Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire Maurras : la quasi totalité des membres du Haut-Comité des commémorations nationales claque la porte

Dix des douze membres du Haut-Comité des commémorations nationales ont fait part dans une lettre ouverte de leur démission collective à Françoise Nyssen.

Camouflet

Publié le
Affaire Maurras : la quasi totalité des membres du Haut-Comité des commémorations nationales claque la porte

Pas de Charles Mauras… mais aussi (presque) plus de comité. Ce mercredi, dix des douze membres du Haut-Comité des commémorations nationales ont fait part dans une lettre ouverte de leur démission collective à Françoise Nyssen. La raison de cette poussée de fièvre spectaculaire ? La ministre de la Culture avait retiré le nom de Charles Maurras du Livre des commémorations nationales 2018. Ce volumineux ouvrage recense les dates marquantes de l'histoire de France, et 150e anniversaire de l'écrivain faisait partie de la liste.

"La décision que vous avez prise de retirer le nom de Charles Maurras de la longue liste de faits mémorables établie par notre Haut-Comité au titre de l'année 2018 –après l'avoir d'abord ratifiée par une préface élogieuse- et d'interrompre la diffusion du Livre des commémorations nationales nous rend impossible, à notre plus vif regret, de continuer de siéger dans cette instance", ont indiqué les démissionnaires, parmi lesquelles figurent l'historien et ancien ministre Jean-Noël Jeanneney, mais aussi l'historien Pascal Ory. Le courrier revient sur la "distinction essentielle" entre commémorer et célébrer. Seule la présidente du Haut-Comité, l'Académicienne Danielle Sallenave et Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuelle de l'Académie des sciences, n’ont pas souhaité signer cette lettre.

Charles Maurras, mort en 1952, était un écrivain et journaliste, théoricien du "nationalisme intégral".  Après la Seconde Guerre mondiale, il avait été condamné pour intelligence avec l'ennemi à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 22/03/2018 - 10:13 - Signaler un abus Le totalitarisme de gauche à l'oeuvre,

    voila que des singes savants de gauche décident encore de ce qui est bien ou mal dans l'histoire de France. La c***erie n'a décidément pas de limites. On va aussi supprimer Camus, car il a été communiste? et Sartre, car il a cumulé, nazi et communiste? etc...

  • Par vangog - 22/03/2018 - 10:48 - Signaler un abus Confondre "commémorer" et "célebrer"...

    c'est bien la maladie du "socialisme inversé"..pas grave! rien que du normal...Bon ben, pour faire la pige aux socialistes inversés, on va relire le théoricien du ""nationalisme intégral" (pour nous autres, patriotes sans idéologie, le terme "national" se suffit à lui-même...)

  • Par BABOUCHENOIRE - 22/03/2018 - 15:19 - Signaler un abus Mais pourquoi les medias permanents n'en parlent pas ,ils

    préfèrent nous rabâcher le feuilleton "Halliday" , Pauvre France .

  • Par A M A - 22/03/2018 - 17:15 - Signaler un abus Que dirait Maurras s'il se

    Que dirait Maurras s'il se sentait célébrer par cette bande de "clowns"...

  • Par philippe de commynes - 22/03/2018 - 18:01 - Signaler un abus Toujours plus bas

    Voilà ce qui se passe, lorsque, comme Macron on promeut la bien-pensance contre la mal- pensance (les progressistes contre les conservateurs, ceux en marche contre les immobilistes) On en arrive à arriver à promouvoir des gens (cette Mme Nyssen) tout simplement incapables de penser.

  • Par francoise34 - 22/03/2018 - 23:39 - Signaler un abus Elle pense comme on a dit

    Elle pense comme on lui a dit de le faire Quelle bonne petite, elle aura un bon point Et 10 bons points, une image

  • Par ISABLEUE - 23/03/2018 - 10:05 - Signaler un abus commémorer n'est pas célébrer

    bien, s'ils démissionnent, c'est qu'ils ont d'autres choses à faire;;;;;.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€