Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Voilà comment l'immigration en provenance d’Europe a changé le Royaume-Uni

Le vote en faveur du Brexit avait pu attirer l’attention sur la question migratoire connue par le Royaume Uni, et qui a été considérée comme un moteur majeur de ce référendum. Une publication récente du « Migration Advisory Committee » (MAC) revient sur ce contexte, en détaillant les effets des flux migratoires sur le pays.

Flux migratoires

Publié le
Voilà comment l'immigration en provenance d’Europe a changé le Royaume-Uni

 Crédit Tolga AKMEN / AFP

Atlantico : Dans quelle mesure le Royaume Uni est-il devenu plus « européen » entre 2004 et 2017, et quelles ont été les principales nationalités représentées ? 

 
Michel Ruimy : L’Angleterre a toujours été une destination de choix pour les victimes des incessants conflits politiques du continent européen. Le flux le plus constant de réfugiés est toujours venu de France. De Louis XVIII à Charles de Gaulle, tous les souverains français des deux derniers siècles et les premiers présidents des cinq Républiques furent, à un moment de leur vie, exilés en Angleterre. Et, vers 1870, ce sont des milliers de Français ordinaires qui y sont arrivés, victimes de la répression brutale de la Commune. 
 
Loin des imbroglios européens, les Britanniques se sentaient maîtres de leur destin, et cette confiance en eux était le fondement de leur hospitalité.
Plus même, alors que la liberté de circulation des personnes était déjà en place depuis les années 1990, les migrations de l’Union européenne (UE) ne suscitaient guère d’inquiétudes. Le Royaume-Uni a vu ainsi plus de personnes arriver que d’individus partir pour d’autres rives avec, pour conséquence, un accroissement de la population depuis deux décennies.
 
Les choses ont basculé avec l’adhésion, en 2004, des pays d’Europe centrale et orientale à l’Union européenne. Le Royaume-Uni, contrairement à l’Allemagne et à d’autres pays, a choisi de ne pas exercer de blocage sur ces travailleurs venant de pays pauvres qui accédaient au marché du travail britannique. Ainsi, entre 2004 et 2017, la part de la population originaire d’un pays de l’Espace économique européen (EEE) est passée d’environ 1,5% à un peu plus de 5%.
 
Une des raisons pour laquelle les migrants choisissent l’Angleterre reste le tissu communautaire et la facilité à communiquer. En effet, dans la société britannique multiculturelle, le communautarisme a pris une place très importante. Il permet d’entretenir des liens de solidarité et des passerelles culturelles indispensables aux migrants. C’est pourquoi, beaucoup y viennent aussi pour retrouver une communauté et des réseaux déjà installés. 
 
Par ailleurs, même s’il n’existe pas de carte nationale d’identité en Angleterre, pays de tradition libérale, attaché à la liberté d’aller et venir sans être contrôlé, les étrangers ont néanmoins besoin de papiers pour travailler (permis de résidence biométrique, carte de demandeur d’asile). 
 
Dans ce contexte, les migrants souhaitent aller au Royaume-Uni car ils peuvent circuler sans trop de problèmes et y travailler facilement… notamment « au noir », activité qui pèse pour près de 10% du Produit intérieur brut britannique ! 
 
Les Polonais sont devenus, en quelques années, la première communauté d’immigrés au Royaume-Uni, passant de 80 000 en 2004 à près de 850 000 personnes aujourd’hui. Ils supplantent même les Indiens (près de 800 000 personnes) depuis 2015. De manière générale, si l’Inde a très longtemps formé la première communauté immigrée du Royaume-Uni, suivie d’autres anciens territoires appartenant à la Couronne britannique, comme le Pakistan, l’Irlande, le Bangladesh, l’Afrique du Sud ou le Nigeria, ces pays sont désormais rejoints par certains régions d’Europe de l’Est, notamment la Roumanie ou la Lituanie. A cet égard, les Roumains sur le sol britannique ont, pour la première fois, dépassé ces derniers mois le nombre de Bangladais. 
 
Mais les choses changent aujourd’hui. Depuis le vote sur le Brexit, le Royaume-Uni devient moins attractif. Les travailleurs de l’Est de l’Europe gagnent désormais plus, chez eux, qu’auparavant. En 2004, la livre sterling valait de 7 Zlotys polonais alors que le cours est maintenant inférieur à 5 unités. Ainsi, pour les migrants potentiels d’Europe de l’Est, déménager en Grande-Bretagne semble de moins en moins attrayant.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 21/09/2018 - 12:26 - Signaler un abus Joséphine de Beauharnais

    Mr. le professeur Ruimy défend l'Immigration avec des arguments qui, étrangement, rappellent ceux de Joséphine de Beauharnais, lorsqu'elle cherchait à convaincre son mari, Napoléon, de rétablir l'Esclavage ! Ah, ce fantasme des hommes jeunes, vigoureux, en bonne santé ! Et qui, dans une économie où il y a 10% de ''travail au noir'', paient des impôts et des cotisations sociales !

  • Par ajm - 21/09/2018 - 16:59 - Signaler un abus Tous les immigrés ne se valent pas

    Il ne faut pas tout mélanger : l'"immigré Français dans la finance ,la médecine ou dans des multinationales à Londres qui gagne mieux sa vie que 90% des Britanniques de souche, l'homme d'affaire Européen ou Asiatique qui y réside , le Polonais travailleur qualifié du bâtiment ( plombier !!! électricien, maçon, conducteur de travaux etc..) et l'afghan ou le Soudanais sans formation et qui ne sait pas vraiment lire, etc...Leur contribution à l'economie Britannique varient formidablement. La GB est un pays où il y a d'énormes différences entre les immigrés.

  • Par MIMINE 95 - 22/09/2018 - 15:43 - Signaler un abus LES PROSELYTES NE SONT JAMAIS A UNE OU DEUX

    contre vérités près : exemple : [ https://www.visitbritain.com/fr/fr/preparez-votre-voyage/aller-en-grande-bretagne/visa-passeport-de-quoi-ai-je-besoin-pour-voyager] . La grande Bretagne est le seul pays de l'union européenne a avoir refdusé de supprimer les contrôles aux frontières ...Calais est là pour nous le rappeler . Quand au reste, toujours le même gloubi boulga immigrationiste indigeste et hautement pimenté d'affirmations gratuites, un peu comme "le couscous garbit, il est bon comme là bas dis donc ! ".

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Ruimy

Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€