Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vidéos "dangereuses" : YouTube face au vertige d’une guerre sans fin

Le site Youtube a retiré des vidéos sur le maniement des armes à feu après la tuerie de Las Vegas. Mais la modération de ce genre de contenu peut s’avérer parfois particulièrement compliqué à mettre en œuvre.

Tutoriel

Publié le
Vidéos "dangereuses" : YouTube face au vertige d’une guerre sans fin

Atlantico : Le site Youtube a retiré des vidéos sur le maniement des armes à feu après la tuerie de Las Vegas. Les vidéos de ce genre ou bien d'autres concernant des prêches religieux ou des fabrications de bombes sont remise après suppression. Alors est-il possible de modérer les plateformes de vidéos en ligne pour supprimer ces contenus vu le mode de fonctionnement du site ?

Gilles Babinet : Ce débat a eu lieu à maintes reprises, notamment lorsque des lois ont été discutées sur les responsabilités qui incombent aux JSP, les JavaServer Pages qui permettent d’encoder des pages internet et les éditeurs et il a été démontré qu’il ne pourrait pas y avoir de modération à priori. Dans les tous les cas, ce sera une modération a posteriori. Ce que l’on arrive assez bien à faire, c’est la protection des contenus « copyrightés » en supprimant les copies, c’est à dire, des gens qui mettent de la musique ou des films qui appartiennent à des  ayants droits dans la mesure où ils reproduisent un contenu qui est connu.

On peut assez facilement les effacer. Ce que l’on arrive moins bien à faire, c’est identifier a priori un contenu unique, une vidéo postée pour la première fois.

Quelles peuvent être les techniques auxquelles peuvent avoir accès les modérateurs pour mieux trier le contenu des vidéos mises en ligne ?

Ce qu’il serait assez facile à faire, c’est de mettre une empreinte, « fingerprint », une reconnaissance de l’empreinte de la vidéo que l’on souhaite supprimer et faire en sorte que toute personne qui essaye de remettre cette vidéo soit empêché par la plateforme qui reconnaîtrait cette empreinte. Il n’y a, à ce jour, aucun obstacle technique pour mettre en oeuvre cette solution. La vidéo pourra être en ligne quelques minutes, mais s’il y avait un passage du fingerprint pendant le téléchargement ou juste après celui-ci, a priori, on pourrait éviter de faire ce genre de chose. Le seul problème avec l’empreinte réside dans le fait qu’il suffirait de faire démarrer une vidéo interdite à un autre moment, avec une autre résolution pour qu’elle puisse être diffusée. Les bonnes technologies de fingerprint peuvent cependant détecter ces manipulations.

Pour les vidéos qui sont remises en ligne, il existe des solutions technologiques, qui ne sont pas utilisées. Pour je ne sais quelle raison, les plateformes ne les ont pas mises en place. Sur les vidéos qui sont mises en ligne la première fois, il est beaucoup plus compliqué d’agir. Il faudrait qu’il y ait une multitude de personnes qui pourrait aller très vite voir les vidéos qui sont mises en ligne et surveiller celles qui sont illicites. Il faut savoir que chaque minute, il y a une centaine d’heure de vidéos qui sont publiées. Une centaine de personnes devrait être présente en permanence afin de pouvoir faire une première modération à priori. Ce genre de chose est assez compliqué. Néanmoins, on peut espérer qu’à moyen terme, des outils d’intelligence artificielle soient mis en place et puissent pré-détecter les contenus sensibles et les présenter à des opérateurs humains qui prendraient des décisions d’action ou non.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 14/10/2017 - 09:46 - Signaler un abus Décentraliser le contrôle.

    La solution c'est de faire confiance aux gens qui voient ces vidéos et de prévoir un moyen d'alerte ou de signalement lors du visionement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Babinet

Gilles Babinet a créé de nombreuses sociétés dans divers secteurs. Premier président du Conseil national du numérique, puis "Digital Champion", il représente la France auprès de la Commission européenne pour les enjeux du numérique. Il est l'auteur de L'Ere numérique, un nouvel âge de l'humanité (Le Passeur Éditeur, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€