Mercredi 23 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Voilà pourquoi le duel Copé-Fillon est beaucoup plus intéressant qu'on le dit

Alors que les Français semblent porter un intérêt en demi-teinte pour la prochaine élection à la présidence de l'UMP, certains points méritent néanmoins d'être soulignés.

Deux stratégies

Publié le 25 octobre 2012
 

Si l’on en croit de récentes études, il semblerait que la prochaine élection à la présidence de l’UMP n’intéresse pas la majorité des français. On peut le comprendre au vu de la situation économique et sociale du pays, de la crise de la zone euro et, entre autres sujets chauds, des inquiétudes de nos concitoyens pour leur sécurité.

En revanche, je pense que cette consultation interne sera décortiquée, analysée, débattue par les élèves de Sciences po et autres universitaires pendant longtemps tellement elle me semble exemplaire à maints égards.

En effet, nous sommes là face à deux hommes qui ont choisi deux stratégies rigoureusement opposées en tous points, bien qu’ils appartiennent, comme ils le clament en chœur, « à la même famille politique ». François Fillon, ancien Premier ministre estampillé homme d’Etat, situe clairement cette première manche dans la perspective de 2017. Son raisonnement est le suivant : si le peuple de droite estime qu’il représente sa meilleure chance de battre Hollande dans cinq ans, il vaudrait mieux qu’il ne subisse pas l’humiliation de la défaite dans trois semaines. Au contraire, Jean-François Copé veut inscrire cette élection dans la nécessité immédiate de s’opposer de manière plus constructive et organisée à la politique du gouvernement, pas au delà. Il est vrai qu’un consensus semble se dégager à l’UMP autour de la tenue de primaires ouvertes en 2016 qui serviront, in fine, à sélectionner le champion de la droite à la présidentielle.

Concernant la campagne elle-même, même s’il multiplie les déplacements, François Fillon avance l’œil rivé sur les sondages qui le placent en grandissime favori chez les sympathisants UMP, persuadé que ces chiffres influenceront les votes des militants et lui octroieront une victoire confortable. Tout au contraire, le challenger Copé s’attelle à gagner voix après voix, s’appuyant sur un maillage de cadres placés opportunément dans chaque fédération depuis qu’il dirige le parti.

Les deux rivaux se différencient jusque dans le positionnement idéologique, alors qu’ils font face à deux phénomènes concomitants : la poussée du Front National qui préparent déjà les prochaines municipales et la création d’un parti de centre-droit ambitieux, dirigé par Jean-Louis Borloo qui veut faire de l’UDI la formation dominante à droite comme a pu l’être un temps l’UDF sous Giscard. D’un côté, Copé, chantre d’une « droite décomplexée », se pose dans une geste sarkozyenne comme le seul capable de freiner la progression des « marinistes ». De l’autre, Fillon, en fidèle héritier du gaullisme social version Séguin, espère empêcher la fuite des « modérés » de l’UMP vers l’UDI et, ipso facto, préserver la position majoritaire de son parti au sein de la droite républicaine.

Difficile, à ce stade, de savoir lequel des deux a le plus de chances de l’emporter. Mais ce dont on est sûr, c’est que le résultat de ce combat plus équilibré qu’il n’y paraît pèsera sur les prochains scrutins « fermés » et les tactiques des candidats dans ce type de consultation.

 

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par CN13 - 26/10/2012 - 12:33 - Signaler un abus à zoedubato :

    vous avez bien résumé !

  • Par Gégé Foufou - 26/10/2012 - 07:14 - Signaler un abus Causez,causez

    à propos du F.N., nous labourons le terrain avec nos militants et pas comme l'UMP qui comporte beaucoup d'encartés mais peu ou pas de militants quant aux militants P.S. ils ont baissé les bras.
    RASSURER CONVAINCRE INFORMER NOS CONCITOYENS ET CHAQUE JOUR NOUS PROGRESSONS DANS CE SENS

  • Par Gégé Foufou - 26/10/2012 - 07:08 - Signaler un abus Très bonne analyse

    de la situation.
    Comment savez vous que le F.N. a déjkà commencé à monter des listes pour les municipales, les consignes du Parti ne sont pas vieilles?

