Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 30 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Violences, frustrations, puritanisme : l'énorme tabou de la sexualité dans les banlieues

L'acquittement de la majorité des suspects dans l'affaire des tournantes de Fontenay-sous-bois met en exergue un autre problème : celui de la sexualité dans les banlieues, souvent taboue et cachée.

Statut quo

Publié le
Violences, frustrations, puritanisme : l'énorme tabou de la sexualité dans les banlieues

La sexualité dans les banlieues : une thématique souvent taboue et cachée.  Crédit Reuters

Atlantico: Le procès des tournantes de Fontenay-sous-Bois dans le Val de Marne vient de se terminer. Un procès à huis clos, une instruction mal menée, une forme de gêne, on sent comme un malaise à ce sujet, comme si la sexualité était méconnue voire taboue en banlieue. Est-ce le cas ?

Maria S. : La sexualité en banlieue est à la fois taboue et sauvage. Malheureusement pour moi, j’ai connu le destin de la femme musulmane. J’ai été violée en punition pour mon « insolence » et mon insoumission. La femme en islam est méprisée, réduite à l’état de chose qui baisse les yeux et qui ne répond pas à l’homme.

Cela ne m’étonne pas que les victimes des tournantes n’aient pas pu parler. Cela ne m’étonne pas non plus que les violeurs n’aient aucune conscience du mal qu’ils font. Dans leur esprit, la femme violée est coupable d’avoir été violée. J’en sais, hélas, quelque chose…

Marc Hatzfeld : Il y a dans notre société un tabou sexuel général, il y a un retour en force du puritanisme. La sexualité n’est pas le problème spécifique des classes populaires. Il est vrai qu’elles subissent plus que les autres la dureté de la vie. Du coup, face à ces conditions, les gens sont rudes et cela touche à leur vie familiale et personnelle. Les gens qui vivent dans ces milieux souffrent de façon générale. Sur la question sexuelle, vingt ans en arrière, il y avait encore une vraie souplesse dans les rapports amoureux entre les gens et il existait encore une très grand latitude pour les gens de cultures différentes de se rencontrer.

Depuis 5-15 ans, on est face à un repli des jeunes sur des entre-sois divers, que je ne qualifierais pas de communautaires, car ces entre-sois touchent des critères culturels mais aussi des aspects géographiques. D’une cité à une autre, on se mélange de moins en moins. Autre exemple, concernant les couples mixtes. Il y en avait vraiment beaucoup à l’époque, les sociologues disaient même que les jeunes ne voyaient pas les différences de couleurs de peau ou de façons de se comporter.

Aujourd’hui, ils contrôlent tout et surtout l’appartenance. Il y aussi un autre aspect que l'on doit manier avec prudence mais aussi fermeté, c'est cette grande tension entre l'homme et la femme. Il y a une tendance montante de la part de certains hommes à vouloir contrôler le comportement féminin. Si dans certaines cités elles sont libres, dans d'autres elles sont sous le contrôle langagier, vestimentaires et autres de certains garçons. C'est très douloureux pour elles et elles le subissent en général de façon violente. Il faut préciser pour éviter les amalgames que ces problèmes ne sont pas liés à l'islam. Ils touchent beaucoup de milieux et se trouvent souvent conforter par un discours politique et religieux qui tend à les légitimer.

Les habitants de banlieues sont-ils frustrés sexuellement ?

Maria S. : Les garçons des banlieues sont à la fois soumis à l’influence de la pornographie et du puritanisme musulman qui idolâtre la virginité des femmes avant le mariage. Alors, les filles « qui couchent », autrement dit toutes les « gauloises » sont dans leur esprit des « putes ». Moi qui suis d’origine portugaise, j’ai été néanmoins classée dans cette catégorie. Parce que j’ai eu le tort ou l’imprudence de céder aux avances de mon futur mari. J’ai par la suite dû expier devant sa famille la faute d’avoir couché avec lui avant le mariage. Quelque part, je devais être reconnaissante d’avoir été épousée, alors que j’étais au fond une putain chrétienne que seule la conversion à l’islam et la soumission totale à mon mari pouvaient peut-être sauver.

Marc Hatzfeld : Frustré, le mot est fort car il appartient à un langage médical mais en tous cas, la sexualité des jeunes filles et garçons dans les banlieues est partiellement sous contrôle. Il est par exemple difficile pour des jeunes gens de trouver des lieux pour avoir des relations sexuelles fluides. A cela s'ajoute parfois aussi l'absence de consentement de l'entourage. La frustration n'est pas liée à la banlieue, elle existe chez beaucoup de personnes dans beaucoup de milieux. Il ne faut pas en faire une spécialité de la banlieue.

Peut-on aborder facilement la question de la sexualité en banlieue?

