Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'étrange guerre de la mairie de Paris contre les voitures

La municipalité de Paris souhaite poursuivre la piétonisation des voies sur berges. Et cela malgré la lettre du Premier ministre, François Fillon informant que l'Etat s'opposerait au réaménagement des quais rive gauche.

Berges barges

Publié le

Le premier ministre, François Fillon, a fort heureusement suspendu les études et travaux relatifs à la transformation d'une partie de la voie sur berge de la rive gauche de Paris. Comme on le sait, la municipalité souhaite supprimer la circulation automobile sur une portion de cette voie et installer un "espace ludique" composé d'un escalier monumental, d'îles flottantes et de diverses installations destinées aux piétons.

Il est clair que ce projet relève purement et simplement d'une approche idéologique destinée à faire plaisir aux écologistes membres de la majorité municipale.

Ceux-ci vouent une véritable haine à la voiture, tout au moins à la voiture privée, sans doute parce qu'elle est signe d'individualisme, contrairement à ce qu'ils chérissent, les transports collectifs. Bien entendu, une apparence de rationalité est donnée à cet ensemble de sentiments vagues par référence au mot d'ordre à la mode : "sauver la planète". En rendant la circulation des voitures plus difficile, on découragerait un certain nombre de conducteurs d'utiliser leur véhicule privé et on réduirait donc la pollution atmosphérique.

Mais si l'on veut rationaliser les décisions – ce qui est évidemment souhaitable – il convient d'en faire une analyse économique rigoureuse, c'est-à-dire une analyse tenant compte des besoins de ceux qui sont concernés. Ces besoins étant complexes et divers, il n'est pas suffisant de se rallier au mot d'ordre "guerre aux voitures". Mais il est une caractéristique commune à tous les individus, à savoir qu'ils disposent d'un bien rare par excellence, le temps.

Et le souci de chacun consiste à utiliser au mieux le temps disponible, par exemple pour se distraire ou pour circuler afin de se rendre vers des activités de travail ou de loisir. C'est précisément parce que le temps est rare que la voiture a été inventée. Elle est, de ce point de vue, un extraordinaire instrument de maîtrise du temps, mais aussi un instrument de liberté, permettant à chacun de se rendre le plus facilement possible d'un point à un autre. Vouloir créer des obstacles à la circulation automobile par rapport à ce qui existe (la voie sur berge), c'est donc empêcher un nombre considérable d'individus de satisfaire au mieux leurs besoins.

Précisément parce que les besoins de chacun sont divers, on peut souligner que les milliers d'automobilistes qui utilisent chaque jour la voie sur berge bénéficient aussi du grand plaisir de contempler un merveilleux paysage urbain. Pourquoi les en priver afin de le réserver aux quelques individus (ou même aux quelques bandes…) qui fréquenteraient ces lieux ?

Ceci serait d'autant plus absurde qu'il serait évidemment possible de trouver des solutions techniques pour pouvoir, à la fois, préserver l'espace de circulation des véhicules et pour bâtir en terrasse au-dessus des voitures, ou sur la Seine, les fameux espaces ludiques. Mais, précisément, si la Mairie de Paris n'a pas voulu chercher une solution susceptible de satisfaire aussi bien les uns que les autres, c'est bien évidemment parce que son souci primordial n'est pas d'offrir aux parisiens un nouvel "espace ludique", mais parce qu'elle veut surtout punir les méchants automobilistes et qu'il fallait bien trouver un prétexte pour cela.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mani - 26/01/2012 - 12:48 - Signaler un abus C'est la politique de Delanoé

    Les voies sur berge sont réservées aux vélos le dimanche. Résultat : on y voit trois pèlerins et deux péquins, pendant que les quais sont embouteillés. Delanoé veut virer les voitures sans avoir à le dire, en faisant la vie impossible aux automobilistes, et ça se voit dans tous les détails : par exemple, tout le long du tramway sud et notamment à la porte d'Orléans, il y a une voie de bus et deux voies pour les voitures... sauf que les aménagements empêchent deux voitures de passer de front à chaque carrefour ! Résultat : embouteillages. C'est une politique dégueulasse, qui nuit par ailleurs à l'environnement (les embouteillages tout le temps, même à trois heures du matin sur le Magenta depuis les aménagements) et qui nuit à la ville.

