Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Visite dans l’Aude et tournée du 11 novembre : Macron part à la reconquête des Français mais qui de lui, Hollande ou Sarkozy pourrait le mieux réussir à « renouer » ?

Début novembre, le président de la République se rendra sur le terrain dans l'Est et le Nord de la France pour une « itinérance mémorielle » d'une semaine destinée à commémorer le centenaire de la fin de la Grande Guerre. A mi-chemin de la pénitence et de l'incarnation de la Nation, Emmanuel Macron cherchera à renouer le fil avec les Français. Mais à dire vrai, on voit mal comment il pourrait s'y prendre.

Tournée mémorielle

Publié le
Visite dans l’Aude et tournée du 11 novembre : Macron part à la reconquête des Français mais qui de lui, Hollande ou Sarkozy pourrait le mieux réussir à « renouer » ?

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico : Une semaine sur le terrain pour entretenir la mémoire de la Nation en péril, est-ce aussi une façon de retisser le récit de l'Homme providentiel, au carrefour du passé et de l'avenir, lorsque les conditions d'une véritable crise ne sont pas présentes ?

Maxime Tandonnet : Oui, c'est vrai, on peut parler d'un retour aux fondamentaux de la présidence de la République. L'été fut dévastateur pour l'image présidentielle avec les photos de la fête de la musique et de Saint-Martin, l'affaire Benalla. Cette démarche vise à tenter de revenir à l'idée d'un chef de l'Etat incarnant la nation. Le président Macron, comme lui-même l'a déclaré, se veut personnage de roman. Au printemps dernier, il déclarait à la Nouvelle revue française: "Je suis l'émanation du goût du peuple français pour le romanesque".  "En politique, ajoutait-il, les Français aiment qu'il y ait une histoire, j'en suis la preuve vivante." A travers cette "itinérence mémorielle", il veut renouer avec le lien traditionnel entre les présidents de la République et le peuple.

Les déplacements de plusieurs jours dans les régions étaient une pratique courante des chefs de l'Etat de la IIIe République qui entendaient ainsi marquer leur lien direct avec les Français. Le président Macron et en chute libre dans les sondages d'opinion (29% de satisfaits selon IFOP-JDD). Il tente ainsi une opération de réconciliation avec le pays. 

Mardi dernier, durant l'allocution présidentielle adressée directement aux Français, s'est fait sentir une vision de la société française, cette « Nation aux milles fils tendus », plus organiciste qu'à l'accoutumé. Pour un Emmanuel Macron, souverain qui voulait réinventer le contrat social, à quoi tient cette main tendue aux pouvoirs intermédiaires ?

Que signifie cette formule? Les "mille fils tendus" évoquent  la complexité d'un pays, la multitude de ses réseaux et les tensions qui le traversent. Elle renvoie sans doute à la prise de conscience des dégâts sur l'opinion des mesures fiscales prises à l'encontre d'une catégorie: les retraités. La France d'aujourd'hui, signifie-t-elle, ne peut pas se réduire à un peuple monolithique et toutes les composantes de sa population doivent être prises en compte. Peut-être faut-il y voir une conception anglo-saxonne de la société. Nous ne sommes plus dans la logique d'un citoyen unique et interchangeable, en liaison direct avec l'Etat. Dans cette approche, le pays se compose de structures intermédiaires, de communautés,  et de régions. Il se présente comme un puzzle et le rôle des dirigeants politiques est de s'y adapter. L'Etat ne parle pas qu'à des individus anonymes, mais à des collectivités, des religions, des groupes sociaux. On pourrait y voir une rupture avec la tradition jacobine française de la république indivisible, ou le choix de Montesquieu contre Rousseau. Pour le chef de l'Etat, cette conception des choses est aussi une manière de vouloir se relégitimiser: il se présente comme le trait d'union qui transcende cette fragmentation du pays. On en revient à la vision du sauveur providentiel: l'image présidentielle comme miroir inversé du puzzle ou du chaos français. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 22/10/2018 - 08:59 - Signaler un abus Un divorce consummé

    Je crois qu'il est dans la situation d'un couple, qui ne peut divorcer pour des tas de raisons, et qui a décidé de continuer la vie commune, mais sans chaleur, ni partage. Le statut-quo, en attendant la vraie séparation.

