Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Virginie Calmels : "Les militants LR ne sont pas inquiets d’une dérive du parti, mon tandem avec Laurent Wauquiez les rassure"

Soutien d'Alain Juppé lors des primaires il y a un an et de Laurent Wauquiez à la tête du parti, Virginie Calmels défend l'alliance d'un libéralisme fort et anti-étatiste et du conservatisme raisonné au sein des Républicains.

Interview Politique

Publié le
Virginie Calmels : "Les militants LR ne sont pas inquiets d’une dérive du parti, mon tandem avec Laurent Wauquiez les rassure"

Atlantico : La campagne pour les élections à la tête des Républicains doit s’achever la semaine prochaine, Qu’avez-vous appris en allant à la rencontre des militants LR depuis que vous vous êtes engagée pour Laurent Wauquiez ?

Virginie Calmels : D'abord qu'il y a encore une vraie ferveur militante. On a des salles remplies partout en France, Laurent Wauquiez a fait une vraie campagne de terrain avec 80 déplacements et réunions.

On veut nous faire croire que la droite a disparu mais non elle est bien présente et on le ressent vraiment dans les meetings de campagne.

 

Vous avez dit que vous étiez devenue « une victime collatérale du procès en diabolisation que l’on ne cesse d’intenter à Laurent Wauquiez ». Ce procès est en effet souvent fait dans les médias ou par certains ténors issus de la droite mais que vous disent les militants que vous rencontrez à ce sujet ? Quelles inquiétudes sur une dérive éventuelle du parti vous confient-ils ?

On ne m'a pas confié d'inquiétude. Beaucoup m'ont dit que notre tandem était "rassurant" qu'on apportait chacun une sensibilité différente et en même temps un vrai positionnement à droite. Je n'ai pas vu de militants inquiets mais plutôt désireux d'en finir avec les conflits internes qu'il y a pu avoir, d'en finir avec les désunions et les combats personnels, luttes de chefs ou d'égos. 

J'ai surtout vu des militants contents de voir que nous ne sommes pas tombés dans ces écueils et que l'on s'inscrivait justement dans cette optique de rassemblement.

Ceux des militants de droite qui avaient choisi Alain Juppé à la primaire vous reprochent-ils d’avoir « trahi » vos valeurs comme le suggèrent les proches d’Alain Juppé ayant rejoint Edouard Philippe à Matignon ?

C'est exactement le contraire. Ceux qui viennent vers moi dans les meetings ce sont des gens attachés à leur famille politique d'origine, dont des juppéistes. Jamais on n'est venu m'intenter un procès en trahison. Ces procès émanent justement de ceux qui ont quitté notre famille politique. Les militants eux, au contraire, s’en réjouissent. Ils me confient qu'ils sont contents de cette alliance avec Laurent Wauquiez. Moi je n'ai pas changé de conviction contrairement à ce qu'on a voulu faire croire. Il n'y a aucune forme de trahison de passer d’Alain Juppé à Laurent Wauquiez, puisque j’ai gardé mes convictions que j’ai défendues auprès d’Alain Juppé et que je continuerai à défendre auprès de Laurent Wauquiez. C'est la même famille politique. Alain Juppé n'étant pas candidat à la présidence des LR, ce procès n'a pas lieu d'être. Même si nous avons des sensibilités différentes, nous avons Laurent Wauquiez et moi un socle commun de valeurs. J’ajoute que j’ai toujours été une femme de droite. 

Vous revendiquez haut et fort d’être libérale dans un pays qui s’est souvent montré allergique au mot, un libéralisme populaire inspiré de Margaret Thatcher ou Ronald Reagan avez-vous déclaré. Mais comment pensez-vous que la droite puisse réconcilier cette prise en compte des moins favorisés particulièrement affectés par l’impact de la mondialisation et l’attachement au capitalisme financiarisé et dérégulé qui s’est développé notamment sous l’impulsion de Margaret Thatcher ou Ronald Reagan ?

Que pensez-vous que la dame de fer et le président de la guerre des étoiles auraient souhaité sur la fiscalité des GAFA par exemple ?

Je dois d'abord m’empresser de dire que je ne pense pas que le modèle Tchatcher soit transposable en France pour plein de raisons. On a un autre modèle social, un autre héritage. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 03/12/2017 - 10:12 - Signaler un abus nouveau LR .....

    liberté d'entreprendre, liberté de penser, liberté de d'exprimer... cela entend : suppression du système des partis politiques.... et à LR, expression des bureaux départementaux accrue... la réflexion est à la base ....sinon : il n'y aura aucun changement ....

  • Par vangog - 03/12/2017 - 11:48 - Signaler un abus Il faut lui donner de la testostérone à cette petite fille!

    il y a de grandes idées générales bien creuses, des aveux-dénégations (on ne sait plus très bien...) de faire comme Reagan ou Thatcher, mais strictement aucune solution pour sortir la France de quarante années de politique gauchiste où elle reste enfoncée, comme dans une fosse. Il va falloir du muscle pour en sortir...alors, un peu de gonflette, petite?...

  • Par Liberte5 - 04/12/2017 - 19:58 - Signaler un abus Complètement d'accord avec V. Calmels.

    Elle défend une ligne libérale et conservatrice. Il n'y a pas d'autre voix pour sortir la France du déclin et de la décadence. Oui la France profondément socialiste, voire communiste au regard des dépenses publiques et du nombre de fonctionnaires, doit absolument sortir de cette spirale suicidaire.La liberté doit être à nouveau appliquée à tous les champs possibles: liberté d'entreprendre, liberté d'expression, etc.Parallèlement retrouver les valeurs travail, identité, etc.

  • Par Deudeuche - 04/12/2017 - 23:25 - Signaler un abus @liberte5

    Bien sûr l’inverse c’est le collectivisme libertaire, défendu par tant de has been.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Virginie Calmels

Virginie Calmels est la première vice-Présidente des Républicains, première adjointe au maire de Bordeaux et Présidente de DroiteLib. Elle est issue du monde de l'entreprise. Elle a notamment été 10 ans la Directrice Générale d'Endemol.

Url du site : droitelibre.fr

Twitter @Droite_Lib 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€