Maria S. : Les banlieues qui regroupent des populations musulmanes importantes sont un lieu du non-dit. Il y a beaucoup d’enfants, beaucoup de familles polygames, les gens ont donc une sexualité active. Les jeunes garçons en parlent entre eux, et les jeunes filles entre elles. Mais il est inconcevable qu’ils en parlent ensemble. Le viol est fréquent. Et les filles violées sont rejetées par les autres filles au lieu d’être soutenues par elles.

Marc Hatzfeld : Ce n'est pas un sujet qui s'aborde sous le regard d'autres jeunes mais en vis-à-vis, il n'y a en revanche pas de problèmes. Il m'est arrivé d'avoir des conversations avec des jeunes de banlieues sur leur sexualité et le sexe en général. J'ai recueilli des aveux très honnêtes et touchants, portés souvent sur les difficultés à exprimer l'amour ou sur l'absence d'intimité ou d'anonymat dans la conduite de rapports amoureux. C'est vrai que l'éducation sexuelle des jeunes des milieux populaires est sommaire car elle est vient en partie des discours laconique de l'entourage et de K7 porno visionnées dans les caves. Ce que je retiens surtout c'est qu'il y a une véritable aspiration à de la liberté amoureuse.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bara - 12/10/2012 - 06:52 - Signaler un abus La faute au multiculturalisme

    La culture musulmane est porteuse de ces régressions du droit des femmes et de la liberté des moeurs. Ces infâmies phallocrates dénotent une intense frustration: les combattre passent par une désacralisation du vagin, une démythification de la virginité. Les rapports sexuels, lorsqu'ils sont consentis, n'avilissent pas plus la femme que l'homme. Le viol n'est pas une honte pour celle à qui il est fait violence, mais pour celui qui la force. La virginité n'est ni une gloire ni un handicap. L'honneur de la femme ne réside pas entre ses jambes, et le mâle ne se grandit pas quand il ne raisonne qu'à travers sa verge.

  • Par kasimir - 12/10/2012 - 08:44 - Signaler un abus la féminisme a pris 50 ans dans les

    dents avec le multiculturalisme. Simone et les autres doivent se retourner dans leurs tombes.

  • Par Ganesha - 12/10/2012 - 08:48 - Signaler un abus Gang-Bang

    Il y a un tabou qui, lorsqu'il est exposé sur internet, provoque des réactions violentes... Donc, il est d'expérience courante que lorsqu'une femme a l'occasion de faire l'amour successivement avec plusieurs hommes, cela provoque chez elle une "addiction au sexe", comparable à une prise de morphine ou de cocaine. C'est ce qu'a raconté entre autres Catherine M dans un livre qui a eu beaucoup de succès il y a quelques temps, il y a également "Soumise" par Salomé aux Editions Blanche. Ces femmes fréquentent ensuite les clubs échangiste (j'en ai vu à l'oeuvre dans des clubs parisiens) ou se prostituent : c'est la méthode classique utilisée par les souteneurs pour "mettre une fille sur le trroittoir" : il suffit d'une nuit. Il y a aussi des films X, appelés en anglais "gang bang", avec des records comme celui d'une petite asiatique qui se fait pénétrer successivement par une centaine d'hommes réunis dans une grande salle. Les tournantes de banlieue sont donc une façon de transformer des filles en "salopes", qui, une fois la première expérience subie ou voulue, deviennent "consentantes", même si ce mot n'a plus sa signification habituelle : elles sont "droguées au sexe"

  • Par bebert2 - 12/10/2012 - 09:18 - Signaler un abus Réel et sociologie

    Quand dans une zone donnée ,on se retrouve avec une population majoritairement non occidentale et musulmane ce n'est plus les valeurs occidentales qui regissent cette société. Notre sociologue se donne beaucoup de mal pour nier cette evidence on relativise à tout va,on met sur le meme plan les catholiques et les musulmans(on parle meme des boudhistes):c'est pathetique. Pour repondre à Ganesha, je ne croit pas que le viol rend addict au sexe,les proxenetes l'utilisent pour briser les filles.

  • Par Equilibre - 12/10/2012 - 09:25 - Signaler un abus Enrichissement

    Nous voilà devenus très riches. Vous m'en voudrez pas de dire à ma fille de ne jamais sortir avec un musulman. Ça m'emmerderait un petit peu qu'elle se fasse traiter de salope.

  • Par campaillou - 12/10/2012 - 09:40 - Signaler un abus les feministes sont belle et bien toujours là

    Envers et contre tout, les face de craie catho en minijuppes militantes de tous les instants sont toujours là. Et oui. Il va falloir encore compter longtemps sur les emmerdeuses comme moi. quand est ce que les français de souches ( avec tous les autres de bonne volonté) vont descendrent dans la rue. LES OCCIDENTAUX CHEZ EUX. quand? en attendant , courageusement, je milite ....vivement!

