Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Votre éponge, cet incroyable nid à bactéries

Les vieilles éponges ne sont pas les instruments parfaitement propres que l'on croit. Leur manipulation peut être problématique et pose la question de la différence entre hygiène et propreté.

Poisseux

Publié le

Les brosses, paille de fer ou autre objet permettant de récurer et laver sont-elles elle aussi concernées ?

Le cas des éponges épaisses est vraiment particulier. Aucun autre support de nettoyage ne leur est comparable. Tous les autres supports ou presque peuvent être nettoyés — car comment nettoyer une éponge ? – et séchés. Les éponges ont connu leur heure de gloire à l’époque où une célèbre entreprise française a réussi à fabriquer un objet de synthèse reproduisant assez bien la couleur et la texture de ces animaux marins dont le squelette léger et poreux constitue « l’éponge naturelle », si agréable pour la peau.

L’étude citée en référence porte sur les bactéries des éponges. Mais elle passe sous silence les champignons microscopiques. Or, ils sont plus gênants dans l’environnement que les bactéries. Ils se développent vite, colorent et dégradent presque tous les supports sur lesquels ils prolifèrent. De plus, et c’est là un point très important, ces champignons microscopiques émettent des spores qui passent dans l’air et peuvent, non pas nous infecter — à moins d’un terrain très immunodéprimé —, mais irriter nos muqueuses oculaires, nasales et respiratoires et être de cette façon à l’origine d’allergies, du moins s’il existe une prédisposition à celles-ci. Or, les allergies progressent à grande vitesse dans nos pays industrialisés à haut niveau de vie. Il existe de plus en plus d’enfants souffrant d’asthme bronchique allergique ou de rhinite allergique (« rhume des foins »). C’est dire que, si l’on prend un point de vue, non pas infectieux, mais allergique, alors, oui, la prolifération de certains microorganismes vivants comme les champignons (et les acariens : « allergie à la poussière de maison ») constitue un risque pour notre santé. Et d’une certaine façon, les éponges peuvent participer à ce risque.

On peut retenir qu’il faut lutter contre les sources d’humidité persistante, car les développements microbiens (mais aussi les larves de certains insectes) qu’elles favorisent peuvent nuire à notre santé, mais beaucoup plus sur le plan allergique qu’infectieux. En cela, les éponges parallélépipédiques ne sont pas à conseiller.

 

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€