Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Viols de poneys à Saint-Nazaire : mais que se passe-t-il vraiment dans la tête d’un zoophile ?

Deux hommes originaires de Saint-Nazaire, âgés de 19 et 20 ans, ont été pris en flagrant délit d’actes de zoophilie la semaine dernière sur des juments d'un poney-club.

Tabou

Publié le
Viols de poneys à Saint-Nazaire : mais que se passe-t-il vraiment dans la tête d’un zoophile ?

Atlantico : Deux hommes originaires de Saint-Nazaire, âgés de 19 et 20 ans, ont été pris en flagrant délit d’actes de zoophilie la semaine dernière sur des juments d'un poney-club. La zoophilie est-elle considérée comme un trouble psychique ? S'agit'il d'une pathologie ?

Alexis Rapin : La zoophilie (attirance sexuelle pour les animaux) est effectivement considérée comme un trouble psychique dans la plupart des classifications modernes diagnostiques. Elle est notamment catégorisée comme une paraphilie non spécifiée selon DSM (Diagnosis and Statistical Manual of Mental Disorders).

Par paraphilie on entend attirances ou pratiques sexuelles qui diffèrent des actes traditionnellement considérés comme « normaux ».  Cela ne veut donc pas nécessairement dire qu’il s’agit d’une pathologie (ou maladie), mais plutôt d’une pratique sexuelle déviante qu’il convient de remettre dans un contexte historique et culturel. Une pratique sexuelle est définie comme pathologique si elle est gênante socialement. Le caractère pathologique est donc retenu par rapport à la société dans laquelle vit le sujet et à sa tolérance en matière de comportements sexuels. Il existe encore des sociétés primitives dans lesquelles la zoophile est acceptée (Indiens Hopi, Masaï...).

De nombreux pays et notamment les pays européens ont légiféré et condamné cette pratique. En France il s’agit d’un délit relevant du Code pénal et relevant de sanctions pouvant aller jusqu'à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Quelles sont les causes connues de ces comportements ? Les cas sont-ils fréquents ? 

A ce jour, ce type de comportement est très peu étudié et il est très difficile d’établir des statistiques.

Toutefois,  les quelques données anthropologiques que nous disposons semblent mettre en évidence que lorsque les êtres humains vivent proche des animaux, avec une certaine proximité physique et émotionnelle (sous réserve qu'il n'existe pas d'interdits ou de stigmatisations culturelles), alors la probabilité d'observer ce comportement est très grande.

Le phénomène a notamment pu être mis en évidence au niveau statistique par Alfred Kinsey dans les années 1950 au travers de ses rapports sur les comportements sexuels de la population américaine. Il indique qu’un très faible pourcentage de la population (4 à 7 % de la population américaine, principalement dans les régions agricoles) a eu au moins une fois un rapport sexuel avec un animal.

Concernant les causes, aucune corrélation n’a été établie par des travaux de bonne méthodologie entre les pratiques sexuelles déviantes et une quelconque anomalie génétique ou biologique. Il en est de même pour la zoophilie.

Sur le plan psychiatrique, il est difficile de définir un profil type de la personne qui pratique de tels actes. Cela peut aller de la personne carencée sur le plan affectif et intellectuel, au névrosé lambda, comme celui qui présente un trouble psychiatrique sous-jacent (une structure de personnalité pathologique, un trouble délirant). Enfin, le comportement peut être volontaire, impulsif ou compulsif !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Allons bon - 25/02/2016 - 10:19 - Signaler un abus Zoophilie...masculine

    Il faudrait peut-être préciser qu'il s'agit d'hommes ! Encore et toujours !

  • Par ISABLEUE - 25/02/2016 - 10:30 - Signaler un abus ben oui, des hommes

    faut aller sérieusement se faire soigner, là... Il y a quand même pas mal de tarés dans ce pays..

  • Par la pie - 25/02/2016 - 12:43 - Signaler un abus en retour , il faudrait les

    en retour , il faudrait les faire sodomiser par un étalon ????

  • Par sna-hyper - 25/02/2016 - 13:25 - Signaler un abus La brebis c'est mieux

    C'est plus facile de mettre les pattes dans les bottes.

  • Par Deudeuche - 25/02/2016 - 18:15 - Signaler un abus déviances sexuelles!

    mariage pour tous?

  • Par GORDON83 - 25/02/2016 - 19:40 - Signaler un abus ZOOPHILIE

    Des femmes sont aussi zoophiles (chiens, cheval, ......). Comme les hommes ce sont des malades qui devraient être en hôpital psychiatrique pour la vie. Malheureusement cela reviendrait cher aux contribuables. Pour ma part je les exilerais en Guyane Française dans la jungle sans aucune aide.

  • Par valencia77 - 26/02/2016 - 02:58 - Signaler un abus canada

    expression canadienne: "fucking the dogs". Actually ca veut dire deconner au lieu de travailler.

  • Par jurgio - 26/02/2016 - 10:41 - Signaler un abus Tant qu'ils ne nous feront pas des centaures...

    Probablement une déviance aussi vieille que l'humanité. Avec la fumette surdosée, des filles qui singent les garçons, etc. faut ben trouver autre chose pour tromper la banalité.

  • Par cloette - 26/02/2016 - 10:47 - Signaler un abus Le centaure

    est tout à fait faisable , une législation est en préparation chez quelques juristes ainsi que des thèses pour définir leur statut dans le prochain nouveau monde .

  • Par Deudeuche - 27/02/2016 - 18:45 - Signaler un abus @cloette

    après il suffit de dire; puisqu'ils s'aiment ! Puis on les marient!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€