  • Par campaillou - 12/10/2012 - 09:42 - Signaler un abus ma fille avec un musulman

    je la désherite sur le champ! mon dieu, je n'ai pas de fille mais pour mon gars c'est idem.

  • Par Alain Briens - 12/10/2012 - 09:45 - Signaler un abus Le politiquement correct à Atlantico !

    M. Hatzfeld montre une aptitude remarquable à la contorsion bien pensante. On le sent constamment terrorisé par le risque de stigmatiser les banlieues, les cités, l'Islam ou, pire encore, les immigrés. Il use ainsi de maintes circonlocutions, euphémismes, litotes et autres périphrases pour éviter d'appeler un chat un chat et l'Islam autrement qu'une religion d'amour, de tolérance et de paix (malgré quelques déviants ultra-minoritaires pour lesquels on sort la formule magique "padamalgam"). Ainsi, la pression sur la virginité vient de "nombreux et différents systèmes religieux". Dans certaines cités, un pédéraste sera aussi à l'aise qu'au comptoir du Quetzal, la frustration sexuelle des jeunes n'a rien à voir avec l'islam, les "jeunes" de banlieue ne sont pas des racailles décérébrées hyperviolentes comme à Echirolles mais juste un peu "rudes", et avec un de ces besoin d'amour ! Mission accomplie M. Hatzfeld, vous pourrez continuer de fréquenter vos pairs germanopratins la tête haute et si nous avons envie de connaitre et comprendre le réel, nous lirons plutôt les ouvrages de Maria S.

  • Par campaillou - 12/10/2012 - 09:45 - Signaler un abus mais il faut arreter avec les musulmants et les femmes

    les hommes musulmants sont dans une misère sexuelle effarante. ils se sautent même entre eux il parait. mais personnent ne le dit. z'ont trop honte!!!! je ne pensais pas que cette religion idéale ...sic....faisait devenir homo par le manque.....mdr......la fourche je vous dit!!!!!!!

  • Par ISABLEUE - 12/10/2012 - 10:00 - Signaler un abus cet article est effarant.

    d'un côté le politiquement correct de l'homme, Meuh ça, ça va aller et de l'autre côté, Maria, la vraie vie avec un musulman. Merci Maria, nous devrions tous lire votre livre. Tout cela est afligeant, et relève de la psychanalise pour ces musulmans arriérés et je plains les filles et les homos. Le moyen âge.

  • Par campaillou - 12/10/2012 - 10:06 - Signaler un abus a bara

    Je suis ô combien d'accord avec vous. cependant, j'ai remarquer une chose: sur le terrain, les jeunes filles a qui on tente de faire passer le message afin de leur faire prendre conscience de leur droit et leurs libertés ne comprennent pas toutes les grands mots tout a fait adaptés du reste! que sont "phallocrates dénotent une intense frustration". quand on leur parle comme cela on les "saoule"....30 ans de liberté de "il est interdit d'interdire" laisse des traces vous savez?! iL FAUT UTILISER LES DEUX LANGAGES POUR SE FAIRE ENTENDRE(et écouter...) celui de nos parents civilisés gaulois et celui de la téci au quotidien. et oui! on en est là!

  • Par zaz - 12/10/2012 - 10:30 - Signaler un abus Curieux...

    L'un des intervenants raconte le désastre qu'a été son mariage avec quelqu'un dont elle avait mal évalué le poids de la culture, tandis que l'autre déplore le communautarisme...

  • Par carredas - 12/10/2012 - 10:52 - Signaler un abus Langue de bois...

    Quelle langue de bois du sociologue surtout face au témoignage de Maria S. Cela illustre parfaitement l'état de notre société et le gouffre qui sépare les explications intellectuelles des sociologues de gauche bien pensants surreprésentés dans les médias d'une part, et la réalité vécue par les femmes d'autre part qui ne peuvent en témoigner à visage découvert...

  • Par NicoLeFou - 12/10/2012 - 10:54 - Signaler un abus Il ne faut pas se voiler la face

    La frustration sexuelle de certains est énorme, et dans ces conditions ils ne peuvent pas espérer avoir une relation! En même temps, comment est vue la femme par ces habitants des banlieue? La vision est dictée par leur religion, et c'est une vision de femme objet, soumise a tout, qui ne doit pas dire non! Comment voulez vous qu'ils aient une seule chance! Et le problème n'est pas qu'en France, récemment une étudiante Belge a fait la même constatation car elle est harcelée dans la rue par des bêtes en rut qui se croient séducteurs!

