Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Zemmour contre Sy : deux visions dépassées de la France

On aurait tort de voir dans la querelle sur les prénoms qui oppose Eric Zemmour et Hapsatou Sy, comme les médias nous y invitent, autre chose que le triste spectacle d’un conflit sans réel intérêt. Sauf à en faire un décryptage sans concession.

Guerre des prénoms

Publié le
Zemmour contre Sy : deux visions dépassées de la France

 Crédit LIONEL BONAVENTURE / AFP

Car sous la question se cache la rencontre entre deux thèses en apparence opposées mais qui ont en commun d’être aussi peu fidèles à l’idéal démocratique et républicain qu’elles prétendent pourtant défendre. 

Aucun des deux protagonistes n’a compris le sens profond de ce phénomène récent, légalisé en 1993, qui permet aux Français de prénommer leurs enfants comme bon leur semble, en toute liberté.
Les plumes connues du journalisme politique, de Jérôme Béglé, à Franz-Olivier Giesbert en passant par Jean-Jacques Bourdin, Natacha Polony et Caroline Fourest ont pourtant pris parti pour ou contre Zemmour.
 
Tout a commencé chez Les Terriens du Dimanche, la joyeuse émission de Thierry Ardisson. L’invité « fil rouge » du jour, dont le dernier opus « Destin français » est numéro un des ventes sur Amazon, est venu discuter de ses  nostalgiques thèses nationales. On sait qu’il a reproché à Rachida Dati d’avoir appelé sa fille Zora, et à Carla Bruni d’avoir appeler la sienne Giulia. Là, il est sommé de se justifier en répondant à la question d’Hapsatou Sy qui lui dit que ces thèses sont une insulte à la France : « Vous voudriez que je m’appelle comment? ». En lui disant qu’il remplacerait bien Hapsatou, dont les sonorités nous invitent au voyage, par « Corrinne » Zemmour rempile et lui assène : « c’est votre prénom qui est une insulte à la France ».
 
Suite à ce débat, on a donc d’un côté Eric Zemmour dénonçant la décadence d’une société qui se détournerait de ses anciennes valeurs nationales issues de la chrétienté au profit, croit-il, d’un envahissement par la culture islamique via l’immigration et puis, de l’autre, la posture construite par réaction d’Hapsatou Sy, qui, pour contester le propos de Zemmour, qu’elle juge sans doute liberticide et anti-démocratique, s’engouffre dans l’indignation anti-raciste. 
 
Or il est bien navrant que Madame Sy ait choisi le terrorisme de la bien-pensance au profit, in fine, de sa notoriété. Car force est de constater que sa pétition agitée sur la toile, digne d’une grenouille de bénitier, en voulant interdire Zemmour d’antenne et si possible de lecteurs est bien peu soucieuse du débat démocratique. Appuyée par Jean-Jacques Bourdin sur RMC ou Caroline Fourest dans Marianne, elle prétend lutter contre celui qu’elle tente, en réalité, de diaboliser. 
 
A la fois réactionnaire et conservateur Zemmour se sent d’une autre époque et voudrait qu’on y revienne. Mais son retour aux prénoms d’antan prête au rire plutôt qu’à une vraie polémique, ou à cette psychiatrisation de ceux qui, comme lui, s’opposent au politiquement correct qui domine certains esprits. 
La thèse du pessimiste Zemmour sur la décadence de notre temps se retrouve aussi, avec des particularités, chez l’Académicien Alain Finkielkraut ou chez le romancier Michel Houellebecq, faut-il aussi leur clouer le bec? 
 
Et s’il est vrai que Zemmour critique l’introduction des prénoms issus de la culture arabo-musulmane, ou de consonances étrangères, dans la culture française, l’argument anti-raciste par lequel ses détracteurs le combattent se situe du côté d’une vision communautariste de la société, à l’inverse de l’individualisme politique, et de la liberté démocratique qu’ils auraient pu soutenir.
 
A condition qu’ils suivent, contrairement aux positions de Zemmour et d’Hapsatou, une analyse qui, selon moi, renvoie ce changement des prénoms aux développements modernes de la démocratie d’après un processus sociologique qu’a bien analysé Paul Yonnet dans son livre Jeux, modes et masses
 
Ce n’est pas tant l’immigration, ni l’idéologie anti-raciste, mais bien la mondialisation du libéralisme, sous la forme de l’individualisme libéral côté culturel, et du capitalisme, côté économique, qui a fait exploser les carcans culturels français qui pesaient autrefois sur les prénoms. 
 
