Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 26 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire Bygmalion : "Je suis totalement innocent" a clamé Jean-François Copé face aux juges

France TV Info a dévoilé le contenu de l'audition de l'ancien patron de l'UMP au tribunal de grande instance de Paris, le 8 février dernier.

Révélations

Publié le
Affaire Bygmalion : "Je suis totalement innocent" a clamé Jean-François Copé face aux juges

"J'ai été tellement pointé du doigt alors que je suis totalement innocent, et j'ai été désigné coupable par la vindicte, sans la moindre vérification." Les mots sont de Jean-François Copé. Alors que Nicolas Sarkozy est entendu ce mardi dans le cadre de l'affaire Bygmalion, sur le financement de sa campagne électorale en 2012, France TV Info a dévoilé le contenu d'une autre audition, qui s'est déroulée dans un bureau du tribunal de grande instance de Paris.

Lundi 8 février, Jean-François Copé a été entendu par les juges d'instruction Serge Tournaire et Roger Le Loire. Comme depuis le début de l'affaire, il a nié avoir eu connaissance du système. "Tout cela m'a été totalement dissimulé, a martelé le député-maire de Meaux. "Personne, je dis bien personne, ne m'a fait, sur ce sujet, la moindre alerte. Ni le directeur de cabinet, ni le directeur des services, ni la directrice financière, ni d'ailleurs, le trésorier, ni les experts-comptables de l'UMP, ni, enfin, les commissaires aux comptes.

C'est fou, mais c'est comme cela." 

Son ignorance du système viendrait du fait  qu'il n'était, selon lui, "absolument pas impliqué dans la campagne présidentielle elle-même, et notamment pas dans ce qui touchait à son organisation. (...) Mon rôle, en tant que secrétaire général de l'UMP, c'était l'animation politique du parti et la mobilisation de nos militants sur le terrain."

France TV Info note cependant que les propos de l'ancien président de l'UMP laisse "transparaître" une certaine naïveté de sa part. Le 27 avril 2012, Quand Fabienne Liadze, alors directrice des affaires financières du parti, lui envoie un mail, elle lui annonce qu'il faut augmenter le découvert autorisé par les banques, qui n'est plus suffisant pour assurer les dépenses électorales de 2012, et qu'il faut le porter à près de 52 millions d'euros.

Une sacrée somme…qui ne fait pas réagir Jean-François Copé. "Il n'y avait rien qui ne me paraissait inquiétant ou préoccupant", estime-t-il. "Je partais du principe que ces dépenses correspondaient en toute légalité à des dépenses conformes au respect de la loi. (...) Dans le contexte de l'époque, je ne suis pas alerté parce que je ne fais pas le calcul de ce que cela représente."

Sur l'implication de l'actuel chef des Républicains, Jean-François Copé raconte : "Quelques jours après" l'article de Libération, "le 22 ou 23 mai 2014, je vais voir Nicolas Sarkozy pour l'informer de ce que je viens d'apprendre. Il m'indique ne pas en avoir été informé. Je lui ai donné la totalité des éléments dont je disposais ce jour-là."

Les juges lui demandent alors si Nicolas Sarkozy a contesté "cette possibilité de l'existence de la falsification", Jean-François Copé répond : "Dans mon souvenir, il n'a pas fait de commentaires. Je l'ai trouvé plutôt incrédule, sceptique sur la réalité des faits, alors que moi, je n'avais plus aucun doute." Mais quand les juges lui rapportent que, durant une audition, Nicolas Sarkozy a affirmé que c'est Jean-François Copé qui lui avait soufflé le nom de Jérôme Lavrilleux pour diriger l'état-major logistique de sa campagne, le député-maire de Meaux se braque et lâche : "Je crains que sa mémoire ne lui fasse défaut".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Vincennes - 16/02/2016 - 16:00 - Signaler un abus Il s'agit, quand même, de 2 grands copains de COPPE

    qui, lui, dit : "n'être au courant de RIEN" .......alors pourquoi Sarko devrait il l'être ???

  • Par langue de pivert - 16/02/2016 - 16:35 - Signaler un abus Sancto subito ? ☺

    Innocenté par "clamation" en quelque sorte...et candidat le lendemain aux primaires LR ! ☺ "Si ce n'est toi c'est donc ton frère" et hop Sarko encore auditionné par les juges rose ! Puis J-M Le Pen ! L'exécutif est cocu ! Le plouc se présentera-t-il seul en 2017 ? Sera-t-il l'élu du bon peuple par acclamation ?

  • Par Vincennes - 16/02/2016 - 17:19 - Signaler un abus Et, par contre, concernant FABIUS, personne ne se pose la questi

    Pourquoi avoir supprimé mon commentaire précédent ? car pourquoi toujours les mêmes alors que d'autres peuvent passer aux travers des gouttes. En ettet : comment FABIUS peut être nommé d'OFFICE "Pdt du Conseil constitutionnel ? alors qu'il n'en est même pas membre !!!!! (sans oublier l’affaire du sang contaminé) + une suspicion (site du Point) d’un compte de 7 milliards/Suisse à la banque Pictet ......compte pour lequel, bizarrement, les investigations ont été stoppées car le parquet national financier (PNF) crée par ce Gouvernement (pour l’affaire CAHUZAC) et le PARQUET de PARIS (service du Procureur de la République) en témoignant d’un certain malaise, s'étaient renvoyé la balle pour ne RIEN faire en prétextant un CHEVAUCHEMENT des compétences !!!! et mon œil !!! alors que dès que cela concernant Sarko, tous sont sur le PONT.... ligués comme et contre un seul homme + une centaine de limiers à ses trousses …….. Hollande nous expliquera après : « qu’il faut embaucher » Comment peut on être nommé Président d’un Conseil Constitutionnel, tant que tout n’a pas été éclairci ?

  • Par Texas - 16/02/2016 - 18:36 - Signaler un abus Désolé , Mr Coppé

    Qui était le Boss du Parti à l' époque ? . Ma conviction , c' est que tout le staff de campagne connaissait la situation . Et le " je m' occupais des militants " ne tient pas la route . Dans une entreprise privée , vous seriez à la lourde et grillé sur le marché du recrutement .

  • Par KOUTOUBIA56 - 16/02/2016 - 22:58 - Signaler un abus que Copé ne connaisse pas le

    que Copé ne connaisse pas le budget à son poste lc'est un peu comme si le patron de total ne connaissait pas la marge opérationnelle de son groupe. assez troublant . en tout ca

  • Par essentimo - 17/02/2016 - 07:01 - Signaler un abus Judas

    et les 30 deniers (pas de mise en examen) !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€