  • Par tubixray - 22/10/2018 - 09:05 - Signaler un abus Macron chez les indigènes

    Quelle épreuve cela va être pour lui: des blancs, hétérosexuels qui travaillent, aiment leur pays, paient des taxes et des impôts, qui ne connaissent rien aux LGBT, qui pensent qu'un citoyen honnête devrait avoir plus de droits qu'un voleur, un immigré clandestin, qu'un français de papiers issu de la "diversité" .... un cauchemar vous dis je.

  • Par zen-gzr-28 - 22/10/2018 - 09:53 - Signaler un abus Le héros, nommé par lui-même

    est dans une impasse...en sortira-t-il ? Il est bien mal barré ! Et nous ???

  • Par vangog - 22/10/2018 - 10:00 - Signaler un abus @citoyen-libre Ce couple ne divorce pas, à cause des enfants...

    les Français!

  • Par cloette - 22/10/2018 - 10:02 - Signaler un abus Ni Hollande ni Macron ni même Sarkozy

    ne peuvent renouer .

  • Par J'accuse - 22/10/2018 - 10:13 - Signaler un abus Macron en campagne... électorale

    Il s'en fout comme de sa première couche, de la vie des Gaulois réfractaires qui ne pensent qu'à se plaindre. La seule chose qui l'intéresse est de remonter dans les sondages, et il vient faire la pute pour se vendre. A ce propos, pourquoi pas un autre selfie entre deux hommes torses nus, bien bronzés, le regard provocant et nous montrant le doigt ?

  • Par l'enclume - 22/10/2018 - 10:47 - Signaler un abus Comparaison n'est pas raison

    J'accuse - 22/10/2018 - 10:13 - Veuillez s.v.p respecter les putes, toutes celles que j'ai connu avaient une parole et didèles en amitié.

  • Par l'enclume - 22/10/2018 - 10:48 - Signaler un abus Sorry - "fidèles"

    Sorry - "fidèles"

  • Par assougoudrel - 22/10/2018 - 11:40 - Signaler un abus Pourquoi parler de

    "reconquête des français" quand il n'y a jamais eu conquête. Il y a eu conquête du pouvoir par défaut, mais il n'a jamais été aimé par le peuple français, moi le premier.

  • Par lasenorita - 22/10/2018 - 11:42 - Signaler un abus C'est un peu mieux que Hollande!...

    Je me souviens des inondations de Bretagne sous le ''règne'' de Hollandouille: celui-ci s'est rendu auprès de Djamel,et de ses copains,au lieu de réconforter les sinistrés français,comme devait le faire un président de la république digne de ce nom!....

  • Par vangog - 22/10/2018 - 12:49 - Signaler un abus La dépense publique augmente de 51 Mds pendant les deux

    premières années du quinquennat Macron...Miam-miam Rothschild et Goldmann-Sachs! Ses sponsors disent merci à Macron...

  • Par ISABLEUE - 22/10/2018 - 15:10 - Signaler un abus Moi je reste fidèle à Nicolas

    Franc parler... mais détestés des journaleux.... tant pis pour ceux qui ont voté pour jupiter.......

  • Par pasdesp - 22/10/2018 - 15:52 - Signaler un abus Costume de president dans l'Aude

    costume d'ado attardé aux Antilles. Comment prendre au sérieux cet acteur totalement inconsistant ?

  • Par tubixray - 23/10/2018 - 09:02 - Signaler un abus Mais oui Isableue

    Nicolas était un affreux jojo mais il faisait le job de président de droite pour la première fois depuis Pompidou .... La crise de 2008 et les médias ont eu sa peau et les français se sont mis à bêler derrière Hollande puis Macron.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet, universitaire, essayiste, auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des Présidents de la République (Perrin 2013 et 2017)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€