Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

35% des Français se disent "racistes" : les musulmans et les Roms particulièrement visés

La parole raciste s'est banalisée l'an dernier assure un rapport annuel sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie publié mardi.

Intolérance

Publié le

C'est un phénomène préoccupant. La parole raciste s'est banalisée l'an dernier en France. C'est en tout cas ce que pointe un rapport annuel sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie publié mardi. "Sur le long terme, le racisme en France diminue, le temps des ratonnades est révolu, mais le racisme qui se développe aujourd'hui est plus sournois et n'est plus réservé aux franges extrêmes. Il pénètre toutes les couches de la société", a indiqué à l'AFP Christine Lazerges, présidente de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH).

La preuve : davantage de Français assument être racistes, selon un sondage de l'institut BVA pour la CNCDH auprès d'un échantillon représentatif de 1.026 adultes: 9% se disent "plutôt racistes" (+2 points par rapport à 2012) et 26% "un peu racistes" (+4 points). Ils sont aussi plus nombreux à considérer que l'intégration des immigrés fonctionne mal (63%, +7 points par rapport à 2012). L'islam est la religion la moins positivement connotée et 80% des sondés estiment que le port du voile pose problème pour vivre en société.

Selon Christine Lazergues, « les boucs émissaires aujourd'hui sont d'abord les Roms qui ont été stigmatisés, y compris par le gouvernement, et ensuite les musulmans arabes". Ainsi, les Roms migrants souffrent d'une image extrêmement négative : 85% des sondés pensent qu'ils exploitent très souvent les enfants (+10 points par rapport à 2012) et 78% qu'ils vivent essentiellement de vols et de trafics (+7 points).

Ces résultats révèlent un "refus croissant de l'autre différent" mais dévoilent aussi une "défiance vis-à-vis d'un antiracisme perçu comme censeur". La présidente de la CNCDH note d'ailleurs que "les associations antiracistes ont beaucoup plus de peine à susciter du soutien". Les Français condamnent en revanche sans équivoque l'antisémitisme et "l'indice d'acceptation" des juifs "reste de très loin supérieur à celui de tous les autres groupes", selon une étude qualitative de l'institut CSA, qui a mené 30 entretiens semi directifs en face à face du 9 au 17 décembre 2013.

Selon cette enquête, 85% des sondés estiment que les juifs sont des Français comme les autres (contre 65% pour les musulmans). Les clichés, comme la thèse d'un rapport particulier des juifs à l'argent, restent cependant très persistants et partagés, relève l'étude.
Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, actes et menaces antisémites ont baissé de 31 points entre 2012 et 2013 et les actes anti-musulmans ont progressé de 11 points. Mais ces chiffres ne dévoilent que l'"écume" des phénomènes, souligne la présidente de la CNCDH.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€