Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Visite aux Nationalistes corses : les États-nations européens face à une nouvelle ère des revendications autonomistes

Le chef de l'Etat se rend ce mardi en Corse dans un contexte de revendications de partis nationalistes. Car la renonciation à tout ou partie de la souveraineté par les Etats conduit naturellement à l’affirmation de mouvements régionalistes forts.

Vision of division

Publié le
Visite aux Nationalistes corses : les États-nations européens face à une nouvelle ère des revendications autonomistes

Atlantico : Emmanuel Macron entame une visite en Corse ce 6 février, pour les 20 ans de la mort du préfet Erignac, dans un climat de revendications des partis nationalistes. Corse, Catalogne, Flandre, Ecosse, Padanie, etc... Comment analyser l'évolution des mouvements autonomistes en Europe ? Où en sont les Etats nations dans cette tendance qui se dessine ? 

Edouard Husson : Il y a un premier constat à faire. La République, dès la Révolution Française, a posé l’adéquation entre un Etat et  une nation comme une évidence. Or, curieusement, la France est l’un des rares pays où cette correspondance soit vérifiée. Nous sommes entourés de pays où l’on voit, sur un même territoire étatique, s’affirmer de fortes identités régionales ou historiques. L’histoire de France est en fait plus compliquée qu’elle n’en a l’air. Louis XVI, comme tous ses prédécesseurs, parle « des peuples » sur lesquels il règne.

La tradition monarchiste a gardé une conscience aiguë des diversités régionales: Maurras combat fortement le jacobinisme dans ses écrits. En fait, c’est assez simple à comprendre, l’incarnation de la souveraineté permet l’union de différents territoires directement à la personne du souverain. Comme disaient les juristes du Moyen-Age, « le roi est empereur en son royaume ».  Un Etat dont la souveraineté repose sur un principe, comme la République, aura tendance à se méfier des particularismes. Rappelez-vous les protestations lorsque Lionel Jospin avait parlé de « peuple corse ». De fait, la République peut difficilement se permettre ce genre de fantaisies. Pour l’emporter politiquement, dans un pays profondément divisé par la lutte entre l’Etat et l’Eglise, tous les pères de la République, de Robespierre à de Gaulle ont dû la proclamer comme « une et indivisible ». Des massacres de masse en Vendée à la difficile réintégration de l’Alsace, après 1918, l’Etat républicain a toujours, dans un premier mouvement, refusé la différence. Vous le voyez aussi dans le fait que, linguistiquement, la France est bien plus homogène que l’Allemagne ou l’Italie. L’école républicaine a imposé à coups de trique le gommage des accents régionaux, un phénomène très français.  A partir des années 1960, paradoxalement, c’est la gauche qui, en partie par conviction idéologique néo-individualisme, en partie par imitation du reste de la gauche européenne, se fait porteuse d’un nouveau régionalisme, plus spécifiquement encouragé à partir de l’élection de Mitterrand (ce maurrassien refoulé !). Mais le naturel reprend vite le dessus: regardez comme Hollande a fait passer le pays de 22 régions à 13 sans susciter de protestations.

Comment faire la part des choses entre une part "d’égoïsme local" et une part de stratégie cohérente pour préserver un héritage historique et une identité ? 

Il y a eu la grande poussée individualiste des années 1960. Elle implique, entre autres composantes, une dénonciation du nationalisme qui a mené aux deux guerres mondiales. En fait, l’histoire est bien plus compliquée que cela puisque, souvent, les régionalistes ont des parents qui se sont compromis dans la collaboration. Le nazisme a été très désireux d’encourager tout ce qui pouvait détruire les Etats et a largement financé les mouvements régionalistes. On notera, en outre, dans le cas de la France, que le mouvement régionaliste et ses traductions concrètes (l’apparition de panneaux de signalisation bilingues en Bretagne ou en Occitanie) sont largement des constructions intellectuelles. Exactement comme au XIXè siècle, les nationalismes ont été largement des inventions savantes avant de diffuser dans les classes moyennes. La poussée européeiste a évidemment encouragé cette tendance. Je pense moins à « l’Europe des régions », cette tarte à la crème, qu’au fait que l’Europe, affaiblissant voire confisquant les souverainetés, elle provoque, en réaction, la poussée de forts mouvements régionalistes. Dans le cas de la Grande-Bretagne, c’est autant l’effet de la mondialisation que de l’Europe qui peut expliquer la poussée écossaise.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 06/02/2018 - 12:50 - Signaler un abus Et oui il n’y a pas que des franciliens hors sols

    En France.des régions !

  • Par ajm - 06/02/2018 - 16:21 - Signaler un abus Ile de France

    "Franciliens hors sol" : l'Ile de France c'est tout de même 20% de la population française, plus du tiers de son PIB ( équivalent environ au PIB des Pays-Bas) , 40% de la masse fiscale imposable, près de la moitié de la RD du pays. Ce n'est pas la Corse.

  • Par Deudeuche - 07/02/2018 - 12:48 - Signaler un abus @ajm

    Oui et ça enmerde le reste du pays avec sa vision déjantée de la société. Son existence n’est due qu’a Une longue spoliation et un détournement des richesses du pays par une caste parasitaire agglutinée autour d’un pylône de l’exposituons universelle de 1889.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€