Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Accident de Millas : le rapport de la SNCF dit que "tout fonctionnait parfaitement"

"On peut certes imaginer que la SNCF truque ses rapports, mais j'ai du mal à la croire", a déclaré une avocate de familles de victimes.

Responsabilités

Publié le
Accident de Millas : le rapport de la SNCF dit que "tout fonctionnait parfaitement"

Que s'est-il passé à Millas, où la violente collision entre un bus scolaire et un train TER, sur un passage à niveau, a fait six morts le 14 décembre ? L'enquête se poursuit, mais de nouveaux éléments apparaissent. L'avocate de certaines familles de victimes, Maître Jehanne Collard, a indiqué qu'un rapport de la SNCF rendu jeudi indique que le passage à niveau de Millas "fonctionnait parfaitement". Sur BFM, elle a expliqué que selon cet "audit interne de la SNCF, le système fonctionnait parfaitement" : le feu tricolore, l’avertisseur sonore et la barrière étaient opérationnels, estime le rapport.

"La SNCF est obligée de faire un rapport quand il y a un accident, et ce rapport, rendu avant-hier, dit que tout fonctionnait parfaitement", a précisé Me Collard à l'AFP. "On peut certes imaginer que la SNCF truque ses rapports, mais j'ai du mal à la croire. La SNCF sait qu'il va y avoir une expertise judiciaire, ce serait une énorme erreur de leur part", a-t-elle poursuivi.

Le Parquet n'a pour l'instant confirmé ni la teneur de ce rapport de la SNCF, qui contredit le témoignage de la conductrice du car scolaire, mise en examen le 20 décembre pour "homicides et blessures involontaires par imprudence". Elle a toujours assuré avoir vu les barrières du passage à niveau levées, et que le feu rouge du passage à niveau et la sonnerie d'alarme ne fonctionnaient pas au moment où elle est passée. Des propos que les premières "constatations matérielles" ne corroborent pas, tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l'autre côté de la voie. En outre, "les traces de la barrière apparaissent sur le car", a expliqué l'avocate.

Autre nouvelle information : le TER circulait "avec neuf minutes de retard", indique Me Jehanne Collard. "La barrière s’est fermée à une heure inhabituelle, pouvant expliquer l’accident", avance Me Collard.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 30/12/2017 - 12:36 - Signaler un abus Le rapport de la SNCF

    Elle ne dira jamais que c'est de sa faute, comme les constructeurs automobiles qui affirment que c'est la faute du conducteur, car le régulateur de vitesse n'y est pour rien dans un accident. On aurait préféré entendre des experts indépendants.

  • Par J'accuse - 30/12/2017 - 13:14 - Signaler un abus Habituel

    Dans 99,9% des cas, le conducteur est seul fautif. Ce qui étonne ici, c'est qu'il s'agit d'un car d'enfants: comment la conductrice a-t-elle pu ne pas voir les barrières et le feu rouge clignotant ? Le retard du train est une argutie qui serait comique s'il ne s'agissait pas d'un drame.

  • Par Ganesha - 30/12/2017 - 13:21 - Signaler un abus Prozac

    Selon d'autres informations, la conductrice du car était depuis plusieurs années sous un traitement antidépresseur. Une dose trop élevée, insuffisamment ou pas du tout compensée par un calmant approprié, provoque des attitudes agressives, irrationnelles. Un phénomène fréquemment constatée chez de nombreux français, y compris parmi les commentateurs d'Atlantico...

  • Par jc0206 - 30/12/2017 - 15:36 - Signaler un abus Dans une démocratie

    Un juge mandaterait un expert indépendant pour enquêter sur le fonctionnement des infrastructures de la SNCF, ce machin qui déconne de toutes parts. Les témoins qui ont vu la barrière ouverte sont-ils tous sous Prozac ?

  • Par Borgowrio - 30/12/2017 - 15:58 - Signaler un abus Impressions gratuites ou Intime conviction

    On peut penser que la SNCF en a déjà assez gros sur la patate pour ne pas en rajouter . En tout cas que penser d'une enquête sur un viol , effectuée par des violeurs . Le témoignage du conducteur du TER n'a aucune valeur . Une question toute bête , les automobilistes fantômes de l'autre coté de la barrière n'ont pas été entrainés par les restes du car ?

  • Par Liberdom - 30/12/2017 - 18:15 - Signaler un abus Trop drôle si n'étaient les 6 enfants morts

    Comment peut on accorder de la crédibilité à un rapport "interne" de la SNCF ? De plus le rédacteur de la brève raconte des inepties : le feux d'un passage à niveau n'est pas tricolore ou alors il faut prendre du LSD plutôt que du Prozac. La SNCF ne cesse d'avoir des pannes matérielles (presque tous les jours il s'en passe) et nombreuses sont celles qui ont été mortelles. Alors il n'est pas stupide d'attendre les conclusions de l'instruction qui, espérons-le ne se fera pas qu'à charge de la conductrice.

  • Par lexxis - 30/12/2017 - 19:22 - Signaler un abus UNE NÉCESSAIRE PRUDENCE

    Si ladite avocate se penchait sur le comportement de la SNCF dans le dossier de la catastrophe de Brétigny, probablement ses certitudes seraient-elles nettement moins établies!

  • Par Anouman - 30/12/2017 - 22:56 - Signaler un abus Passage à niveau

    Comme les barrières ne sont pas défoncées il y a trois possibilités. Soit cela n'a pas fonctionné et le car est passé comme si de rien n'était. Soit le car est passé entre les demi-barrières. Soit le car est passé barrière ouverte et s'est arrêté sur la voie. On verra si la justice est capable de trouver avec certitude ce qui s'est réellement passé.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€