  • Par HdT - 12/10/2012 - 11:17 - Signaler un abus Conflit civilisationnel (1)

    Il n'y a pas à tergiverser, le psycholosexolospecialitochiâtre se confond en tour et détour pour ne surtout jamais écrire que le fond du problème est bien la prédominance d'une culture dans nombre de quartiers (de cités). La seule raison de la situation des femmes dans ces quartiers n'est dû qu'à la prédominance de l'islam rétrograde amené par des gens ayant été formatés dans cette dimension. J'ai lu une réaction quant aux écrits de Catherine Millet (auteure de "la vie sexuelle de Catherine M."), et des affirmations (qu'elle ne fait d'ailleurs pas, elle pense que mais n'affirme pas), qui dirait qu'une femme pratiquant ceci ou cela librement de sa sexualité serait plus ceci ou plus cela à propos de la pluralité masculine. Il y a d'abord une réponse à apporter, c'est que si addiction il pourrait y avoir il faut nécessaire obtenir l'addiction de plusieurs acteurs (ou actrices) pour parvenir à la réalisation de la scène, donc c'est une quête féminine (pour certaines femmes) mais également une qu'ête masculine (pour certains hommes et même plus vu que le nombre de partenaires masculins et au moins le double du nombre de partenaires féminine, sinon, il n'y a pas pluralité (évidence).

  • Par HdT - 12/10/2012 - 11:27 - Signaler un abus Conflit civilisationnel (2)

    Vouloir toujours rapprocher les comportements criminels d'une culture à l'égard des femmes à l'évolution sexuelle d'une société où s'importent ces criminels macchistes d'un autre temps est une connerie. Il y a un constat à faire (et les libertins le savent très bien), c'est que toutes les cultures à l'exception d'une n'est pas répresentée dans le milieu libertin où nombre d'annonces précisent clairement "pas de beurs, pas d'arabes" mais jamais "pas de noirs" ou si rarement, et pour une raison qui ne tient qu'au comportement lié au sentiment d'être toujours "victimes" et à l'incapacité de comprendre qu'après une rencontre, et en dehors des rencontres, il n'y a pas de relation et que dans tous les cas de figures les libertins décident indépendamment qui, quoi, comment et même où sans aucune imposition. En 17 ans de vie à deux à pousser les portes des "lieux interdits", nous avons pu voir et constater cette réalité, la culture musulmane est incompatible avec la notion de liberté, la notion de décider, la notion de choisir, et si des orientaux comme des nord-africains sont croisés, c'est qu'ils de longue date abandonné les precepts et méthodes obligatoires dictés depuis des siècles.

  • Par Djib - 12/10/2012 - 11:29 - Signaler un abus Voir ou revoir sur Youtube,

    cette video réalisée par une jeune femme à Bruxelles, insultée et harcelée à plusieurs reprises par de jeunes arabes frustrés et haineux qui considèrent évidemment qu'une blanche habillée normalement n'est qu'une salope destinée à satisfaire leurs fantasmes de tarés frustrés.

  • Par HdT - 12/10/2012 - 11:37 - Signaler un abus Conflit civilisationnel (3)

    La civilisation musulmane n'a aucun lien avec l'idée même de pouvoir disposer de soi, d'autant plus quand ce "soi" est une femme. Et c'est bien parce que dans ma culture occidentale je peux avoir des amis hétéro, bi comme homosexuels, d'origines athée, chrétienne, juive, bouddhiste sans avoir à m'inquiéter du destin qui peut leur être imposé que je ne peux accepter qu'une telle culture s'installe, s'instaure et devienne par le truchement de la trahison d'une pseudo élite, la prédominance intellectuelle de la société où j'ai grandi, appris, vécu à travers une vie libre, et que ce chemin se poursuivra à travers mes descendants. Je suis effaré de voir que le viol de deux femmes n'ait pas été admis et véritablement sanctionné par une justice qui ne représente plus rien de juste, la loi du tallion semble souvent tellement plus séduisante et concrète.

  • Par troiscentsalheure - 12/10/2012 - 11:51 - Signaler un abus L'islam est une religion misogyne et raciste

    "Dieu vous a choisi des épouses dans votre race" (Sourate XVI, 75). "Heureux les croyants qui bornent leur jouissance à leurs femmes et aux esclaves que leur a procurées la main droite, dans ce cas ils n'encourent aucun blâme" (Sourate XXIII,6) "Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance, Vous les reléguerez dans des lits à part, Vous les battrez mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle" (Sourate IV, 38)

  • Par walküre - 12/10/2012 - 12:02 - Signaler un abus Problème

    Beaucoup d'acquittements. Pourquoi ? Faute de preuves ? Alors pourquoi envoyer au procès des innocents ? De l'argent dépensé en pure perte. Serait-ce que les juges d'instructions ont peur des non-lieux ? La justice française est bien malade. Il y a un remède. Le peuple prend les rênes de sa justice. Juges et procureurs élus. Les fonctionnaires actuels de justice - même s'ils sont appelés magistrats - ne doivent plus être que des auxiliaires du peuple. C'est cela la démocratie complète, pleine et entière.

