Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le vin français dans tous ses états : le dérèglement climatique vient bousculer une spécialité tricolore multi-centenaire

En raison du réchauffement climatique, les raisins mûrissent plus vite et les vendanges se font deux à trois semaines plus tôt en France qu’il y a trente ans. Pas de quoi faire paniquer le monde de l’œnologie, car de nombreuses solutions existent pour maintenir la qualité des vins de l'Hexagone.

In vino veritas

Publié le
Le vin français dans tous ses états : le dérèglement climatique vient bousculer une spécialité tricolore multi-centenaire

Atlantico : Le réchauffement climatique a-t-il un impact sur les cépages français ?

Laurent Audeguin : Oui, les dates de maturité dans les différents vignobles ont avancé depuis cinquante ans, et donc de fait, les dates de récoltes aussi.

C'est le cas dans toutes les régions viticoles de France, avec quand même des effets annuels qui peuvent varier selon les saisons, les régions et selon les cépages cultivés.

Il y a aussi un double effet. Comme le cycle maturation du raisin se fait plus rapidement, les vendanges sont font sous des températures plus élevées. En effet, au mois d’Août les températures diurnes sont plus élevées, donc cela accélère le processus.

Il y a d'autres pays producteurs de vin où le phénomène est beaucoup plus marqué et amplifié par les sécheresses estivales, comme la Californie, l’Australie ou l'Argentine.

Cela ne concerne donc pas que la France !

L'avancement des dates de maturité et de récolte du raisin a-t-il un impact sur la qualité du vin français ?

Concrètement, cela génère des raisins avec une concentration en sucre plus élevée et des acidités plus basses, ce qui compte beaucoup dans l'équilibre des vins.

Il y a des articles très anxiogènes qui ont été publiés dans la presse sur le sujet, mais pour l'instant, ces changements n'ont rien d'alarmants. Certes, il y a eu des années comme 2003 où il y avait des vins avec des équilibres très particuliers, qui étaient fortement marqués par la canicule, mais cela reste des exceptions.

Si le réchauffement climatique ne s'amplifie pas et reste tel quel, il a même pour le moment un impact positif sur certains cépages tardifs, comme sur le Cabernet-Sauvignon de Bordeaux, car les raisins murissent bien et produisent des arômes de maturité qui sont très favorables à la qualité du vin. Pour ces viticulteurs cultivant ces cépages, les voyants sont plutôt "au vert".

C'est pour les cépages précoces que la situation est un peu plus compliquée à gérer. Ces cépages ont un cycle court donc mûrissent naturellement plus tôt. De plus, ce sont souvent des cépages blanc pour lesquels l’acidité est importante en terme de fraîcheur et de conservation.

Le monde de l’œnologie français est-il inquiet de ces changements climatiques ?

Inquiet non, concerné oui.

Pour le moment, les viticulteurs sont simplement en train de découvrir et de prendre en compte cette nouvelle problématique, et ils se sont mis si je puis dire en "veille technologique". L'idée est plutôt de se préparer à s'adapter si le réchauffement climatique continue d'augmenter.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lafayette 68 - 25/03/2016 - 10:12 - Signaler un abus Pas de panique

    Lire ou relire LE ROY LADURIE et son climat depuis l'an 1000...Rien de nouveau en fait.

  • Par brennec - 25/03/2016 - 16:21 - Signaler un abus toujours le titre différent du texte...

    "Il y a des articles très anxiogènes qui ont été publiés dans la presse sur le sujet, mais pour l'instant, ces changements n'ont rien d'alarmants" C'est le cas du titre du présent article.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Audeguin

Laurent Audeguin est spécialiste en ampélographie et réchauffement climatique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€