Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Si votre médecin est désagréable, changez en : il en va de votre santé

"Ce médecin est froid et dur, mais il est compétent." Une phrase qui ne servirait qu'à nous rassurer...

Next !

Publié le
Si votre médecin est désagréable, changez en : il en va de votre santé

Le diagnostic, 9 fois sur 10, repose sur ce que dit le patient. Si on ne l’écoute pas… Crédit Reuters

Atlantico : Le milieu médical et hospitalier est perçu comme solidaire. Médecins, infirmiers, internes, etc. sont de toute façon "obligés" de s'entendre... sauf quand certains médecins se montrent sévères voire irrespectueux envers les autres. Cela a-t-il une influence sur la guérison des malades ? Les médecins désagréables sont-ils moins efficaces ?

Martin Winckler : Le milieu hospitalier n’est pas homogène. Il est le siège de beaucoup de conflits, qui sont passés sous silence par intérêt ou par peur d’être licencié(e). Il est très difficile de critiquer une institution de l’intérieur sans être mis à part ou viré.

La prédominance des médecins interdit aux infirmières, aux sages-femmes, aux médecins en formation de critiquer ce que font les praticiens hospitaliers. Or, sans critique exprimable, aucune amélioration n’est possible. Et ça n’est pas propice au soin. Personnellement je pense que l’on ne peut pas être compétent si on est psychologiquement inapte. La bonne communication ne remplace pas la compétence technique, mais les deux sont indispensables. Dire : « ce médecin est froid et dur, mais compétent » c’est seulement une manière de se rassurer. S’il n’entend pas ce que vous dites, s’il ne répond pas à vos inquiétudes, s’il ne vous parle pas, comment peut-il être compétent ? La première obligation d’un soignant, c’est le respect pour l’autre. Où est le respect, dans le silence ?

Cela influe-t-il sur le capacité à diagnostiquer ?

Bien sûr. Le diagnostic, 9 fois sur 10, repose sur ce que dit le patient. Si on ne l’écoute pas…

Comment expliquer cette attitude d'une profession dont on pourrait considérer que la mission est de prendre soin des autres ?

Très simplement : la formation des médecins est encore conçue comme la formation d’une « élite ». Implicitement, cette « élite » vaut mieux que les gens dont elle s’occupe. Et certains de ses membres considèrent que ça les autorise à se comporter comme ils veulent. Le fait de devenir médecin ne rend pas moralement irréprochable. Pour avoir une attitude morale, il faut y travailler ; il ne faut pas faire passer ses désirs, ses préférences, ses valeurs, avant celles des autres. Or, tant qu’ils se prennent pour les membres d’une élite, les médecins se sente autorisés à le faire.

La formation des médecins est-elle trop axée sur la technique et pas assez sur le rapport humain en France ? Qu'en est-il dans d'autres pays ?

Ce n’est pas spécifique à la France, c’est vrai dans tous les pays industrialisés, en raison du caractère commercial de la santé. La technologie est une exploitation commerciale exagérée, exponentielle, de techniques scientifiques censées aider la pratique médicale, et non s’y substituer. A l’hôpital, on est très sensible aux sirènes de l’industrie, on achète et on utilise beaucoup de machines, et on finit par subordonner la formation des médecins à l’utilisation des machines. Inévitablement, ça éloigne les médecins des patients. Si j’imagine qu’une machine me donnera le diagnostic plus facilement et de manière plus fiable que le dialogue et l’examen clinique, alors je regarderai l’écran, pas le patient.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 03/03/2014 - 10:26 - Signaler un abus constat très juste

    Mais pourquoi l'article est il si court ... alors que certains sujets d'Atlantico traités par plusieurs auteurs s'étirent parfois sur 3 ou 4 pages ce qui est trop long ?

  • Par GOGO - 03/03/2014 - 10:49 - Signaler un abus j'ai rencontré un dentiste sûrement alcoolisé

    Con et méchant ....sûrement incompétent , du coté de la poste et de la gare adoubé par les mutuelles : Il se reconnaitra ! Avec une assistante qui va avec ! bien entendu ! Et c''est vraiment très très surprenant !

  • Par gliocyte - 03/03/2014 - 16:51 - Signaler un abus De qui parle t-on? Article encore à charge...

    Dans le titre: Si votre médecin est désagréable, changez-en. On pense donc en premier lieu au médecin de ville mais dans l'article il n'est question du médecin hospitalier. Que M Winckler soit plus rigoureux ou qu'Atlantico évite de faire des amalgames. Ecrire que les médecins se prennent pour des élites et de ce fait traitent de haut leurs patients est tellement réducteur que cela en est risible. En ville, il existe des médecins consciencieux et d'autres qui ne le sont pas, de même qu'il existe des médecins à l'écoute de leurs patients et d'autres non. De même qu'il existe des patients respectueux et d'autres non qui prennent le médecin pour leur larbin dont ils claquent la porte s'il ne veut pas lui prescrire l'arrêt de travail ou qui hurlent dès qu'il a du retard. Il y a aussi ceux qui se sont renseignés sur internet et qui prétendent savoir mieux ce qu'ils ont que le médecin. Il y aussi ceux qui veulent bénéficier de tous les examens les plus coûteux et qui ne veulent surtout pas attendre qu'ils sont inutiles dans leur cas. Ils y ont droit et l'exigent. Le médecin doit aussi se protéger et ouvrir le parapluie, d'autant qu'en cas de procès, il est présumé coupable..etc

  • Par gliocyte - 03/03/2014 - 16:52 - Signaler un abus Ps

    Erreur: lire entendre à la place d'attendre.

  • Par ignace - 03/03/2014 - 20:56 - Signaler un abus @ gliocyte je partage votre analyse que je trouve pertinente

    même si l'article a un coté intéressant il est trop restrictif

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Martin Winckler

Martin Winckler (Marc Zaffran) a été médecin généraliste en France, à la campagne et en service de planification hospitalier de 1983 à 2008. Il est l'auteur de romans et d'essais, en particulier La maladie de Sachs, Le Choeur des femmes et Nous sommes tous des patients Son site : www.martinwinckler.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€