  • Par Mani - 26/01/2012 - 12:50 - Signaler un abus L'action de Delanoé est

    L'action de Delanoé est anti-écologique et anti-démocratique. Pourquoi ne consulte-t-il jamais les parisiens sur ces sujets importants ? Sûrement parce que les parisiens sont des réactionnaires qui ne comprennent rien à l'action d'un visionnaire en avance sur son temps...

  • Par ISABLEUE - 26/01/2012 - 14:03 - Signaler un abus Beaucoup de blabla :

    vous avez oublié le PRINCIPAL / Paris est absolument dé-gueu-lasse depuis que Delanoe est aux manettes, entre Paris Plage et faire la guerre aux voitures pour que les bobos puissent rouler en vélo (sur les trottoirs) je choisis la propreté. Mais hélas, il faut attendre encore un peu..

  • Par Indigène Indigné - 26/01/2012 - 14:34 - Signaler un abus Regardez la, la gauche à bobos !

    Depuis la mise en place de leur politique de la ville, en tant que piéton, ce que j'ai vu, c'est l'augmentation des bouchons surtout dans la durée. Là où avant, vers 19 heures les grands axes menant au périph étaient dégagés, aujourd'hui ça se poursuit au delà des 21 heures. Comme le disait je ne sais plus qui : si delanöé avait été maire de paris en 40, jamais les allemands n'auraient pu y entrer !

  • Par Gilles - 26/01/2012 - 15:21 - Signaler un abus Bêtise

    Et si comme à Londres et désormais à Milan, il y avait un péage pour circuler en ville. Les politiciens sont vraiment bornés. Ils craignent que leurs véhicules à gyrophare ne puissent plus rouler. Car c'est à ce genre de signe extérieur qu'ils tiennent le plus.

  • Par le Gône - 26/01/2012 - 19:05 - Signaler un abus Ben c'est pourtant évident..

    Que la mairie n'est plus qu'une chambre d'enregistrement idéologique tournée vers "ses" electeurs Bobo..Il est incomprhensible qu'un "Delanoé" somment de l'incapacitéet de l'icompetance est pu arrivé a cette fonction..c'est ahurissant, dailleurs les Parisiens paient cher cette "nomination" la ville est dégueulasse..on n'y circule plus du tout..voilà c'est ca le socialisme..en Mai rappelez vouis de voter tout ce que vous voulez pourvu que ce soit a "DOITE"..

  • Par fms - 26/01/2012 - 19:08 - Signaler un abus 50% des parisiens n'ont pas de voitures...

    est-il si important d'abreuver l'hyper-centre parisien de véhicules qui sont simplement en transit ? A quel moment l'état français, la région et les communes alentours prendront-elles le problème à bras-le-corps : il est plus facile pour aller de banlieue à banlieue de passer par Paris que d'utiliser les voies transversales ! Le progrès économique n'est pas d'utiliser les infrastructures existantes à Paris pour entasser plus de voitures, mais de développer des nouvelles infrastructures en banlieue pour alléger les voies existantes. Paris est saturé et les Parisiens ne veulent plus de voitures chez eux.

  • Par brennec - 26/01/2012 - 19:38 - Signaler un abus Paris ville de vieux en villégiatures.

    @fms: paris n'appartient pas aux parisiens, c'est la capitale de la france, ce qui justifie (en partie seulement) que tous les français payent pour Paris et qui explique aussi qu'elle n'est guère appréciée de la province. Les obstacles déraisonnables mis a la circulation dans paris ont déjà un impact sur la pollution, le camion a été remplace par des myriades de camionnettes, dont la somme est plus polluante que le camion d'origine, ces camionnettes ont doublé le temps qui leur était nécessaire pour effectuer leurs livraisons. Ironiquement on pourrait dire que Paris a préféré l'individuelle camionnette au collectif camion. D'aucuns dirons que la pollution n'a pas augmenté, elle n'a quasiment pas baissé alors que les progrès effectués sur les moteurs sont énormes, une grande partie de ces gains a été reperdue. Quand Paris n'aura plus de magasins, plus d'artisans, plus d'industries, plus de bureaux, on pourra la présenter en contre exemple au reste du monde, qui ne manquera pas de nous l'envier. Tout compte fait, il serait moins néfaste que Mr Delanoé se livre a sont petit plaisir consistant a verdir la tour eiffel.