  • Par gudule - 12/10/2012 - 13:45 - Signaler un abus quel bel article objectif !

    donc du titre "la sexualité dans les banlieues", on arrive à un article qui traite de la sexualité dans la religion musulmane. Question : est-ce que tous les habitants de "banlieues" sont musulmans ? Autre question : quid de la déclaration de Georges Wolinski dans l'émission "à voix nue" sur France Culture qui fait l'apologie du viol : "maintenant que je connais mieux les femmes, j’ai compris qu’elles aiment bien qu’on les force à faire ce qu’elles ne veulent pas faire." ? (pour les sceptiques, l'émission est en écoute sur le site de la radio). si vous pouviez arrêter de nous faire croire que les comportements misogyne et le viol sont l’apanage des "banlieues" et que sur le reste du territoire tout va pour le mieux dans le meilleur des monde, peut-être qu'après nous pourrions parler sérieusement des problèmes rencontrés par les femmes à l'heure actuelle. cordialement.

  • Par Titan75 - 12/10/2012 - 14:55 - Signaler un abus Comment font les jeunes hommes musulmans ?

    Ne pouvant coucher avec une musulmane, et rarement avec une française de souche, ils ont très fréquemment des relations homosexuelles. Mais c'est évidemment un méga tabou.

  • Par Vinas Veritas - 12/10/2012 - 15:32 - Signaler un abus l'islam est une religion d'amour

    non mais ! personne n'a vu µLaurent venir nous dire que l'islam .... enfin bref. je comprends et je je soutiens Maria qui nous livre son témoignage et je plains sincèrement toutes celles qui chrétiennes et autres tombent sous le charme des pervertis de l'orient qui n'ont aucun respect pour ce qui n'est pas leur personne. la seule femme qu'ils sont capable d'honorer est leur mère car il y a une autre insulte prise au sérieux : fils de p....

  • Par eiram - 12/10/2012 - 17:18 - Signaler un abus Viol

    Depuis quand les tournantes s'appellent-elles "faire l'amour avec plusieurs hommes?"Je ne vois pas le rapport avec les livres cités plus haut qui eux relèvent de la littérature érotique et non pas du viol.

  • Par Titan75 - 12/10/2012 - 17:21 - Signaler un abus Savez-vous que les lunettes d'Audrey Pulvar coûtent

    12 000 euros, oui douze mille euros ? C'est ce qu'a révélé le site du Point. Des lunettes sur mesure, modèle unique, en écaille de tortue. Sa réponse : "je fais ce que je veux de mon argent". En effet.

  • Par Hicos - 12/10/2012 - 17:28 - Signaler un abus @gudule

    Je suis globalement d'accord avec vous : je ne vois pas de lien évident entre Islam et viol. En revanche, je vois dans ces pratiques le résultat de la culture de l'excuse développée par nos amis progressistes et qui les empêchent de nommer la réalité : ces violeurs sont le plus souvent des zy-va victimisés et déculpabilisés par notre éternelle repentance. Ils ne peuvent pas être des bourreaux puisqu'ils sont des victimes de la société !

  • Par Bara - 12/10/2012 - 20:03 - Signaler un abus 30 ans de liberté de "il est interdit d'interdire"

    @campaillou: hélas vous avez raison il n'y a pas que le droit des femmes qui a régressé depuis des années, la conscience politique aussi. C'est pourquoi je crois qu'il faudra passer par une phase un tantinet autoritaire pour retrouver la trajectoire du progrès social et civilisationnel: cela passera par une répression impitoyable des comportements phallocrates, mais aussi une direction autoritaire sur le plan de l'éducation. En effet, ce sont souvent les femmes qui transmettent leur propre oppression, et celles qui se trouveront "soûlées" par un discours libérateur se verront servir un programme plus directif.

  • Par LeLiberal - 13/10/2012 - 03:35 - Signaler un abus Enorme le sociologue

    J'aurais voulu faire une caricature de discours bien pensant, j'aurais pas fait mieux. Si le sujet n'était pas si grave, j'en rigolerais carrément! Pourquoi il y a une telle violence sexuelle dans les banlieues? parce que quand 14 individus passent devant un juge, il en acquitte 10 (admettons s'il n'y a pas de preuve) et les 4 autres héritent de peines de prison avec sursis ou un ferme qui ne sera pas effectué. Une société apaisée est une société où fonctionnent ensemble éducation (les trucs genre tu ne tueras point ou tu ne volera point), répression (de fortes peines si on faute) et dissuasion (n'ait aucun doute que tu te feras allumé si tu sors du droit chemin). Si un seul de ces trois principes manquent à l'appel, en réalité il manque même les trois en France si on fait un bilan objectif des choses, alors il n'y aura aucun miracle à attendre.

