Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vers un multilatéralisme fort... et contraint ? Pourquoi la criminalité en ligne pourrait devenir à son corps défendant le moteur d’un nouvel ordre mondial

"Power Off ", une opération de police internationale​, a permis la fermeture du site ​​"webstresser.org". Celui-ci permettait à ses clients de mener des attaques informatiques "par déni de service", contre des cibles choisies.

Systèmes vulnérables

Publié le

Sur son site dès le 12 décembre 2016, à la suite d’une première opération réussie de même nature, mais de moindre ampleur, Europol précisait d’ailleurs que celle-ci marquait : « […] le début d'une campagne de prévention dans tous les pays participants afin de sensibiliser le public au risque que de jeunes adultes s'impliquent dans la cybercriminalité. Beaucoup le font pour s'amuser sans se rendre compte des conséquences de leurs actions - mais les sanctions peuvent être sévères et avoir un impact négatif sur leurs perspectives d'avenir.

Les adolescents impliqués dans la cybercriminalité ont souvent un ensemble de compétences qui pourraient être utilisées de manière positive. Les compétences en codage, en jeu, en programmation informatique, en cybersécurité ou en informatique sont très demandées et de nombreuses carrières et opportunités s'offrent à tous ceux qui s'intéressent à ces domaines. Une étude récente réalisée avec le soutien EC3 d'Europol et publiée en octobre 2016 aide à comprendre les voies qui conduisent certains jeunes à la cybercriminalité. Le rapport souligne la nécessité de développer des stratégies de prévention et d'intervention efficaces ainsi que l'importance de promouvoir des alternatives, des moyens positifs (et légaux) de canaliser les jeunes talents vers les carrières dans les secteurs de la technologie et de la sécurité. » Cette piste comme d’autres n’est en effet pas à négliger, on le conçoit aisément.

Dans cette affaire, le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) d'Europol avait soutenu dès 2016 les pays coalisés « dans leurs efforts pour identifier les suspects dans l'UE et au-delà, principalement des jeunes adultes de moins de 20 ans, en organisant des réunions opérationnelles, en rassemblant des renseignements et en fournissant un soutien analytique. Les pays participants ont travaillé ensemble dans le cadre du projet EMPACT (Plateforme pluridisciplinaire européenne contre les menaces criminelles) ciblant les cyberattaques qui affectent les infrastructures critiques et les systèmes d'information dans l'UE. Au cours de la semaine d'action, différentes mesures ont été prises en fonction de la législation nationale: des suspects ont été interrogés, détenus et arrêtés ou condamnés à des amendes, des notifications ont été envoyées aux parents et des perquisitions ont été effectuées, entre autres ».

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Franck DeCloquement

Franck DeCloquement est praticien et expert en intelligence économique et stratégique (IES). Membre fondateur du Cercle K2 et ancien de l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE), il est en outre professeur à l'IRIS (Institut de Relations internationales et stratégiques) en "Géo-économie et intelligence stratégique". Il enseigne également la "Géopolitique des médias" en Master 2 recherche "Médias et Mondialisation", à l'IFP (Institut français de presse) de l'université de Paris II Panthéon-Assas. 

Franck DeCloquement est aussi spécialiste sur les menaces Cyber-émergentes liées aux actions d'espionnage économique et les déstabilisations de nature informationnelle et humaine. Il est en outre intervenu pour la SCIA (Swiss Competitive Intelligence Association) à Genève, aux assises de la FNCDS (Fédération Nationale des Cadres Dirigeants et Supérieurs), à la FER (Fédération des Entreprises Romandes à Genève) à l’occasion de débats organisés par le CLUSIS - l'association d’experts helvétiques dédiée à la sécurité de l'information - autour des réalités des actions de contre-ingérence économique et des menaces dans la sphère digitale. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€