Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Accord d'Aktaou : accord historique sur la mer Caspienne

20 années de tractations auront été nécessaires pour donner un statut juridique à cette mer.

Pétrole, gaz et caviar

Publié le
Accord d'Aktaou : accord historique sur la mer Caspienne

 Crédit HENGHAMEH FAHIMI / AFP

Depuis la chute du Mur, la mer Caspienne est une sorte de zone de non-droit, et donc de tensions entre les nations riveraines. La plus grande mer fermée du monde, que bordent Iran, Russie, Kazakhstan, Turkménistan et Azerbaïdjan est désormais un espace régulé. Si toutes les tensions, nombreuses, qui entoure l'exploitation de la Caspienne ne devraient pas être réglées, celles-ci devraient s'apaiser prochainement. Vladimir Poutine a salué un accord qui "fera époque". La Russie a cédé sur plusieurs points, mais sort gagnant avec cet accord en sortant d'une impasse diplomatique.

La plus grande partie de la mer reste une zone partagée, mais les ressources et les fonds marins sont partagés directement entre les différentes puissances. Avec un statut légal spécial, les différents pays comptent asseoir une vraie collaboration autour de la mer, par exemple en installant des pipelines marins. 

Les ressources, des hydrocarbures au fameux caviar, sont donc répartis clairement. Des quotas clairs sur la pêche du Beluga, dont les œufs constituent une des denrées les plus recherchées de la planète, devraient être mis en place. Des prémices de collaboration militaire sont aussi à l'étude, par exemple entre l'Iran et l'Azerbaïdjan.

 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€