Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Zéro pointé en éco : le capitalisme contemporain ne va pas du tout dans la direction qu’imaginent les élites françaises, fussent-elles nouvelles...

Atlantico a demandé à ses contributeurs leur vision de l’année où la France a vécu de nombreuses surprises et rebondissements et est entrée dans l’ère Macron. Pour Mathieu Mucherie, cette année a confirmé quelques tendances très sûres (à défaut d’être très saines) du capitalisme contemporain.

2017, l’odyssée de la fin du monde d’avant

Publié le
Zéro pointé en éco : le capitalisme contemporain ne va pas du tout dans la direction qu’imaginent les élites françaises, fussent-elles nouvelles...

L’année 2017 a confirmé quelques tendances très sûres (à défaut d’être très saines) du capitalisme contemporain :j’en retiens trois seulement pour ne pas écrire un roman ; l’occasion d’un petit bilan de 150 articles dans Atlantico avant d’arrêter un moment…

1/ les élites de plus en plus hors-sol, ou l’extension du domaine de la flute

Vous me direz que cela ne date pas de 2017, vous avez bien raison (« Mais quelle crise ? Les stations de ski sont pleines », Marc Fiorentino, 2009). Mais ça se voit de plus en plus. Un exemple encore il y a 15 jours, accrochez-vous au pinceau, je retire l’échelle :Martin Schulz : « Pourquoi n’aurions-nous pas pour objectif au plus tard en 2025 d’avoir concrétisé les Etats-Unis d’Europe ?

 » ; je ne fais que citer !!

Qui se dévoue pour expliquer au brave Martin ce qu’impliquerait, par exemple, de réaliser ne serait-ce que le début d’un fédéralisme budgétaire à l’américaine, processus qui stagne depuis plus de quatre décennies en Europe et qui ne semble être plébiscité par aucun peuple (pour dire le moins) ??Et dans 7 ans par-dessus le marché, et en plus sous le leadership allemand (un pays qui n’a RIEN reversé des 200 milliards d’euros de gains liés à ses taux négatifs et à son statut de pays refuge au cours de la crise, et un pays qui viole toutes les règles communautaires sur les surplus de balances courantes, bref)… Le brave Martin doit probablement consommer des choses pas nettes ; à sa décharge, il n’est pas le seul en occident, où de nombreuses populations (petits blancs frustrés par exemple) décrochent, quoique moins bruyamment et plus définitivement :

Au-delà de ces cas pathologiques (mais pas très au-delà, en fait), tout se passe comme si les institutions européennes n’étaient plus que des théâtres, après avoir sous-traité le réel à la BCE : il ne leur reste plus que le ministère de la parole, en l’occurrence de la cacophonie, et quelques capacités de nuisance secondaires sur des sujets mineurs (taxe sur les transactions financières qui existe déjà et qui viole tous les principes de James Tobin, taxation aussi haineuse qu’impuissante des GAFA, plan Juncker homéopathique et hypocrite, serpent de mer du « ministres des finances de la zone euro » qui vient ponctuer chaque copie de sciences-po depuis un quart de siècle, etc.).

Un autre sujet où nos élites, financières celles-là, excellent : les pleurnicheries sur les pauvres épargnants qui seraient spoliés par les « taux bas » depuis la crise. Pas de chance, j’ai fait le calcul. D’un côté, les salaires nominaux (proxy de ce que touche le travailleur lambda, qui se lève le matin), d’un autre côté la capitalisation d’un taux long souverain (OAT) doté d’une moyenne mobile 6 ans (proxy de ce que délivre l’assurance-vie en France). Bah, ça ne ressemble pas à l’euthanasie des rentiers :

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 28/12/2017 - 12:46 - Signaler un abus hum

    Faudra bien fabriquer des choses concrètes pour manger ,vivre , s'habiller , étonner son voisin etc... ça suppose invention ,créativité, marketing , coût social et fiscal .... donc Trump va dans a bonne direction et nous pas d'autant que la baisse des impôts aux USA inquiète au Canada ou la question du transfert d'activités vers le voisin se poser..c'est ...benêt par ce que l'UE vient signer un accord commercial avec le Canada... finalement si Trump n'est pas abattu d'une manière ou d'un autre il va avoir la peau de l'UE ou il va obliger celle ci à changer de modèle style assistanat et accueil de l'immigration .... on comprend la haine qu'l suscite

  • Par vangog - 28/12/2017 - 13:04 - Signaler un abus Identité!

    Partout, pays de l’Est, France, Canada..elle émerge de la vieille politique NOMiste des très vieux partis englués dans l’ecolo-socialisme rétrograde et immigrationniste. La fédération américaine est née d’une Union des états, en centralisant La Défense, le patriotisme economique et la protection des frontières, le renseignement, la police fédérale et la monnaie, mais en laissant aux états leurs spécificités locales et identitaires. L’UE, sous l’influence négative des ecolo-neo-trotskystes, a réalisé l’inverse: pas de défense, pas de patriotisme économique, pas d’expulsion des envahisseurs musulmans...l’UE a tout faux et il faut tout reprendre à zéro selon les schémas des partis européens neufs, identitaires d’Autriche, de Bulgarie, de Croatie, de Pologne, de France...il n’y a plus à tortiller, si on veut avancer!

  • Par Thyme - 28/12/2017 - 20:57 - Signaler un abus ne partez pas trop longtemps

    Encore une fois excellent. Vous faits partie des auteurs qui font que je reste abonné à Atlantico.

  • Par crobard007 - 11/01/2018 - 16:38 - Signaler un abus Analyse pertinente

    La France est le pays des musées, surtout au niveau de ses économistes en général. Il existe heureusement quelques exceptions. Les pays communistes comme la France n'ont pas d'avenir...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€