Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire du Carlton : le procès de DSK, jugé pour proxénétisme aggravé, commence ce lundi

A ses côtés, 13 autres prévenus sont visés par le tribunal correctionnel de Lille.

Bis repetita

Publié le
Affaire du Carlton : le procès de DSK, jugé pour proxénétisme aggravé, commence ce lundi

DSK devant la justice Crédit Reuters

Après l'affaire du Sofitel de New York, pour laquelle il avait obtenu un arrangement financier avec la victime, revoici Dominique Strauss-Kahn au cœur de la machine judiciaire. Le procès du Carlton de Lille s'ouvre ce lundi 2 février au tribunal correctionnel de la ville pour juger pas moins de 14 personnes dont l'ancien directeur du FMI.

L'affaire commence en 2011 par une dénonciation anonyme. Le chargé de relations publiques de deux hôtels, dont celui du Carlton de Lille utiliserait ses relations pour faire venir des prostituées depuis la Belgique pour des clients renommés.

Plusieurs personnes sont impliquées dans cette affaire dont directeur départemental de la Sûreté, Jean-Christophe Lagarde ou le fameux "Dodo La Saumure," gérant d'une maison close en Belgique.
 

L'enquête se poursuit et le nom de DSK apparaît sur des SMS envoyés par les suspects. Il aurait ainsi bénéficié de ce réseau pour des "soirées libertines" à Paris ou à New York. Pour sa part, Dominique Strauss-Kahn prétend ignorer que les femmes présentées étaient des prostituées. Difficile à croire pour les juges qui l'ont inculpé pour "proxénétisme aggravé en réunion" considérant qu'il était "le roi de la fête" rendant sa présence indispensable lors des orgies organisées avec des prostituées. L'ancien patron du FMI risque jusqu'à 10 ans de prison et 1,5 million d'euros d'amende.

A ses côtés, on retrouve donc Dominique Alderweireld alias "Dodo la Saumure", Francis Henrion, directeur du Carlton, René Kojfer, le chargé de relations publiques ou encore Jean-Christophe Lagarde, chef de la Sûreté départementale du Nord, en 2006.

Le jugement devrait être rendu le 20 février prochain. Un des avocats de la défense a d'ores et déjà réclamé le huis-clos.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 02/02/2015 - 10:58 - Signaler un abus Ne pas s'en faire pour DSK!

    DSK sera de nouveau non condamné. Ses réseaux sont déjà au travail pour ne pas faire condamner ce gentil monsieur socialiste qui n'a rien à se reprocher.

  • Par Ganesha - 02/02/2015 - 14:14 - Signaler un abus Qui Payait ?

    La question principale est : ''qui payait ?''. Ces dames ne venaient évidemment pas là gratuitement,''pour le plaisir'' ! Les messieurs payaient-ils, ou bien, c'était gracieusement offert par le Parti Socialiste ? Par de grandes entreprises ? DSK payait-il : c'est peu probable ! S'il empochait de l'argent, alors, il était effectivement proxénète !

  • Par cloette - 02/02/2015 - 15:08 - Signaler un abus Il ne payait sans doute pas

    Mais s'il savait qu'on payait pour lui, je crois que le litige est là on le considère comme complice de proxénète

  • Par Benvoyons - 02/02/2015 - 15:08 - Signaler un abus Il est le créateur des 35 heures mais apparemment pas pour les

    filles de joies.Comme quoi il était pénétré par son devoir.

  • Par langue de pivert - 02/02/2015 - 16:39 - Signaler un abus Bien que ces vaches de bourgeois..♫♪. (bis)

    ...les appellent des filles de joie ! ♫ (bis) ("les filles de joie" G. Brassens) DSK : maquereau ou micheton ? Pas jojo le socialo ! ☺

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€