Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Vivre la tête haute" : quand Samira Wiley se confie sur les tensions raciales aux Etats-Unis après la mort tragique de son personnage Poussey dans Orange is the New Black, la série star de Netflix

Attention spoiler : l’actrice revient sur la mort tragique de son personnage dans la série "Orange is the new black", inspirée des bavures policières envers les Noirs-Américains, mais aussi sur le mouvement Black Lives Matter, le racisme aux États-Unis, la condition des femmes, et celle des gays.

THE DAILY BEAST

Publié le
"Vivre la tête haute" : quand Samira Wiley se confie sur les tensions raciales aux Etats-Unis après la mort tragique de son personnage Poussey dans Orange is the New Black, la série star de Netflix

L'actrice Samira Wiley interprète le rôle de Poussey Washington dans la série "Orange is the new black". Crédit Reuters Pictures

Copyright The Daily Beast - Marlow Stern

Quand Samira Wiley sourit, le monde entier lui sourit. C’est comme si son visage se transfigurait en pure joie, et avec son rire inimitable, cela ne peut être que contagieux. C’est la marque de Poussey Washington ("accent à droite", bitch ! - son prénom est inspiré d'une ville du nord-est de la France), le personnage chouchou des fans de la série de Netflix "Orange is the new black" (OITNB). Et c’est aussi ce qui a rendu la mort récente de Poussey si déchirante pour le régiment de fans dévoués de la série.

Vous êtes sûrement déjà au courant : lors de la saison 5, face au racisme et à la maltraitance devenus monnaie courante, les détenues improvisent une manifestation dans la cafétéria, qui dégénère. Un gardien novice et inexpérimenté écrase involontairement de tout son poids la fluette Poussey en tentant de la maîtriser. Elle halète en appelant au secours, sans succès. Elle est sans vie : une nouvelle vie noire détruite par le bras long de la loi.

"C’était tellement intense, mec. Tellement intense", se souvient Samira. "Uzo [Aduba] pleurait toutes les larmes de son corps et hurlait. C’était le truc le plus intense du monde".

Wiley reconnait que la mort de Poussey a été inspirée par celle d’Eric Garner, l’Afro-Américain asthmatique étranglé par un policier de Staten Island en juillet 2014. Et elle a passé une grande partie de la semaine à consoler ses camarades de casting qui n’étaient pas prêtes à se séparer de Poussey. Nous sommes installés dans un sofa à Manhattan, à peine quelques jours après la mort de deux nouveaux hommes noirs lors d’interventions policières : Alton Sterling et Philando Castile. Wiley est touchée par cette actualité, et très émue par la façon dont la mort de son personnage a servi d’hommage au mouvement Black Lives Matter.

"Sur le moment, mon espoir était que nous filmions quelque chose qui avait lieu au présent, tout en espérant que cela fasse déjà partie du passé. Et nous imaginer devoir encore filmer autant de nouvelles morts est inadmissible", déplore-t-elle. "Je suis vraiment sans voix face à la violence qui se manifeste dans notre pays".

Il y a eu, comme toujours, quelques levées de bouclier au sujet du décès de Poussey. Vu la composition de l’équipe de rédacteurs d’OITNB, qui ne compte pas un seul auteur noir dans ses rangs, certains critiques y ont vu du sensationnalisme, et une façon de glorifier la mort d’un personnage noir populaire auprès du public.

"Je ne l’ai pas perçu comme ça", réagit Wiley face à la polémique. "Je viens d’un endroit où, en tant qu’artiste, quel que soit le moment, tu as la responsabilité de refléter le monde dans lequel tu vis par ce que tu es une sorte d’historien de la culture. Je crois que l’histoire que nous avons essayé de raconter collectivement est une histoire véridique. J’aimerais que la colère des gens se tourne directement vers ce qui a lieu dans la vraie vie – que cette colère puisse glisser de Poussey et la série vers Alton Sterling, Eric Garner, et toutes les tragédies qui ont lieu dans le monde réel".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 16/08/2016 - 11:23 - Signaler un abus Poussey Washington

    Dommage qu'el bascule dans les permissivités à la mode, dont LBGT, alors que son message est beaucoup plus important que cela.

  • Par zouk - 16/08/2016 - 11:24 - Signaler un abus Samira Wiley

    Mille regrets j'ai confondu l'actrice et son rôle

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marlow Stern

Marlow Stern est journaliste au Daily Beast.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€