  • Par professeur craboule - 25/10/2012 - 21:41 - Signaler un abus Blanc bonnet et bonnet blanc sont sur un bateau...

    Il faudrait c'est désétatiser la France, supprimer toute forme de subvention à la presse, stopper net l'immigration africaine, réaffirmer haut et fort notre appartenance à une civilisation chrétienne et à un monde libre, renvoyer chez eux tous ceux que ça gène, détruire l'ena, laisser ces parasites socialistes et syndicats mourrir, puis bien s'assurer qu'ils disparaissent à jamais du paysage.
    Là ou il faut minimum un bulldozer, là ou il faut réaffirmer fortement des grands principes fondateurs, nos 2 larrons se contenteront d'un programme bien trop tiédasse et sans réèlle affirmation ni conviction.

  • Par Olive.atlantico - 25/10/2012 - 19:14 - Signaler un abus Entièrement d'accord avec zoedubato

    personnellement je trouve très positif la création de l'UDI, en remplacement de l'UDF que Mr Bayrou a auto-dissoute (...). La droite a besoin d'un parti de centre droit, en complément de l'UMP, surtout si celle-ci se déporte sur la droite, ce qui est nécessaire sauf a accepter un gouvernement avec participation du FN, ce qui n'est pas d'actualité...

  • Par antoinem - 25/10/2012 - 18:00 - Signaler un abus Copé chef de l'UMP, Fillon futur Président des Français !

    Perso, le 18 novembre je vais voter pour Copé, car il a une excellente répartie d'opposition largement démontrée lors du débat avec "Moi je", mais pour 2017 je voterai Fillon qui est parfait pour le rôle de Président de la République.

  • Par MEPHISTO - 25/10/2012 - 17:29 - Signaler un abus Le commencement de l' ascencion

    L' un des deux sera peut-être , sans doute , le prochain président de la république en 2017 . parce que je ne crois pas aux chances de réussite du chef de file du nouveau centre( l' UDI ) qui n ' a pas le charisme nécessaire , ni à celle de l' extrême-droite ( sauf en cas de révolution ou de guerre civile ) d' accéder àl a fonction de premier personnage de l' état et que l ' actuel locataire de l' élysée , n' en doutons pas , devra faire place nette ( sauf à céder le fauteuil à son ministre de l' intérieur , ce qui est loin d' être évident )

  • Par ZOEDUBATO - 25/10/2012 - 14:24 - Signaler un abus Ce qui doit primer

    -Une France forte et non un état tentaculaire qui accapare l'argent des autres pour payer ses dépenses courantes (les nouveaux impôts confiscatoire ne sont pas prêts de disparaître)
    - Une fonction publique avec un coût ramené à la moyenne Européenne, des contrôles budgétaires et une hiérarchie opérationnelle pour des économies structurelles et sortir du juge et partie
    - Une France Unie et non celle du Chef de clan FH qui divise pour régner entre les nantis à statuts objet de toutes les préventions, le Privé taillable et corvéable à merci, les assistés transformés en clientèle électorale
    - Une droite forte capable de mener une offensive de retour au droit de l'homme, à la démocratie et à la Constitution en supprimant les corps intermédiaires et en remettant les citoyens au centre de la vie publique
    - Une droite forte pour responsabiliser les Syndicats, les Associations , le Secteur Public sur les conséquences de leur décisions et l'utilisation de leur pouvoir de nuisance
    - Une droite forte pour prioriser les emplois économiquement rentables, soutenir les investisseurs,les actionnaires et les entrepreneurs et les dirigeants
    - Une France forte, fière de son histoire et de sa culture

  • Par kassian - 25/10/2012 - 13:32 - Signaler un abus intéressant

    Entre Fillon et Copé, peut-être que le gagnant à la fin ne sera ni l'un ni l'autre. Beaucoup de choses peuvent se passer en 5 ans.
    En tous cas l'UDI de Borloo est un OVNI politique porté par un candidat trop lisse, pas assez rugueux ni assez tranché dans ses opinions, et qui finira dans les poubelles de l'histoire. Le Modem fût un exemple similaire et cuisant pour F. Bayrou.

Yves Derai

Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.

Voir la bio en entier

Fermer