Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 21 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Voilà pourquoi vous voyez des pubs pour les banques françaises partout en cette rentrée

Embouteillages de campagne de communication bancaire. La majorité des banques françaises cherchent la recette miracle pour s’assurer un avenir.

Atlantico Business

Publié le
Voilà pourquoi vous voyez des pubs pour les banques françaises partout en cette rentrée

Embouteillages de campagne de communication bancaire. La majorité des banques françaises cherchent la recette miracle pour s’assurer un avenir.

Les banques n’ont guère le choix si elles veulent satisfaire les demandes de sécurité du client et affronter la concurrence des nouveaux acteurs ou de ceux venus d’ailleurs, elles doivent à la fois intégrer la mutation digitale pour faire des économies de coût, mais pour éviter la casse sociale, elles doivent aussi préserver leurs salariés.

Dans un écosystème qui a complètement changé, les banques de détail doivent découvrir la recette miracle.

Les banques françaises ne lésinent pas pour faire la communication de leur stratégie.

La BNP vend la confiance que doit inspirer sa taille internationale et son expertise. Le Groupe des Banques populaires et des Caisses d’épargne promet de renforcer la proximité avec son client mais annonce que son développement sera européen. LCL rappelle que sa vocation, c’est aussi d’être près de son client en l'accueillant dans des agences nombreuses et rénovées, on sent que le Crédit agricole, avec son bon sens près de chez nous, n’est pas loin.  Arkea, le cousin turbulent breton du Crédit Mutuel, a fait passer le message que la performance et la relation client dépendaient de sa flexibilité, de sa réactivité et de son autonomie.

Dix ans après Lehman Brothers, quinze ans après la déferlante digitale dans tous les secteurs de l’économie, les banques cherchent encore à résoudre la quadrature du cercle, la recette miracle qui leur permettrait d’échapper à la fatalité de cette modernité qui pourrait les condamner.

Parce qu’il faut être lucide, les banques sont coincées de toutes parts.

-La réglementation bancaire a été renforcée et elles doivent maintenant apporter aux Etats et aux clients la preuve que leurs fondations sont solides, leur ratio de solvabilité et de liquidités sont stricts.

Mais parallèlement, elles doivent être en mesure de répondre aux nécessités de l‘économie, c’est à dire prendre une part du risque de l‘entreprise.

Le tout sans oublier de survivre, elles se doivent d’améliorer leur rendement dans un univers où les taux d’intérêt ne valent rien (ou presque) avec des frais généraux considérables liés aux armées de salariés de toutes expertises qu’elles ont enrôlées au cours des vingt dernières années.

Elles doivent protéger et accroitre leur activité dans un écosystème où la technologie a autorisé tout le monde à faire le commerce de la banque. Les grands du digital ne rêvent que d’une chose, ouvrir leur banque, les opérateurs de téléphone s’imaginent aussi en banquiers puisqu’ils ont le lien avec des millions de clients, idem pour les grands de la distribution.

Bref, entre les obligations légales, la concurrence qui part dans tous les sens et la productivité nécessaire, les banquiers sont enfermés dans un faisceau de contraintes d’où elles ont du mal à sortir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 18/09/2018 - 11:22 - Signaler un abus Du pur JMS

    Un article lèche bottes, après un article sur les frais excessifs et scandaleux, pris par les banques auprès des petits salaires. Quelles sont les entreprises dans le monde qui sont capables de payer cash 9 milliards d'amende sans sourcilier. Quand aux évolutions technologiques, les banques françaises sont d'un niveau supérieur à la grande distribution, qui n'a rien vue venir. Les banques se modernisent en permanence. Si l'Etat avait pris exemple, ne serait-ce que sur le modèle d'organisation de la BNP, depuis 1985, les économies d'échelle réalisées se compteraient par milliards. Et le tout, pratiquement sans casse sociale. Certes, elles n'ont pas beaucoup de morale, mais elles sont tout de même assez intelligentes.

  • Par J'accuse - 18/09/2018 - 12:28 - Signaler un abus La pub, c'est du baratin pour masquer les réalités

    Qu'est-ce qui motive d'abord le client ? Pas de frais artificiels et exagérés, des moyens de paiements gratuits, et des prêts à faible taux. Le suivi d'un compte et les opérations sur mobile ou PC, évidemment gratuits, sont la moindre des choses. Les contacts humains dans les agences, c'est bon pour les vieux; ils sont un créneau à ne pas négliger (ils peuvent avoir des comptes bien remplis), mais par définition ne sont pas l'avenir. Les mammouths bancaires doivent se dégraisser, comme les services publics, pour offrir les prestations attendues à moindre coût.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€