Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attentats de Paris : Le leader des Eagles of Death Metal s'excuse d'avoir mis en cause la sécurité du Bataclan

"Je ne suis plus moi-même depuis le 13 novembre."

Dérapage

Publié le
Attentats de Paris : Le leader des Eagles of Death Metal s'excuse d'avoir mis en cause la sécurité du Bataclan

Jesse Hughes, leader des Eagles of Death Metal, le groupe présent au Bataclan le soir des attentats du 13 novembre, a été traumatisé par les événements. C'est pour cela qu'il aurait tenu des propos sur Fox News mettant en cause la sécurité du Bataclan le soir de l'attentat, déclarant qu'elle était insuffisante et insinuant même que certains membres de la sécurité auraient pu être complices des terroristes. Aujourd'hui il retire complètement ces propos et s'en excuse platement. "Je ne suis plus moi-même depuis le 13 novembre", a-t-il expliqué.

Son communiqué est sans équivoque et mérite d'être cité in extenso : 

"J'implore humblement le pardon du peuple français, des équipes et de la sécurité du Bataclan, de mes fans, de ma famille, de mes amis, et de quiconque d'autre blessé ou offensé par les accusations absurdes que j'ai faites dans une interview à Fox News. Mes insinuations que quiconque affilié au Bataclan aurait eu un rôle dans les événements du 13 novembre sont sans fondement et sans substance, et j'en assume l'entière responsabilité. Ces déclarations ne reflètent pas non plus le point de vue des autres membres du groupe ou de quiconque lié aux Eagles of Death Metal. La honte est la mienne à 100%. J'ai des cauchemars sans cesse et je suis une thérapie pour essayer de gérer cette tragédie et cette folie. Je ne suis plus moi-même depuis le 13 novembre. Je me rends bien compte qu'il n'y a aucune excuse pour mes propos, mais pour ce que ça vaut : je suis sincèrement désolé d'avoir blessé, accusé, ou manqué de respect à quiconque."

A l'époque de ses propos, la direction du Bataclan s'était insurgé, et avait rappelé que "tous les témoignages recueillis à ce jour démontrent le professionnalisme et le courage des équipes de sécurité présentes sur place le 13 novembre 2015." Déjà, elle avait subodoré que ses propos étaient "à mettre sur le compte du traumatisme subi."

A LIRE AUSSI : Attentat du 13 novembre, deux mois après : radioscopie de ce que l’on sait maintenant des ratés de l’antiterrorisme

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 13/03/2016 - 03:49 - Signaler un abus Pas de fumée sans feu...

    Les journaleux qui jugent, mais ne réalisent plus d'investigations, ne nous ont toujours pas livré la réponse aux questions de l'aigle: pourquoi une partie du personnel était-elle absente, ce fameux-soir, alors que le responsable de la sécurité lui répondait "ils ne sont pas encore arrivés!"...ah' ils ont du mal, les journaleux Francais, dès que les infos n'ont pas été "visées" par l'AFP, organe de la propagande socialiste officielle!...de grosses zones d'ombre pour Charlie hebdo, de grosses zones d'ombre pour le bataclan...un conseil aux journaleux: "prenez exemple sur les anglo-saxons, et méfiez-vous des idéologies comme la peste!"

  • Par Deudeuche - 13/03/2016 - 08:31 - Signaler un abus @vangog

    oui certes, mais le French Bashing est le fond de commerce de Fox News. Il est facile de faire dire ce que l'on veut dans un interview et notre presse s'y connaît dans ce domaine (généralement pour le lynchage médiatique).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€