Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

De vos serviettes à vos téléphones en passant par vos tenues de nuit, êtes-vous sûr de savoir à quelle fréquence vous devriez laver objets et vêtements du quotidien ?

Lavez-vous régulièrement votre téléphone (que l'on touche 150 fois par jour) ? Votre clavier d'ordinateur (5 fois plus sale qu'un siège de toilette) ? Et vos draps, véritables nids de peaux mortes et d'acariens? Voici un petit guide pratique pour avoir une hygiène irréprochable.

Règlages

Publié le
De vos serviettes à vos téléphones en passant par vos tenues de nuit, êtes-vous sûr de savoir à quelle fréquence vous devriez laver objets et vêtements du quotidien ?

Atlantico : Quels risques à ne pas les laver régulièrement (maladie infectieuse, allergie, désagréments) ?         

Stéphane Gayet : Les microorganismes (virus, bactéries, microchampignons et microarthropodes) font partie de notre vie : ils sont omniprésents dans notre environnement immédiat et même sur notre peau et nos muqueuses. Ce monde immense et invisible ne doit pas être perçu comme une menace systématique pour notre santé. Certes, quand on évoque les « microbes » (terme du langage courant correspondant à celui de microrganismes), on a le plus souvent à l’esprit les agents infectieux, c’est-à-dire les microorganismes pathogènes, ceux qui déterminent des maladies telles que la grippe, la tuberculose, le sida, la méningite, l’hépatite B ou encore la fièvre Ebola. Mais il s’agit là d’une vision déformée de ce monde infiniment petit. Bien sûr, il y a les microorganismes pathogènes et l’on a tout à fait raison de s’en méfier, car ils frappent les plus vulnérables d’entre nous et parfois de façon mortelle ; mais ils ne constituent en réalité qu’une toute petite fraction de l’ensemble.

L’attitude la plus judicieuse et raisonnable, vis-à-vis de ce risque microbien quotidien, consiste à le gérer en raisonnant à partir de tout ce que nous savons et en restant pragmatique. Il s’agit par conséquent de distinguer les objets en fonction de leur caractère lisse (matière plastique dure) ou poreux (pièce de linge), de leur utilisation par une seule personne ou différentes personnes qui se succèdent, de la partie du corps avec laquelle ils sont en contact (la main, l’avant-bras, le visage, le corps), de la nature de ce contact (direct ou par l’intermédiaire d’un vêtement ou d’une chaussure) et enfin de la fréquence avec laquelle ils sont en contact avec nous.

En termes de nature des risques représentés par tous ces objets potentiellement contaminés par différents microorganismes, il s’agit essentiellement de risques infectieux. Mais à vouloir trop en faire, par exemple en désinfectant de façon très fréquente des objets manipulés, on peut déplacer le risque et le transformer en risque allergique voire toxique eu égard aux désinfectants appliqués et par définition non rincés.

En matière de gestion des risques, il y a toujours une part de subjectivité, d’évaluation personnelle des risques, en fonction de la façon dont nous les percevons. Par ailleurs, les risques sont fluctuants au cours du temps : en période d’épidémie d’infections virales respiratoires et gastro-intestinales, le niveau de risque est bien plus élevé que le reste de l’année.

Il y a également une alternative à la décontamination ou désinfection très fréquente, c’est l’attitude qui consiste à éviter de contaminer un objet ou de se contaminer à partir de lui.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 05/02/2018 - 08:47 - Signaler un abus Merci pour ces conseils

    Inapplicables pour la plupart !.... Retenons de nous laver les mains plus fréquemment.

  • Par Patatras47 - 05/02/2018 - 10:01 - Signaler un abus Où est l'économie?

    Et l'économie dans tout ça? Tous ces conseils sont bons pour les personnes qui n'ont rien d'autre à faire. De plus ça fait tourner les machines et au prix de l'eau de nos jours la note monte vite. Je trouve ces conseils de propreté quelque peu obsessionnels. Je ne me vois pas en train de nettoyer les poignées de portes tous les jours. En revanche, je trouve l'habitude de faire la bise très anti-hygiénique.

  • Par Alain Briens - 05/02/2018 - 14:46 - Signaler un abus Très insuffisant pour vivre hygiéniquement !

    Moi je nettoie les interrupteurs au gel hydro-alcoolique à chaque utilisation, avant (pour ne pas me contaminer) et après (pour ne pas contaminer les autres). Comme je n'étais pas certain de savoir s'il fallait se laver les mains avant ou après être allé aux toilettes, j'ai résolu le problème en enfilant des gants de chirurgien chaque fois que je m'y rends. Je ne manipule jamais la télécommande de ma télévision, j'appuie sur les boutons à l'aide d'un coton-tige que je change après chaque usage. J'ai banni les espèces au profit du sans contact, je ne touche mon portefeuille et ma carte de crédit qu'avec des gants que je récupère chez les pompistes. J'ai un spray avec lequel je diffuse de l'eau de Javel sur mes draps avant de me coucher. Je ne serre pas la main, ne fait pas la bise, je n'embrasse ma femme qu'après qu'elle se soit fait un bain de bouche au Dakin. ALORS BORDEL, COMMENT J'AI FAIT POUR ATTRAPER LA GASTRO ?

  • Par moneo - 05/02/2018 - 15:43 - Signaler un abus j'ai la reponse

    vous avez mangé BIO

  • Par Michel Baubet - 06/02/2018 - 13:03 - Signaler un abus A propos de l'eau de Javel

    Attention, la désinfection n'est assurée qu'après 20 minutes de contact !

  • Par Louna - 06/02/2018 - 16:06 - Signaler un abus @ Alain Briens

    Votre commentaire est très drôle !!! Quand les "réflexes propreté" se multiplient, on n'est plus dans le bien-être mais dans la contrainte et l'obsession. Coluche nous faisait bien rire avec sa lessive qui lavait plus blanc que blanc, aujourd'hui ce sont tous les objets de la maison qu'il faut désinfecter. A force de vivre dans un milieu aseptisé, nos organismes surprotégés ne savent plus se défendre. Sur ce je vous laisse je dois enfiler des gants pour attraper mes gants de vaisselle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€