  • Par fms - 26/01/2012 - 21:54 - Signaler un abus @brennec

    je suis preneur de tes chiffres des transferts financiers province-paris, vue la cagnotte que paris met à disposition des villes de banlieue. Les industries ont disparu depuis belle lurette, le XVe est devenue l'arrondissement des familles par exemple. Il reste les services et les commerces qui sauront très bien composés avec les restrictions apportées à la circulation automobiles. Et tu as raison, un peu plus de verdure, pas forcément sur la dame de fer, serait la bienvenue.

  • Par NewParadigm - 27/01/2012 - 00:16 - Signaler un abus Les conquérants

    Moi qui vis depuis longtemps à l'étranger, j'ai compris ce que Paris était devenue grâce à Delanoé et ses amis lorsque je me suis fait insulté, un dimanche après-midi de juin dernier, par un cycliste qui roulait à toute vitesse sur le trottoir du quai du Louvre, à contresens du trafic automobile, quand je lui ai dit, naïf que je suis, que le trottoir était pour les piétons. Ben non, de fait ou de droit, les bobos en vélo peuvent impunément mettre en danger les piétons sur les trottoirs, même les plus beaux du monde — et en plus les insulter.

  • Par Indigène Indigné - 27/01/2012 - 12:10 - Signaler un abus @newparadigm

    Les bobos à vélos sont des extrémistes la plupart du temps. Forts de leur nouveau droit (la piste cyclable) sur les voitures, ils déconsidèrent le piéton. Ils sont dangereux et arrogants. Ils craignent grave et son prêts à te gueuler dessus si tu flanes sur Leur portion. En général, on les sent bien venir, on sent bien arriver sur soi le cycliste extrémiste bobo écolo parisen. Et quand c'est comme ça, petit conseil que je refile juste là comme ça, préparez vous à lui envoyer une mandale, lui refiler une beigne dont il se souviendra. Et bien croyez moi ou pas, mais ce type de cycliste sent bien la chose venir lui aussi et en général maugrée, ronchonne mais vous évite en toute sécurité.

  • Par sheldon - 28/01/2012 - 01:04 - Signaler un abus Ce que vous n'avez pas compris, c'est amener la banlieue

    Très en accord avec Terra Nova il faut imposer aux Parisiens la mixité, donc tout faire pour amener les quartiers dans Paris. Il va y avoir la suppression des zones RER afin que toute la banlieue puisse bien venir dans Paris, avec ce plaisir sadique du bobo de gauche de pouvoir faire chier les "riches", bien que les bobos soient souvent bien plus riches. Je propose que dans le jardin de la Place des Vosges on installe de quoi faire des kebabs afin que les quartiers s'approprient au mieux Paris !

  • Par tod - 30/01/2012 - 13:55 - Signaler un abus Paris la plus embouteillée d'Europe

    PARIS est la ville LA PLUS EMBOUTEILLEE D'EUROPE Voila le résultat des couteuses dépenses de M. Delanoé Les premiers pénalisés sont les banlieusards qui n'ont pas les transports et les moyens de se passer de leur voiture Il est évident qu'un bobo plein de fric à Paris ne ragit pas comme un banlieusards sans transport en commun, c'est évident Un ami transporteur me confirme qu'au niveau du camionage, avant 2 camionettes pouvait aire leur tournée. Maintenant, il en faut 3. On appel cela de l'Ecologie Je ne parle pas des dégats du tramway sur la ciruculation, alors qu'on a toujours les lignes inutilisées de la petite ceinture juste à coté Il faut virer ce Delanoe, il est fou

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Salin

Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.

Ses ouvrages les plus récents sont  La tyrannie fiscale (2014), Concurrence et liberté des échanges (2014), Competition, Coordination and Diversity – From the Firm to Economic Integration (Edward Elgar, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€