De sorte que le choix des prénoms obéit désormais aux progrès de la liberté individuelle fondement de la démocratie moderne. Et quelle que soit leur origine, y compris celle qui conduit par véganisme à appeler son fils Racine, ce choix est bien plutôt dicté par les trois grands critères qu’isole Yonnet : « individualisme, caractère de masse et dé-politisation » qui déterminent l’« avancée concomitante de la modernité et de la démocratie », n’en déplaise aussi bien à Madame Sy qu’à Monsieur Zemmour.
 
Car à l’opposé, tous deux se cantonnent à des combats d’arrière garde : contre une soit disant décadence d’un côté, pour une idéologie anti-raciste de l’autre, sans intérêt du côté de l’avenir de nos enfants bien plus touché par la gestion culturelle et politique des progrès de l’intelligence artificielle, ou des nouveaux mode de procréation.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 25/09/2018 - 14:08 - Signaler un abus en tout cas

    moi je soutiens Zemmour

  • Par Louna - 25/09/2018 - 14:41 - Signaler un abus deux votes pour Zemmour toujours!

    La guerre des prénoms ne date pas d'hier. Une de mes soeurs est née en juin 1945, mes parents voulaient la prénommer Marlène comme Marlène Dietrich, star de cette époque d'origine Allemande naturalisée Américaine.Ce prénom a été refusé par l'Etat Civil :nous sortions à peine de la guerre avec l'Allemagne et la société française voulait oublier la guerre!

  • Par moneo - 25/09/2018 - 15:01 - Signaler un abus hum

    "trois grands critères qu’isole Yonnet : « individualisme, caractère de masse et dé-politisation " dépolitisation ? on n'habite pas dans le même pays et nous n'avons pas le même âge il ya un divorce total entre 2 catégories de la population sur la signification du vocabulaire Les uns comprennent " Français" par assimilation, laïcité comme non intrusion du religieux dans le politique et respect par le religieux des règles de César, respect obligatoire pour tous les habitants Français ou pas Pour la seconde catégorie pas d'assimilation , respect des communautés , l'Etat est fait pour ce rôle, la laïcité c'est le respect des communautés ; et le religieux de chaque communauté doit être respecté c'est l'Etat qui doit s'adapter ainsi que les habitants antérieurs que l'on ne sait d'ailleurs comment les dénommer , le "souchien "moqueur étant fréquemment utilisé par les gauchistes Enfin au fonds du débat on retrouve la vieille rengaine communiste , l'homme est interchangeable , il suffit de l'extraire des valeurs de sa famille et de l'enseigner des bonnes valeurs pour que le rêve égalitaire se réalise mrs Carrère d'Encausse a démontré le contraire

  • Par ciara - 25/09/2018 - 20:34 - Signaler un abus Mais c'est bien sur

    on a tous les droits y compris donc celui d'appeler son fils Djihad, comme c'est le cas, parait-il de 500 nouveaux nés en France ces dernières années. Pourquoi pas n'est ce pas. Au nom de quoi. Pourquoi ne pas appeler son fils trou du C.. puisque tout est permis. Bien sur il va ensuite trainer ce boulet toute sa vie, le Djihad en question. Je suis désolé mais les parents devraient aller tout droit en prison sans passer par la case départ

  • Par Atlantica75000 - 25/09/2018 - 21:18 - Signaler un abus Si elle est philosophe, je suis la cousine du Pape

    "son retour aux prénoms d'avant" prête à rire : Et vous êtes philosophe ? Sachez que c'est dans les familles CSP+ que l'on retrouve le plus de prénoms à l'ancienne. Sans oublier Marcel, le fils d'un couple d'acteurs. Quant à la pauvre Hapsatou, qu'elle rembourse les victimes de sa franchise ! Sans compter la petite fortune qu'elle doit au fisc Atlantico, il faut vous reprendre dans le choix de vos intervenants !

  • Par valencia77 - 25/09/2018 - 23:36 - Signaler un abus Damn

    Ashley et Jennifer OK? Ou il faut rester avec Cunnegonde?

  • Par juletflo - 26/09/2018 - 00:19 - Signaler un abus J'appellerai mes filles

    J'appellerai mes filles Victoire et Patience, mes fils Hercule et Auguste.

  • Par roberts - 26/09/2018 - 23:30 - Signaler un abus Comme Isableue

    moi aussi je soutiens Zemmour

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Krikorian-Duronsoy

Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies.
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€