Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

24.000 cyberattaques ont visé les services de la Défense en 2016

Dans un entretien au JDD, Jean-Yves Le Drian craint que des cyberattaques puissent perturber le processus électoral français.

Cyberguerre

Publié le
24.000 cyberattaques ont visé les services de la Défense en 2016

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dans un entretien publié ce dimanche dans le JDD, est revenu sur les accusations de cyberattaques menée par la Russie contre les Etats-Unis. Il rappelle que "nos services ont bien sûr les échanges nécessaires à ce sujet, ne serait-ce que pour en tirer des leçons pour l'avenir."

Car pour Jean-Yves Le Drian, hors de question de se croire à l'abri. "Il ne faut pas être naïf.

Depuis que je suis à mon poste et notamment depuis trois ans, la menace cybernétique est devenue majeure y compris sur nos propres outils militaires. Les tentatives d'agression informatique sur mon ministère doublent chaque année." Il révèle qu'en 2016, "24.000 attaques externes ont été bloquées par nos dispositifs de sécurité".

"Nous avons relevé par exemple des tentatives d'atteinte à l'image du ministère, des attaques menées à des fins stratégiques (harcèlement, repérage, espionnage) et même des tentatives de perturbation de nos systèmes de drones", précise le ministre. 

Il ajoute qu'il ne peut pas "être exclu que des opérations de même nature que celles observées aux Etats-Unis cherchent à perturber le processus électoral français". 

Selon un rapport publié vendredi par les trois agences du renseignement américain, la CIA, le FBI et la NSA, le Kremlin se serait "clairement" impliqué dans la campagne présidentielle américaine. "Le président russe Vladimir Poutine a ordonné une campagne d’influence" visant à favoriser l’élection de Donald Trump, expliquent les services de renseignement américains dans ce rapport de 25 pages, qui n'apporte ni preuves tangibles, ni informations sur les écoutes qui ont permis aux agences américaines de parvenir à ces conclusions.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 08/01/2017 - 12:55 - Signaler un abus Bon sang mais c'est bien sûr

    Si quelqu'un qui ne plait pas au PS est élu ce sera la faute de Poutine , on le dit à l'avance ! Pour le moment il n'y a pas de cyber attaque et plus personne ne peut supporter ce gouvernement ! Comment cela se fait ? Il y a aussi Fillon et MLP au premier tour prévus , la faute à qui ?

  • Par J'accuse - 08/01/2017 - 13:08 - Signaler un abus Baratin

    Il n'y a aucune possibilité que des cyberattaques perturbent le processus électoral français, pas plus qu'elles n'ont perturbé l'élection américaine. Qu'en revanche un terroriste recherché, armé et sans papier, puisse traverser tranquillement au moins 4 pays dont la France, dans les transports en commun, avant d'être découvert par hasard, ça me perturbe.

  • Par clint - 08/01/2017 - 13:39 - Signaler un abus Certains en France ont besoin de se faire "déradicaliser" !

    Car la radicalisation n'est pas que religieuse. On tue une démocratie avec toutes sortes de radicalisations. Les extrémistes ont en point commun de nier l' évidence et de revisiter tant l'histoire que les faits réels.

  • Par Benvoyons - 08/01/2017 - 16:09 - Signaler un abus Amusant car la France vote que par Bulletins papier :)::)

    Nous sommes en plein délire Il a pris trop de Chouchen pendant les fêtes. Bon tu me diras comme il a un taux de satisfaction importante dans les sondages il reste le seul socialiste encore compatible pour raconter n'importe quoi :)::))

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€