Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 13 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’horizon Wauquiez : entre leader retrouvé et petite forme démocratique pour l’élection à la tête du parti, bonne ou mauvaise nouvelle pour les Républicains ?

L'unanimité que semble faire Laurent Wauquiez avant même la primaire des Républicains est-elle forcément une mauvaise chose? Et si l'émergence d'un chef ne serait pas au contraire ce dont la droite a besoin pour se relancer?

Nouvel homme fort de la droite

Publié le
L’horizon Wauquiez : entre leader retrouvé et petite forme démocratique pour l’élection à la tête du parti, bonne ou mauvaise nouvelle pour les Républicains ?

Atlantico.fr : Beaucoup s'inquiètent de l'absence de concurrent crédible à Laurent Wauquiez en vue des primaires de la droite. Sachant que la culture de la droite est souvent celle d'un homme, d'un leader, cette unanimité n'est-elle pas une bonne chose pour Les Républicains ? 

Roland Hureaux : Je ne crois pas que le culte du chef soit le propre de la droite : voyez Staline ou Mao. A l’inverse il existe une droite libérale, une droite de notables , orléaniste  si vous voulez, qui n’a jamais beaucoup aimé les chefs. S’agissant des Républicains, dans la mesure où ils descendent, après plusieurs mutations génétiques il est vrai, des  partis gaullistes des années 1950 et 1960, on tend à les  aricaturer en en faisant un parti « bonapartiste ». C’est plus vrai du chiraquisme que du gaullisme.

De Gaulle aimait certes que ceux qui le suivaient lui obéissent mais il était un homme d’une grande culture, ouvert au monde, ayant des vues élevées. Ce n’était pas une ganache ou un adjudant de caserne. Quand Philippe Séguin a instauré en 1998 l’élection directe du président du RPR par les militants, il a commis un peu  la même erreur que le général de Gaulle en 1963 : l’élection au suffrage universel peut parfois désigner un chef charismatique, mais quand il n’y en a pas, elle divise : voyez le désastre de l’affrontement  Fillon-Copé en 2012. Voyez surtout la division de la France en deux camps que Macron, autoproclamé « ni droite ni gauche » n’a évidemment pas surmontée. 

Wauquiez est loin de faire l’ unanimité : mais son hégémonie apparente va en effet éviter aux Républicains d’être divisés en deux camps, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y aura  pas de pertes du côté de la gauche. Ces pertes seraient même plus importantes si Macron pouvait donner des postes à tout le monde mais il ne le peut pas. De là à dire que Laurent Wauquiez est le grand chef à même de rassembler la droite, y compris ceux qui sont partis au FN, il faut attendre pour en juger. Je dirais que les batailles comme celles que nous avons connues à l’UMP en 1992 puis en 1996  témoignent de l’absence de personnalités du rang le plus élevé. Avec l’actuelle élection interne de LR, l’appauvrissement des ressources humaines s’est  encore aggravée: au rang moyen il y avait deux ou trois personnalités qui se disputaient la tête, il n’y en a plus qu’une, au moins qui soit assez connue pour gagner, car il y a d’autres candidats de valeur : je pense à quelqu’un comme Julien Aubert.

Atlantico.fr : L'émergence de Laurent Wauquiez et de sa ligne droitière forte n'est-elle pas le signe d'une volonté des Républicains de revenir aux sources et donc de voir ce genre de ligne dans cette primaire? 

Ligne droitière, certes : Wauquiez  parle beaucoup de « valeurs », un  terme que  Nietzsche et Heidegger ont critiqué : les « valeurs » sont forcément relativistes : mes valeurs, tes valeurs, ses valeurs. Il parle aussi beaucoup de la droite forte mais il n’aborde guère la question de l’Europe et de l’euro, des réformes sociétales faites par la gauche ou encore en en reste dans les généralités sur l’ immigration, ce qui peut laisser quelques frustrations. Je ne dis pas qu’il faut trancher: abrogation ou non de la loi Taubira, sortie ou non de l’euro : il y a la place pour des positions plus subtiles, mais on ne saurait faire comme si ces questions ne se posaient pas.
Dans ce registre, Wauquiez a un héritage lourd  à assumer: chacun son tour, Chirac puis Sarkozy ont pris des postures de « droite forte » pour être élus, mais les décisions qui ont suivi n’ont pas été à la hauteur. S’inscrivant à leur suite, Laurent Wauquiez devra faire un effort particulier pour assurer sa crédibilité. Ceci dit, la place de la droite est à droite, comme celle de la gauche est à gauche, malgré ceux qui, comme Macron tentent de brouiller les repères. Et il ne faut pas oublier que la moitié des électeurs de droite sont aujourd’hui au Front national. Il  faut donc aller plus loin: la droite classique doit aller au peuple. Par exemple en n’applaudissant pas bruyamment , comme le fait Copé, aux Ordonnances travail. J’aime bien l’expression Paul-François Shira (FigaroVox) : « La gauche a assumé l'abandon du peuple, la droite doit assumer celui des élites ». Puisque les élites mondialisées votent à gauche (c’est le  phénomène Macron), la droite ne doit plus courir derrière elles : elle doit désormais réaliser l’union des classes moyennes et du peuple, de tous ceux qui sont encore « de quelque part ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par casanostra - 10/10/2017 - 11:40 - Signaler un abus Laurent Wauquier est le seul candidat qui peut réussir !!!

    Est-ce que pour des raisons d'égo nous allons perdre la derniére chance de relancer la Droite Républicaine Nationale ? si les ex-dirigeants des LR se battent se déchirent nous qui sommes la Droite où iront nous ? devinez s'est trés facile, nous irons au FN qui sera contraint de tenir compte de nous pour enfin gagner et prendre la Direction du Pays la grande et immense FRANCE

  • Par vangog - 10/10/2017 - 21:56 - Signaler un abus @Casanostra j'aime bien votre "droite républicaine nationale"...

    mais je vous rassure: personne n'ira chez personne! Chacun restera chez soi, mais si Wauquiez parvient à lutter contre les diktats gaucho-centristes qui exigeront de lui qu'il combatte toute porosité entre Front National et "droite républicaine nationale", alors une alliance pour gagner est possible. Et franchement, je pense que cette alliance a plus de chances de réussir que l'espèce de magma gaucho-centro-droitiste qui s'était pris pour une coalition à l'allemande...le seul conseil que je suggérerais à Wauquiez est d'écouter Nietzsche (Oh putain! La faschosphere, non?...) et de cesser d'évoquer des "valeurs", mot inopportun. Qu'il le remplace par "convictions"! C'est plus approprié et plus net...(les convictions ne sont pas relatives, elles engagent l'homme...)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€