Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Votre prénom fait-il partie de ceux qui peuvent faire de vous un gagnant ?

Héritage des parents, le prénom porte en lui toute une symbolique qui influence le quotidien, qu'il s'agisse de la vie professionnelle ou sociale et renvoie à une catégorie sociale. Pour être un atout, il doit généralement être court et simple à prononcer tout en étant familier. Il conditionne de façon consciente et inconsciente l'existence de celui qui le porte.

Personal branding

Publié le - Mis à jour le 18 Décembre 2015

Nous avons peut être également fait une erreur en voulant féminiser à tout prix les métiers en changeant l'orthographe comme avocate, auteure. En essayant de véhiculer plus justice, nous divisons encore plus. Mais si la différence machiste n'est pas faite sur un nom de métier, elle sera forcément faite sur le prénom.  

Adam Alter : Les préjugés contre les femmes dans les milieux juridiques durent depuis toujours. Une femme avec un nom à consonance masculine semblera plus proche des hommes ce qui jouera à son avantage par rapport aux autres ayant un prénom à consonance féminine.

Faut-il s'appeler Thomas et Marie pour mieux réussir dans les études supérieurs comme le révèle une étude ? Même si l'on vient d'un milieu plus défavorisé ?

François Bonifaix : Les prénoms sont classifiés par couches sociales. Les prénoms à consonance américaine par exemple comme Kevin seront plus facilement associés à des couches sociales inférieures. Bien évidemment la position sociale joue beaucoup dans la future réussite de l'enfant. Un Jean-Eugène aura forcément plus de chances de réussir qu'un Kevin. Le prénom marque l'appartenance sociale et aussi la prédisposition financière. Cela ne veut pas dire qu'appeler son enfant Jean-Eugène signifiera qu'il réussira forcément. Mais cela peut tout de même aider en raison d'une perception inconsciente.

Comment le prénom influence t il nos rencontres ?

François Bonifaix : Pour pouvoir exister, une chose ou un être doit pouvoir être nommé. Un exemple dans les films, lorsque le héro tue l'ennemi ce dernier veut absolument connaître le prénom de son adversaire avant de mourir. Nommer c'est donner une existence et un sens aux choses. Si le prénom est imprononçable et non répétable, nous existerons modifié par l'autre. Si nous disposons d'un prénom assez compliqué à prononcer et que la personne le répète d'une autre façon, nous aurons l'impression qu'il ne s'adresse pas à nous. Deux français qui parlent la même langue mais qui n'arrivent pas à prononcer le prénom de l'autre qui est trop compliqué, auront du mal à avoir une véritable interaction. L'échec vient dans la façon de reconnaître l'autre par rapport à son propre prénom. Si nous ne savons pas si la personne au téléphone est de sexe masculin ou féminin et qu'en plus son nom ne nous renseigne pas la conversation sera étonnamment perturbée.

Adam Alter : Avec un nom plus simple et familier les personnes risquent de se montrer plus amicales et ouvertes à notre égard. Il sera plus facile de trouver un emploi avec un nom utilisé principalement par les classes moyennes.

Quelle importance et influence de notre nom sur notre quotidien ?

François Bonifaix : Le prénom pèse inconsciemment sur celui qui le porte. Il porte le projet des parents. Ils ont mis tout leur amour sur ce prénom là mais également les projets d'avenir et de réussite qu'ils ont pour nous. Le prénom pèse aussi de façon consciente sur celui qui le porte. Pour donner un exemple, Blanche Neige est très symbolique. Or certaines filles en Afrique se sont retrouvées avec ce prénom ce qui n'est évidemment pas facile à porter. L'enfant sera perturbé dans son évolution si la symbolique derrière le prénom ne correspond pas à son regard vis-à-vis des autres, et des autres vis-à-vis de lui-même. Le prénom aura donc une influence énorme qu'elle soit consciente ou inconsciente sur nous même.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jurgio - 17/12/2015 - 19:06 - Signaler un abus Si vous vous appelez François

    Tout le monde pensera que vous serez aussi brillant que François Ier

  • Par Gordion - 18/12/2015 - 09:40 - Signaler un abus @jurgio

    Oui!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Bonifaix

François Bonifaix est psychanalyste. Ses recherches l'ont conduit à s'interroger sur les raisons du choix du prénom par les parents et les conséquences psychologiques qui pourraient en découler. Pendant près de 4 ans il reçoit près d'un millier de témoignages, en 1999, il publie alors : Le Traumatisme du prénom, Réédité et réactualisé à 3 reprises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€