  • Par Ganesha - 13/10/2012 - 06:50 - Signaler un abus Ecoutes Téléphoniques

    Cet article et les commentaires qui l'accompagnent, se contentent des habituelles généralités et autres lieux-communs plutôt désagréables vis à vis de l'Islam... Mais ils ne répondent absolument pas aux questions que posent cette affaire ! Qui peut sérieusement croire que ces deux jeunes femmes auraient subi sans aucune réaction, de la part des mêmes agresseurs, des dizaines de viols, répétés sur plusieurs années ? Avaient-ils des otages, des moyens de pression ou proféraient-ils des menaces de mort contre leurs familles ? Une simple visite au poste de police et la mise en place d'écoutes téléphoniques auraient alors résolu rapidement cette affaire ! Plutôt que "d'exprimer votre émotion", essayez un peu de réfléchir ! Les acquittements s'expliquent logiquement parce que la version de l'histoire qui nous est présentée n'est pas crédible. Une suggestion : relisez mon hypothèse "gang-bang", le troisième commentaire à partir du début de cette colonne... ou proposez moi une autre explication, mais qui "tienne la route" !

  • Par Bara - 13/10/2012 - 09:16 - Signaler un abus @Ganesha: Une simple visite au poste de police...

    une plainte a été déposée en 1999 sans succès. Vous êtes vraiment naïf ou vous êtes propagandiste ? Dans les deux cas, faites attention.

  • Par KiriNan - 13/10/2012 - 10:15 - Signaler un abus @ Ganesha : cessez la propagande pro-viol

    Une simple lecture de la presse vous apprendra que les victimes (très jeunes à l'époque) étaient sans défense face à des bandes organisées qui menaçaient leurs familles de mort (Nina) Après la plainte, les menaces (balle dans la boite aux lettres), effractions (appartement) et agressions de la mère de la plaignante se sont succédées. Après, je souligne, la "simple visite au poste de police". les accusés ont continué à bénéficier des prestations sociales (HLM, cantine et sports gratuits, vacances gratuites etc.) de la part de la mairie. Les plaignantes ont eu droit à un moins en foyer à Grenoble. Quant à votre délire sur l'addiction au gang-bang : c'est à peu près aussi scientifique et crédible que de dire que les personnes qui sont torturées par des sadiques, comme cela se pratique dans les pays qui pratiquent le viol comme arme de guerre - deviennent accros à la torture.

  • Par Ganesha - 13/10/2012 - 10:36 - Signaler un abus Bara

    Merci pour cette information, que je ne connaissais pas, et qui pourra profiter aux autres lecteurs. Chez vous, en tout cas, la menace semble être un mode naturel d'expression...

  • Par golvan - 13/10/2012 - 10:54 - Signaler un abus @ganesha

    Vous êtes apparemment un gauchiste ordinaire prêt à toutes les gesticulations pour ramener les faits qui vous dérangent dans votre grille de lecture marxo tiers-mondiste. Mais sur ce sujet vous dépassez les bornes. Entre votre délire d'hier sur l'addiction des victimes au viol en réunion, et celui de ce matin où vous osez affirmer que des gamines violées et frappées en redemandaient, je trouve qu'on touche le fond de la goujaterie machiste ordinaire. Mais concrètement monsieur ganesha connaissez-vous les banlieues à majorité musulmane ? Entre ces crétins de sociologues émasculés par leur pleutrerie, et votre délire sur les femmes et le sexe, j'ai bien peur que l'avenir des jeunes filles abandonnées des banlieues ne soit bien sombre.

  • Par Ganesha - 13/10/2012 - 11:18 - Signaler un abus Fifty Shades of Grey

    Je me félicite et je me réjouis, en tout cas, d'avoir revigoré un débat qui devenait un peu languissant. Après toute sortes de commentaires anti-islam, on pointe enfin, au moins aussi... les fautes de la police, par manque de motivation ou de moyens ? Quand au débat sur les tréfonds de l'âme humaine, je réserve quelques arguments pour la sortie prochaine en France du livre que des dizaines de millions de femmes américaines ont déjà lu...

  • Par golvan - 13/10/2012 - 11:38 - Signaler un abus @ganesha

    C'est vous qui parlez de la police, pour détourner le débat qui ne vous met pas en valeur. Une plainte classée sans suite, ça fait partie du quotidien du commissariat, avec sans doute la lassitude de policiers qui pensaient qu'il n'y aurait pas de condamnation par manque de preuves. Et la justice française leur a donné raison. Mais en bon petit socialiste ordinaire vous évoquez le manque de moyens de la police, pourquoi pas aussi le manque d'îlotiers, sympathiques animateurs de rues en uniforme jouant au football avec une jeunesse souriante. Argument zéro et honnêteté intellectuelle zéro.

