Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Xena la guerrière : la raison subtile qui permet d’expliquer pourquoi Hollywood préfère les “vieux pots” aux créations originales

"Scream", "Bates Motel", "Hannibal"... On ne compte plus le nombre de séries télévisées qui s'inspirent de films célèbres qui ont marqué les esprits. Sans oublier celles qui ne sont que des "reboots", des nouvelles versions de séries plus anciennes. Récemment, l'actrice Lucy Lawless a démenti un projet de relance de "Xena la guerrière", qui l'a fait connaître dans les années 1990.

On prend les mêmes et on recommence

Publié le
Xena la guerrière : la raison subtile qui permet d’expliquer pourquoi Hollywood préfère les “vieux pots” aux créations originales

L'actrice Lucy Lawless a finalement démenti la sortie d'une nouvelle version de "Xena la guerrière" Crédit Reuters

Atlantico : L'actrice Lucy Lawless a finalement démenti la sortie d'une nouvelle version de "Xena la guerrière", série télévisée des années 1990 dans laquelle elle incarnait le rôle-titre. L'enthousiasme des fans était pourtant bien réel. Comment expliquer cette mode des "reboots", des "prequels" et des séries télévisées inspirées de films (Hannibal, Scream, Bates Motel,...) ?

Clément Bosqué : D'abord, il faut se souvenir que Xena la guerrière est déjà, au départ, un spin-off d'une autre série, Hercule (en partie produite par les mêmes personnes), et reste dans un registre héroïque et mythique peu soucieux de précision historique (les personnages se nomment Virgile, César, Hadès, Aphrodite...).

Ce n'est en rien une coïncidence si cette matière guerrière, antique et chevaleresque (G. Germain parle de « l'antiquité dans les esprits » dans son ouvrage Genèse de l'Odyssée) suscite une efflorescence de dérivés et de prolongements. Et soyons attentifs aux mots que nous employons sans y penser : nous parlons couramment d'une saga. Ne somme-nous pas là en plein genre épique, genre dont on avait cru pouvoir prononcer l'extinction ? Or, la caractéristique de ce genre est précisément l'ampleur, la multiplicité de personnages, la possibilité de suivre plusieurs actions simultanée (chez Homère, on suit Télémaque et Ulysse en parallèle). Ce retour en grâce de l'épopée explique, selon moi, l'apparition de ces prolongements sous différentes formes, que ce soit le reboot (non pas, c'est intéressant, une simple redite, mais une reconfiguration de l'existant, une régénération, une palingénésie), ou les prequels, où il s'agit d'explorer les racines, un passé fictif – une fonction fondamentale des récits mythiques. Pour mémoire, l'Ancien Testament déroule des listes de « Untel engendra Untel, qui engendra Untel... », fastidieux si l'on veut (en anglais ces chapitres sont surnommés « the begats », tellement ce mot, « engendra », revient de façon monotone), mais qui disent la généalogie des êtres.

A partir de quand le phénomène a-t-il commencé et pour quelle raison ?

Le phénomène a débuté dans les années 2000 : je pense évidemment à La Guerre des Etoiles épisodes I à III. Et prend beaucoup d'ampleur aujourd'hui, du Hobbit à Star Trek en passant par La Planète des Singes. Une autre raison est que cette production télévisuelle et cinématographique apparue au XXème siècle et longtemps confinée à la sphère du divertissement (toujours un peu coupable aux yeux des esprits chagrins) est véritablement en train de se constituer en culture – appelons-là « pop culture » ou autre chose (cf. Le Panorama des Idées n°4, « Bons baisers de la pop culture »). Profondément, cela témoigne de l'appétence contemporaine pour les grands récits populaires partagés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pig - 25/07/2015 - 11:09 - Signaler un abus Dommage...

    ... que cet article passionnant ne soit pas signé ! Qu'il n'ait non plus été relu (certaines phrases sont incompréhensibles).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€