Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Violences urbaines à chaque célébration nationale : pur nihilisme ou revendication politique grossière ?

En marge de la fête nationale du 14 juillet et de la victoire des Bleus le lendemain, de nombreuses violences ont éclaté, notamment sur les Champs-Elysées où les commerçants ont vu pour certains leurs vitrines saccagées. Yves Michaud est spécialiste des questions de violence dans la société : il déplore une France qui ne sait plus faire la fête, faute de vouloir afficher son unité.

La France est une fête ?

Publié le
Violences urbaines à chaque célébration nationale : pur nihilisme ou revendication politique grossière ?

Atlantico : Qu'il s'agisse du 14 juillet ou de la victoire des bleus, ce week-end, les nuits parisiennes ont été émaillées de nombreuses dégradations, et de violences, en particulier à l'encontre des forces de l'ordre.  Comment expliquer ces comportements ? Quelles est la part de nihilisme, de violence gratuite, et celle de conscience sociale dans ces violences selon vous ?

Yves Michaud : Les fêtes sont toujours l’occasion de débordements. Sans parler du carnaval, la fête libère des contraintes de la vie réglée. C’est pourquoi elle est elle-même souvent ritualisée, comme le 14 juillet : défilé, recueillement, feu d’artifice, bal des pompiers. En général, c’est à la fin que ça dérape – y compris dans les fêtes de famille où chacun finit par jeter ses rancoeurs aux autres. De ce point de vue, la célébration de la victoire des Bleus n’a pas échappé à la règle. D’autant plus que, comme on ne gagne pas la coupe du Monde tous les jours, on ne dispose pas de rituel consacré : la fête était spontanée et largement improvisée.

Je n’ai donc pas été surpris de ces débordements. Je les ai même trouvés plutôt limités, au moins en ce qui concerne les atteintes aux personnes. Les forces de l’ordre ont aussi très bien « géré », comme on dit, la fête. Elles contrôlent de mieux en mieux et en douceur ces débordements en en acceptant les coûts matériels, qui ne pèsent pas lourd dans une société d’abondance et de gaspillage.

Voilà pour la perspective anthropologique. 

Politiquement, il est évident qu’il existe aujourd’hui une mouvance anarchiste qui profite de toutes les occasions pour essayer de « casser du flic ». Surtout depuis les interceptions massives du 1er mai, je pense que la police connaît bien cette mouvance et la laisse faire car il serait plus dangereux de la réprimer durement en raison des bavures possibles. Ici encore c’est de bonne guerre, si j’ose dire.

Quant à la participation des « racailles » de banlieue, elle est devenue courante dans certaines occasions et elle explique les pillages. Mais comme la liesse était collective et plutôt « nationaliste », cette participation a été limitée. Il ne faut pas oublier que les « racailles » en question sévissent surtout sur leurs territoires et ne sont pas à l’aise hors des cités.Quitte à décevoir, je ne vois pas beaucoup de nihilisme, ni de conscience sociale. En tout cas la conscience sociale était plutôt du côté du nationalisme et, je pense aussi, du côté de la revanche sur le terrorisme. Les dernières grandes manifestations avaient été des deuils poignants, ici on fêtait une renaissance.

Autant on a pu expliquer certaines émeutes, notamment en banlieue, par des motifs sociologiques, autant cela devient plus difficile lorsque la violence gratuite vient gâcher la liesse populaire. Selon vous, les catégories traditionnelles d'analyse, notamment en matière de domination sociale, rendent-elles compte efficacement des débordements de ce week-end ?

Une analyse en termes de domination sociale ne peut concerner que la poignée d’anarchistes en cause. Aussi loin que ma mémoire remonte, j’ai toujours vu ressurgir en fin de manif des drapeaux noirs et quelques olibrius masqués. La différence est que par le passé, les services d’ordre syndicaux faisaient eux-mêmes le ménage.... Quant à la conscience de la domination chez les Français d’origine immigrée, elle s’exprime aujourd’hui par la nouvelle vitalité de l’islam et notamment du salafisme. Les révoltes des années 1990 jusqu’à 2005,  qui semblaient anticiper une politisation et faisaient rêver les dinosaures révolutionnaires, ont cédé la place à l’intégrisme religieux. Celui-ci ne pourrait se politiser à son tour qu’à travers un scénario à la Houellebecq dans Soumission : par la naissance d’un parti politique islamiste. Pour mesurer à quel point le scénario de la domination sociale s’exprimant dans la rue est irréaliste, voyez la difficulté qu’ont les Insoumis mélenchonistes à monter dans le train des grèves et des manifestations. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 18/07/2018 - 11:56 - Signaler un abus Violences urbaines

    Encore un qui ne comprend rien et prétend expliquer...

  • Par vangog - 18/07/2018 - 13:21 - Signaler un abus Non, non! Connerie et laxisme judiciaire, tout simplement!

    Mettez une centaine de ces délinquants issus de l’immigration sauvage en prison, sucrez leurs allocations pendant quelques mois, et vous allez voir ces sauvageons filer tout doux, comme par miracle et apprendre à chanter la marseillaise, en sus! ...mais , pour cela il faudra un gouvernement qui ait des couilles...patience, ça vient!

  • Par assougoudrel - 18/07/2018 - 14:13 - Signaler un abus Tout n'est pas dit

    Autres types de violences......https://actu.orange.fr/france/mains-aux-fesses-embrassees-de-force-des-femmes-denoncent-des-agressions-sexuelles-durant-la-finale-magic-CNT0000014QAqE.html

  • Par lasenorita - 18/07/2018 - 15:39 - Signaler un abus Autrefois on savait ''faire la fête''..

    Dans les ''bals populaires'',chantés par Sardou, les Français savaient ''faire la fête''..mais, les muzz ont voulu être ''indépendants'' ,ils ont tué et torturé des ''civils innocents'',etc….puis ils ont suivi les ''colonisateurs'' en métropole où ils commettent des attentats, agressent les femmes, vendent de la drogue à nos enfants, font régner la terreur avec leurs kalachnikovs et leurs couteaux..et nos politicards CONTINUENT d'en faire entrer dans notre pays au lieu de leur dire, à notre tour: ''La valise ou le cercueil''!..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yves Michaud

Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le monde entier… quand il n’est pas à Ibiza. Depuis trente ans, il passe en effet plusieurs mois par an sur cette île où il a écrit la totalité de ses livres.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€