Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Victoire en trompe l'œil des libéraux aux Pays-Bas : la Hollande est moins "europhobe", mais toujours pas "europhile"...

Le Parti libéral (VVD) et le Parti travailliste (PvdA) sont arrivés largement en tête des élections législatives aux Pays-Bas. Le Parti de la liberté (PVV) de Geert Wilders, qui milite pour une sortie de l'Union européenne, devrait quant à lui perdre le tiers de ses sièges.

La fin du populisme ?

Publié le

Atlantico : Les partis néerlandais favorables aux politiques de rigueur dans la zone euro sont arrivés mercredi largement en tête des élections législatives aux Pays-Bas, le Parti libéral (VVD) du Premier ministre sortant Mark Rutte étant crédité d'un siège d'avance sur le Parti travailliste (PvdA). Le Parti de la liberté (PVV) de Geert Wilders, hostile à l'immigration et qui milite pour une sortie de l'Union européenne, pourrait quant à lui perdre le tiers de ses sièges. Comment  expliquez-vous ce recul de l’extrême droite ?

Christophe de Voogd : La situation économique des Pays-Bas est bien meilleure que celle de la France. Même si la crise existe aussi, la balance commerciale du pays est excédentaire, le chômage ne dépasse pas les 6% et le déficit budgétaire se réduit. Le contexte, très différent de celui du Sud de l'Europe, est plus favorable aux partis de gouvernement.

Par ailleurs, Geert Wilders a commis une erreur stratégique en présentant les élections comme un référendum sur l'Europe. S'il y a un sentiment anti-européen aux Pays-Bas, l'aventure de l'abandon de l'euro apparaît aussi comme un pari risqué. Les Hollandais savent compter et se rendent compte qu'ils sont un grand pays exportateur (la Hollande est le sixième exportateur mondial). Leur balance commerciale est notamment très excédentaire avec les pays de l'Euroland. Tout éclatement de la zone euro aurait donc des conséquences économiques très néfastes sur les Pays-Bas. Par ailleurs, quoi qu'ils pensent sur l'Europe, les Pays-Bas ont tout intérêt à préserver la zone euro.

Les Pays-Bas  avaient voté «  Non » au référendum sur le traité européen en 2005, est-ce vraiment la fin de l’ "euroscepticisme" aux Pays-Bas ?

Il faut nuancer et être prudent. Il s'agit d'une défaite des partis anti-européens plus que d'une victoire des partis pro-européens. Il n' y a pas d'europhilie. La tonalité d'ensemble reste méfiante vis-à-vis de l'Europe, notamment vis-à-vis des transferts de souveraineté et des transferts financiers vers les pays du Sud.

Le parti libéral, qui est arrivé en tête des élections, a un agenda qui chez nous serait qualifié d' "eurosceptique". Il propose notamment l'arrêt des transferts de souveraineté et la sortie de l'Europe des pays qui ne respectent pas les règles aussi bien pour la zone euro que pour l'espace Schengen. Enfin, il prône le renforcement du contrôle national sur les décisions européennes.

Le parti travailliste arrivé en deuxième position a, en revanche, un discours plus positif et est partisan de plus d'intégration européenne. A une condition, que le contrôle démocratique soit renforcé.

Le Parti libéral et le Parti travailliste vont former une coalition pour appliquer des politiques d’austérité. N’est-ce pas la porte ouverte à un retour encore plus spectaculaire des populismes dans quelques années ?

L'historien que je suis est plus spécialiste du passé que de l'avenir. Mais, l'accord entre les deux grands partis va prendre beaucoup de temps car ils sont quasiment à égalité. Le Parti travailliste, qui est arrivé juste derrière, peut avoir des exigences très fortes sur le programme et les postes ministériels. D'autre part, le processus de nomination du Premier ministre a changé. Autrefois, c'est la reine qui avait l'initiative, aujourd'hui c'est le parlement. Les négociations risquent donc d'être encore plus compliquées que prévues.Cela peut durer des semaines, voire des mois.

Le Parti libéral arrivé en tête est hostile à une politique de relance en Europe voulue par la France et les pays du Sud. Est-ce vraiment une bonne nouvelle pour la construction européenne ?   

Il y avait un danger populiste de gauche et de droite extrêmement fort. Leur défaite est plutôt un point positif pour l'Europe. Mais attention à ne pas crier trop vite victoire. Les Pays-Bas restent sur une position très vigilante vis-à-vis de l'Europe. Avec l'Allemagne, pour ce qui est des déficits budgétaires, ils seront intransigeants. La victoire de l'actuel Premier ministre s'est aussi faite sur le mot d'ordre suivant : " Pas un centime de plus pour la Grèce ! "

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 13/09/2012 - 15:10 - Signaler un abus La Hollande: un très bel exemple à suivre pour la France!

    Avec le tandem Flamby-Zéro, nous sommes, malheureusement, plus proches de la Grèce de Papandreou et de l'Espagne de Tapazero...

  • Par HdT - 13/09/2012 - 16:13 - Signaler un abus Le pays des moulins n'est pas celui d'un Hollande

    L'aile gauche de la politique néerlandaise n'a rien à voir avec l'aile gauche de la politique française et ceci est vrai pour tous les états du nord de l'Union Européenne, de l'Europe tout simplement. Cependant, le VVD a pu se remettre en selle grâce au PVV en recadrant nombre de lignes de sa projection à court, moyen, et longs termes. Le PVDA est moins à gauche que le centre droit français sur nombre de points. Ce qui globalement revient à dire que les Pays-Bas n'ont rien à voir avec la conduite de la politique française enlisée et incapable de se remettre en cause. C'est pour cela que le peuple ne va pas tarder à l'aider dans sa procédure de remise en ordre, ce n'est qu'une affaire de quelques mois avant que ça ne bouge bruyamment ici.

  • Par Yvan - 13/09/2012 - 16:33 - Signaler un abus Intéressant article

    Cela change vraiment des orientations d'hier soir dans les médias nationaux qui donnaient l'extrême gauche à de bons scores et l'extrême droite perdant la moitié de ses sièges. J'attends toujours les excuses des désinformateurs professionnels

  • Par ghislfa - 13/09/2012 - 18:01 - Signaler un abus C'est vrais, çà

    L'extrême gauche avec de bons scores, c'est déjà grossier mais l'extrême droite à la moitié de ses siège, c'est une insulte qui demande réparation.

  • Par jerem - 13/09/2012 - 19:31 - Signaler un abus Encore une coalition !!!

    comme c'est interessant !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd enseigne l'histoire des idées politiques, l'historiographie et la rhétorique à Sciences Po ainsi qu'au sein du Conseil des Ministres à Bruxelles.

 

Ses publications portent essentiellement sur l’histoire et l’actualité néerlandaises. Il est notamment l'auteur de Histoire des Pays-Bas publié chez Fayard ( 2003) et Pays-Bas : la tentation populiste (note de la Fondapol 2010).

Normalien, agrégé et docteur en histoire, il anime le blog Trop libre de la Fondapol. Mais s'exprime sur Atlantico à titre personnel.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€