Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Abandon de Notre-Dame-des-Landes : Manuel Valls évoque "une erreur"

Selon l'ancien Premier ministre, "ce projet était indispensable pour la métropole de Nantes, pour la région Pays de la Loire et la Bretagne".

Pas convaincu

Publié le
Abandon de Notre-Dame-des-Landes : Manuel Valls évoque "une erreur"

L’abandon du projet d’aéroport Notre-Dame-des-Landes fait des déçus, même dans la "majorité". Au micro de RTL ce vendredi, Manuel Valls a estimé que cette décision "était une erreur". Pour le député de l'Essonne, qui siège à l'Assemblée nationale dans le groupe des marcheurs, "ce projet était indispensable pour la métropole de Nantes, pour la région Pays de la Loire et la Bretagne. À partir du moment où il est abandonné, il faudra trouver des compensations".

Et de poursuivre : "c'est une décision qui est contraire à un choix qui avait été celui des habitants en juin 2016, il y a eu un choix qu'il aurait fallu respecter".

Rallié à la République en marche, Manuel Valls a toutefois tempéré ses critiques en déclarant que les Français "sont soulagés qu'une décision ait été prise. Même si à son sens, il ne s'agissait pas de "la meilleure".

Interrogé sur l’inaction du précédent quinquennat concernant ce dossier, l'ancien Premier ministre a assuré qu’en septembre 2012 et à l’automne 2016, il avait souhaité évacuer la Zad mais que François Hollande, Jean-Marc Ayrault ou encore Bernard Cazeneuve l’en avait empêché. "Je pense que ça a été une erreur et qu'il aurait fallu le faire à ce moment-là pour faire vivre l'autorité de l'Etat" a-t-il confié.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lasenorita - 19/01/2018 - 11:17 - Signaler un abus Ce sont encore les gauchos casseurs et crasseux qui ont gagné!..

    Macron est une girouette qui ne fait pas appliquer ''la loi''..J'habitais à Millau au moment de l'extension du camps du Larzac: on y voyait aussi des gauchistes ''casseurs'' qui venaient de Paris avec des polos portant le ''crocodile''. .Un jour, ces bobos ont détruit le viaduc S.N.C.F...les employés de la S.N.C.F. se sont dépêchés de le réparer dans la nuit suivante.. car le lendemain matin un train plein d'enfants, devait circuler sur ce viaduc! Les gens de Millau disaient que les paysans du Larzac étaient bien contents de se débarrasser de leurs terres arides pour un aussi bon prix!. .A cette époque José Bové était aux U.S.A.. ses parents sont profs à Bordeaux, ce ne sont pas des paysans!

  • Par J'accuse - 19/01/2018 - 11:21 - Signaler un abus Une grave erreur, oui, mais pas pour cette raison

    L'autorité de l’État est piétinée, le gouvernement a capitulé sans condition devant des délinquants, le référendum est oublié et les décisions de justice sont méprisées: voilà les erreurs majeures, que la France entière paiera cher et longtemps. Les ZAD sont nombreuses et vont l'être encore plus, et les zadistes sont encouragés au jusqu'au-boutisme: Macron (et les Français) croit s'être débarrassé d'un problème: il en crée des dizaines de pires "en même temps"; sans compter les conséquences dans d'autres domaines.

  • Par assougoudrel - 19/01/2018 - 11:32 - Signaler un abus Macron le paiera très cher

    Les paysans veulent récupérer leur terrain, les zadistes disent qu'ils sont chez eux et José Bové leur donne raison voulant faire comme pour le Larzac. De plus, Le terrain du Larzac qui appartient à l'Etat devait lui être restitué en 2025, mais le Gros hollande a repoussé l'échéance jusqu'à la fin du siècle, il y a deux ans de cela. Il y aura la guerre entre les agriculteurs et ces zadistes. Macron aura récolté, à cause de ses couilles en guimauve, une couronne d'épines d'acacias. On va bien "rigoler". Il ira dire aux voyous "je suis votre chef" et ils lui chieront dessus tout en le traitant de "président des riches".

  • Par vangog - 19/01/2018 - 12:02 - Signaler un abus "éberlués, pas soulagés"..."la mauvaise décision a été prise"...

    "je suis soulagé"...typiquement socialaud! et toujours cet orgueil de vouloir parler au nom des Français...qu'est-ce qu'il en sait, Vallsito, que les Français sont soulagés?...ils sont surtout éberlués de cinquante ans d'attentisme pour arriver à cet échec!... "éberlués, pas soulagés"

  • Par kelenborn - 19/01/2018 - 12:35 - Signaler un abus Ben pardi

    Tout est pardonné à Vals puisqu'il ne connait pas le sens des mots! Vals n'est pas un traître mais quelqu'un qui s'est trompé, Vals n'est pas un imbécile mais quelqu'un qui a été induit en erreur, Vals n'est pas un trou du cul, juste un corridor où d'engouffre le vent .... Ah mon cher Vals, encore une Vals, on ne tirera la chasse qu'après ( libre interprétation d'un duo Guy Beart-Marie Laforet: Frantz)

  • Par Anouman - 19/01/2018 - 14:53 - Signaler un abus Erreur

    M. Valls est lui-même une erreur. Quoiqu'il dise c'est sans intérêt.

  • Par Atlante13 - 20/01/2018 - 11:22 - Signaler un abus +1 @kelenbor

    Valls, ministre de l'intérieur, s'écrase devant Ayrault, premier ministre. Valls, premier ministre, s'écrase devant Cazeneuve, ministre de l'intérieur. Bref valls s'écrase devant tout le monde, on peut donc légitimement se demandait à quoi il servait. Et, plus grave, il ne se rend même pas compte de sa crétinerie.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€