  • Par enzo31311 - 13/10/2012 - 12:32 - Signaler un abus Phenomene culturel

    Le problème de la sexualité est culturel voire religieux.Pour avoir vécu quelques années dans certains pays arobos musulmans, j'ai pu constater la frustration des hommes pour qui la sexualité est devenue une obsession. C'est la même chose pour les jeunes de banlieues. Beaucoup d'hommes n'ont qu'une seule idées en tété et la moindre femme qui passe un peu émancipée est jugée comme facile. ne parlons pas des Européennes qui font fantasmer . La séparation hommes femmes, les codes sociaux stricts, le manque de disponibilité des femmes enfermées chez elles ou bien voilées ou enfoulardées créent des rapports anormaux. Tout comme la virginité obligatoire au mariage. L'exposition du drap la nuit du mariage est encore très courante il ne faut pas l'oublier.

  • Par Bara - 13/10/2012 - 12:44 - Signaler un abus @Ganesha

    Pourquoi parlez-vous de menace à mon encontre alors que je ne fais que vous conseiller la plus élémentaire prudence ? Comment pourrais-je vous menacer ? Qui peut sérieusement croire que vous subiriez subi sans aucune réaction, de la part des mêmes agresseurs, des dizaines de viols, répétés sur plusieurs années ? Aurais-je des otages, des moyens de pression ou proférais-je des menaces de mort contre leurs familles ? Une simple visite au poste de police et la mise en place d'écoutes téléphoniques auraient alors résolu rapidement cette menace ! Plutôt que "d'exprimer votre émotion", essayez un peu de réfléchir !

  • Par Ganesha - 13/10/2012 - 13:01 - Signaler un abus Technique Policière

    S'il y a encore des intervenants suffisamment débiles pour estimer que le viol n'existe que chez les musulmans, qu'ils passent tout de suite aux commentaires suivants... L''Islam n'a rien à voir dans cette affaire et c'est bien là le caractère stupide et racoleur de cet article ! Ce qui fait, du point de vue juridique et policier, que ce cas est exceptionnel, c'est qu'il ne s'agit pas de viol, ni de violeur en série, mais d'allégations de viols répétés entre les mêmes auteurs et victimes, sur une longue période de temps, dans une même zone géographique et, bien sûr, avec les protagonistes gardant leur liberté de mouvement. Ce qui a fait toute la frustration de l'affaire DSK, c'est qu'il n'y avait pas de dispositif de vidéo-surveillance pré-installé dans la chambre d'hôtel à New-York et que des dizaines de milliers de commentateurs en ont été réduits à clamer sur internet leur "intime conviction" ; Mais je le répète, il y avait ici toute une panoplie de techniques policières possibles : planque, filature, vidéo-surveillance de lieux prévus pour les crimes à venir, écoutes téléphoniques... Il semble bien que tout cela n'a pas été mis en oeuvre et je repose la question : pourquoi ?

  • Par Ganesha - 13/10/2012 - 13:03 - Signaler un abus Clin d'oeil

    Un clin d'oeil amical au commentateur qui proposait d'interrompre les prestations sociales des suspects sur simple dénonciation, sans preuve...

  • Par golvan - 13/10/2012 - 15:41 - Signaler un abus @ganesha

    Continuez de jouer au crétin : qui a affirmé que le viol n'existe que chez les musulmans ? Absolument personne sur ce forum. Ce qui est écrit ici, c'est que le puritanisme subi des musulmans, directement lié à leurs préceptes religieux, est source de mépris pour les femmes qui ne sont pas enfermées chez elles. Et lorsqu'une femme est violée, c'est de sa faute et elle immédiatement assimilée à une pute. Et le comble c'est qu'on trouve des crétins dans votre genre pour amener de l'eau au moulin de ces crétins frustrés. Alors quelle est votre position au sujet du statut de la femme dans l'islam ordinaire qui sévit dans les banlieues ? Expliquez nous tout ça au lieu de raconter des conneries.

  • Par walküre - 13/10/2012 - 15:46 - Signaler un abus Au vrai

    leur faillite est avérée. Combien de militantes ? Si on enlève celles de gauche, c'est le désert des Tartares. Combien de subventions ? M'est avis qu'il y a erreur. C'est le moment de faire des économies...

  • Par labolisbiotifool - 13/10/2012 - 18:47 - Signaler un abus Bravo la sociologie !

    y' a Ganesha qui raconte des conneries ... on lui pardonne ... Mais il y a surtout ce salopard de " sociologue " qui parle de ce qu 'il ne connait pas, mais alors vraiment pas du tout ! Celui-là est à mettre rapidement au trou - si je puis dire ... - pour " délires et délires sur l ' Islam " . Je lui propose un stage chez eux, avec sa femme, ses filles, ses nièces, etc etc ... Ou c ' est une couille molle, et il reviendra vite dans son arrondissement préféré, ou il est viril, et alors on va voir ce qu' on va voir : un mâle qui va défendre les femmes, de quelque religion qu' elles soient . Chiche ?

