Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Votation, pourquoi les Suisses confortent leur sécurité alimentaire... Et pas nous !

Ce dimanche 24 septembre, les Suisses ont rendez-vous avec les urnes. Leur « votation » porte sur trois points distincts : deux concernent les retraites et semblent difficiles à dénouer dans les sondages, tandis que le troisième, sur la sécurité alimentaire, devrait être adopté facilement. Explications.

Exemple alpin

Publié le
Votation, pourquoi les Suisses confortent leur sécurité alimentaire... Et pas nous !

Ce sujet a également été traité sur WikiAgri

La Suisse, pays des référendums populaires, devrait ainsi accepter d’inscrire sa sécurité alimentaire dans sa constitution, selon les derniers sondages avant le vote de ce dimanche. Cette modification de la constitution vise à assurer l’approvisionnement de la Suisse en prenant compte de l’ensemble de la chaine de production, de la fourche à la fourchett

La Suisse fait partie de ces pays qui ont une réelle vision pour leur agriculture, et son apport à la société. En 2014, l’Union suisse des paysans avait lancé une initiative populaire, appelée « Pour la sécurité alimentaire ». La Confédération avait alors examiné le projet avec attention, et l’avait trouvé inachevé, dans le sens où, s'il prônait la promotion des productions locales, c'était sans tenir compte des importations, qui devaient elles aussi répondre à des critères de sécurité alimentaire.

Mais l'intérêt pour le sujet était tel, qu’une contre-proposition a été rédigée, laquelle est donc soumise à votation, selon le terme en vigueur en Suisse pour les référendums, ce dimanche 24 septembre.

Il s’agit d’inscrire la sécurité alimentaire dans la constitution suisse selon cinq critères. Ainsi, si le premier projet de l’Union suisse des paysans ne visait qu'à défendre la profession, le contre-projet inclut bien sûr cette volonté, mais dans un champ plus large pour intéresser tous les citoyens, et même les agriculteurs suisses vivant de l’export, de fait oubliés du premier texte. C’est donc le concept de « sécurité alimentaire » qui englobe tout cela.

Les cinq points de la sécurité alimentaire vue de Suisse

Voici les thèmes des cinq critères retenus pour la sécurité alimentaire en Suisse, selon le texte soumis à votation :

1) La protection des terres agricoles pour une préservation des bases des productions agricoles.

2) L’adaptation des productions aux conditions locales avec une utilisation efficace des ressources (en d’autres termes, le maintien de l’environnement dans la manière de produire).

3) Orienter les denrées alimentaires vers les marchés, tant l'intérieur que l’extérieur (ou comment leur trouver un débouché économique).

4) Assurer des relations commerciales transfrontalières dans le respect du développement durable (accepter import et export en répondant toutefois à différentes conditions).

5) Utiliser des denrées alimentaires qui préservent les ressources (inclus dans ce chapitre : réduire la quantité de déchets alimentaires, qui constituent, en Suisse, un tiers des denrées produites).

Pourrait-il s’agir d’un modèle pour la France ?

Les perceptions suisses et françaises de l’agriculture sont différentes, un « copié-collé » parait donc hors de propos. En effet, le système suisse a de tout temps protégé son agriculture. Avant même cette inscription probable dans la constitution, le foncier agricole est très surveillé. Impossible pour un élu local de le changer de destination (pour un agrandissement urbain ou une zone économique par exemple) sans l’approbation du ministère de l’Agriculture, qu’il n’est possible d’obtenir qu’après moult argumentation. Par ailleurs, les prix des produits agricoles sont fixés à l’avance, et largement au-dessus des cours mondiaux, ceci en vertu d’un pouvoir d’achat supérieur dans le pays, et d’une politique protectionniste par rapport aux importations.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 24/09/2017 - 15:53 - Signaler un abus Round Up

    Et si on organisait, en France, un référendum pour ou contre le Round Up ? Sommes-nous prêts à payer plus cher une nourriture exempte de ce poison ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€