Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire du Carlton : DSK se confie et estime qu'il n'y "a rien dans ce dossier"

Selon lui, les filles ont été influencées par les questions posées au tribunal. Il espère être relaxé.

Confidences

Publié le
Affaire du Carlton : DSK se confie et estime qu'il n'y "a rien dans ce dossier"

Dominique Strauss-Kahn s'est exprimé ce mardi matin. L'ancien patron du FMI s'est confié à l'envoyée spéciale d'Europe 1 à Lille et à une journaliste de l'Obs. Pendant quelques minutes, ils ont pu avoir son ressenti après le réquisitoire du procureur dans l'affaire du Carlton de Lille dans laquelle il était poursuivi pour proxénétisme aggravé.

Et selon les journalistes, DSK était "détendu". L'ex-ministre leur a expliqué "que cela fait trois ans qu'il sait qu'il n'y a rien dans ce dossier". "Vous avez lu les PV ? C'est graveleux, c'est graveleux..." indique-t-il. Pour lui, "les filles revisitent leurs souvenirs". Europe 1 écrit qu'il "raconte que tout s'est très bien déroulé" lorsqu'il a rencontré Jade, l'une des prostituées et que "selon lui, l'épisode douloureux de leur précédente rencontre ne s'est pas exactement passé comme elle la dit à la barre". 

Selon lui, les filles ont été influencées par les questions posées au tribunal.

"Ces filles, ce qui les a le plus détruit, ce n'est pas cette histoire, c'est le déballage qu'il y a eu dans la presse pendant trois ans. D'ailleurs, elles l'ont toute dit" assène DSK. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 17/02/2015 - 14:37 - Signaler un abus Outreau

    La sodomie n'est pas ''SM'' ! Il y a cependant un principe de base que ce brave DSK semble ignorer : vu la courbure naturelle du trajet du rectum, cette pratique doit débuter lentement, ou sinon, cela fait atrocement mal : c'est surtout ce souvenir que ces dames viennent raconter au tribunal de Lille ! Ce procès DSK est une farce grotesque qui déshonore le pouvoir judiciaire et la clique de politiciens qui agit en sous-main ! Ce ''porc'' n'était que consommateur, bénéficiaire : la loi qui voulait condamner les clients des prostituées n'a passé que le Parlement : osera-t-on la présenter un jour au Sénat ? DSK ne choisissait pas lui-même toutes ses victimes, même s'il en suggérait certaines, et ce n'était en tout cas pas lui qui les payait ! Alors, le qualifier de proxénète ! Ce procès fait penser à celui d'Outreau !

  • Par Texas - 17/02/2015 - 15:40 - Signaler un abus Seulement..

    ...une dose de honte , proportionnelle à sa position , à l' époque des faits .

  • Par langue de pivert - 17/02/2015 - 16:34 - Signaler un abus Graveleux ? avec du gravier ? Mets de l'huile ! ☺

    Donc ni maquereau ni micheton mais lutin lutinant de fleurs en fleurs ! Un poète le Dodo ! J'espère qu'il va porter plainte pour calomnies et dénonciations mensongères ? Affaire suivante ! :-)

  • Par jurgio - 17/02/2015 - 17:39 - Signaler un abus La médaille d'or de l'hypocrisie

    Il faut un certain tempérament non seulement pour performer toutes ces extravagances mais aussi pour n'avoir pas dévié d'un poil dans cette feinte naïveté, et être resté droit dans son slip, si l'on peut dire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€