  • Par Bara - 13/10/2012 - 18:53 - Signaler un abus @Ganesha: pourquoi croyez-vous que le port du voile se répand ?

    Intéressez-vous aux familles musulmanes qui déménagent d'un quartier pas très reluisant pour un autre qui ne l'est guère plus et qui ont une fille non-voilée: vous verrez que dans 9 cas sur 10 c'est pour échapper aux pressions de "la communauté". Avez-vous vu la journée de la jupe ? Le reportage de cette Belge sur les insultes et les invites grossières dont elle est tous les jours la cible ? D'après vous, qui les profère ?

  • Par Ganesha - 13/10/2012 - 20:17 - Signaler un abus Théorie du Voile

    Ayant travaillé plusieurs années au Moyen-Orient, en contact direct avec la population, et ayant été très bien payé, j'interviens sur les forums internet pour faire comprendre que leur système du voile n'est certainement pas parfait, implique des contraintes, mais présente une logique interne, n'est pas "complètement absurde" ! En tout cas, mon expérience est qu'il s'agit clairement de sociétés méditerranéennes "Matriciarcales", au sens de la "Mamma" sicilienne ! Un problème fondamental des femmes, c'est qu'elles souhaitent avoir des enfants, beaucoup d'enfants... et qu'au fur et à mesure leur corps se déforme et leur visage vieillit. Elles risquent donc de se retrouver un jour mères de famille nombreuses et qu'une "petite jeune, mince et sexy" vienne leur piquer leur mari. Le principe de base est que le voile résulte d'un accord général des femmes entre elles pour s'interdire toute possiblité de concurrence. Dans les pays où règne ce système, les femmes peuvent en toute confiance laisser leur mari se promener toute l'après-midi dans le souk, lorsqu'il rentrera le soir, il n'aura strictement rien vu... Et croyez-moi, les vrais frustrés, ce sont les hommes !

  • Par Robert Marchenoir - 13/10/2012 - 20:56 - Signaler un abus Sociologue = propagandiste à la solde de l'Etat

    Cette interview est une caricature de la maladie mentale qu'on appelle gauchisme. Une femme écrit un livre pour témoigner de l'oppression qu'elle a vécue en tant qu'épouse de musulman. Elle explique en quoi l'islam méprise la femme, encourage le viol. Et puis nous avons un chochiologue qui se ramène frais comme un gardon, et qui entreprend d'expliquer à cette femme qu'elle n'a pas vécu ce qu'elle a vécu, que c'est un sentiment de viol, que c'est une illusion d'islam, et que l'islam n'a absolument rien à voir avec les violences faites aux femmes dans les banlieues. Pourquoi donnez-vous la parole à des gens aussi manifestement malhonnêtes, qui nous servent le même pipeau copié-collé depuis trente ans ?

  • Par Jean - 15/10/2012 - 18:24 - Signaler un abus Le réel ne ment pas

    Monsieur Hatzfeld a certainement une fille adolescente pour lui faire expérimenter ce qu'est la vie dans ces quartiers, en mini jupe par exemple, le contact avec les lascars etc... Mention spéciale du politiquement correct particulièrement nauséabond pour la comparaison entre les différentes religions, autrement dit du "tout se vaut". Les cathos intégristes ne sont pas spécialement sur-représentés dans les chiffres de la délinquance sexuelle. L'islam ne reconnaît pas l'égalité entre les hommes et les femmes, les textes sont clairs. Encore faut-il prendre la peine de les lire. Il est vrai que de nos jours il suffit d'avoir écrit un ou deux bouquins pour se dire chercheur et faire autorité.

  • Par Jean - 15/10/2012 - 20:53 - Signaler un abus Elles dénoncent le harcèlement de rue

    A regarder, ce reportage qui illustre bien la mentalité de "chances pour nos filles" : http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/elles-denoncent-le-harcelement-de-rue-7581388.html

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maria S. et Marc Hatzfeld

Maria S. est d'origine portugaise et épouse un algérien né en France. Elle accepte de se marier au pays où sa vie bascule dans l'horreur. Elle écrit alors ce livre "Mariée à un musulman"  aux Editions de L'oeuvre (mai 2012), témoignage publié sous pseudonyme à la demande de l’auteur.

Marc Hatzfeld est sociologue et ethnologue. Il a également écrit "Petit traité de la banlieue" aux Editions Dunod (août 2004) et "Les lascars" aux Editions Autrement (janvier 2011). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€