un homme converti à l’islam radical, autre connaissance des Merah, avait déjà été placé en garde à vue avant d’être relâché sans faire l’objet de poursuites.

Mardi soir le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a reçu les familles des victimes militaires et leurs avocats qui s’interrogent sur les complicités dont il a pu bénéficier Mohamed Merah. "La coïncidence entre ces interpellations et le rendez-vous avec le ministre est troublante", a réagi Me Samia Matouf, avocate de la famille d'Imad Ibn Ziaten, le premier militaire tué par Merah, en rappelant avoir "appelé à la prudence" à l'annonce des ces interpellations. Elle déplore qu'"aucun complice de Merah n'ait encore pu être mis en cause près d'un an après les meurtres". L'avocate "souhaite que l'on n'utilise pas la douleur des familles pour des effets d'annonce".

 

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par walküre - 03/02/2013 - 13:01 - Signaler un abus Ca patauge

    dans la choucroute apparemment...

  • Par Atlante13 - 03/02/2013 - 11:08 - Signaler un abus De l'esbrouffe et de la manipulation

    Bravo, mr le ministre, depuis votre arrivée au pouvoir vouis n'avez eu qu'un but, discréditer la police et Sarkozy avec l'affaire Merah.
    Petit homme.

  • Par Terranostra - 02/02/2013 - 16:16 - Signaler un abus C'est bien mon avis aussi......

    Valls s'est livré à une manipulation de l'opinion publique en instrumentalisant la douleur des familles. Il a fait pire que Nicolas Sarkozy.

  • Par carredas - 02/02/2013 - 15:44 - Signaler un abus Les effets d'annonce

    "La coïncidence entre ces interpellations et le rendez-vous avec le ministre est troublante", a réagi Me Samia Matouf, avocate de la famille d'Imad Ibn Ziaten, le premier militaire tué par Merah(...) L'avocate "souhaite que l'on n'utilise pas la douleur des familles pour des effets d'annonce".
    Je partage complètement cet avis...

Fermer