Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 21 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vers un hiver dans le noir et le froid ? Pourquoi l'arrêt des 19 réacteurs nucléaires risque bien de forcer les Français à réaliser des économies d’énergie...

Ah, la transition énergétique, que voilà une idée réjouissante ! Grâce à ce principe maintenant élevé en dogme, la France transite joyeusement vers de nouvelles aventures énergétiques alternatives, à base de coupures, de bagotage du réseau électrique, et de petits sourires politiques crispés.

Congélation

Publié le
Vers un hiver dans le noir et le froid ? Pourquoi l'arrêt des 19 réacteurs nucléaires risque bien de forcer les Français à réaliser des économies d’énergie...

19 réacteurs nucléaires sont actuellement à l’arrêt en France, privant le parc EDF de 30% de sa capacité de production. Zut. Les contrôles renforcés de l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) ont imposé l’arrêt d’un paquet de réacteurs.  Crédit Reuters

L’idée de départ est, comme bien souvent en politique et dans ce pays, à la fois simple et complètement idiote : pour protéger Gaïa et les générations futures, rien de tel qu’obliger tout le monde à utiliser des énergies dites renouvelables qui pollueront Gaïa (mais différemment) et endetteront (à mort) les générations futures. Avec ce principe vient aussi l’idée, plus fine, de décentraliser la production d’énergie qui se heurtera constamment avec l’impérieuse nécessité d’un État fort qui contrôle absolument tout et interdira donc avec constance et acharnement toute tentative de décentralisation hors de son giron.

Bref, la transition énergétique, c’est un peu l’art de faire rentrer des cubes dans des cylindres à coup de maillet. Cette transition a été proprement mise en place et imposée en Allemagne et après plusieurs années, les retours d’expérience s’accumulent : c’est une folie (selon le vice-chancelier allemand) aux résultats qualifiés de dramatiques par différents experts du domaine.

Devant ce désastre, une conclusion s’impose : il faut absolument que la France la mette en place à son tour.

Grâce aux efforts combinés d’une ignorance assumée dans les principes technologiques et économiques de base, d’un gouvernement socialiste et le jeu nécessaire des alliances et renvois d’ascenseurs écologistes pour s’assurer d’un quinquennat tranquillou-bilou, c’est donc ce à quoi s’est employée la politicaillerie française avec, reconnaissons-le, un certain succès : les éoliennes et autres moulins à vent immobiles ont poussé comme des champignons, les panneaux photovoltaïques se sont multipliés sur des toits orientés plein nord, les subventions ont coulé à flot, les scandales se sont empilés et la transition énergétique a commencé, comme en Allemagne, à faire quelques dégâts.

Hiver 2016, nous y voilà doucement. Le parc nucléaire français se décrépit, honni tant par le gouvernement qui ne veut pas avoir même l’air d’y toucher que par à peu près tous ceux qui veulent avoir bonne conscience (c’est important, la bonne conscience, pour avoir les miches au chaud lorsque la bise d’hiver arrive).

On apprend ainsi que 19 réacteurs nucléaires sont actuellement à l’arrêt en France, privant le parc EDF de 30% de sa capacité de production. Zut. Les contrôles renforcés de l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) ont imposé l’arrêt d’un paquet de réacteurs. Zut, il va falloir utiliser les énergies alternatives pour compenser (par alternative, comprenez le charbon et le pétrole, les autres blagues écologistes ne permettant pas, même de loin, par beau temps avec un petit zéphyr idoine, de fournir la demande de 19 réacteurs nucléaires à l’arrêt).

À la sévérité (voulue ? nécessaire ?) de l’ASN, il faut ajouter une gestion du parc existant par EDF au moins aussi alternative que les énergies poussées par la transition rigolote de nos politiciens. Comme nous sommes en France, il faudra aussi tenir compte des actuels déboires d’EDF qui reprend à sa charge une bonne partie des soucis d’Areva, ce naufrage ô combien franco-français du capitalisme de connivence.

Bref, sauf à embaucher des centaines de milliers d’écologistes pédalomanes pour compenser, EDF se retrouve dans une situation délicate de devoir produire au moins autant d’électricité qu’aux hivers précédents avec nettement moins de réacteurs en ligne.

Peut-être est-ce réellement ça, la transition énergétique ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 09/11/2016 - 08:56 - Signaler un abus Et lorsque l'on y ajoute les

    véhicules électriques, bonjour le dégâts ! Plus de courant dans la maison et donc pas de recharge des voitures pour aller se réchauffer ailleurs ! Merci les écolos !

  • Par essentimo - 09/11/2016 - 08:57 - Signaler un abus suite

    les pulls et les chaussettes suffiront sans doute à nous faire supporter ce froid mais qu'en sera-t-il des habitations ?

  • Par Anouman - 09/11/2016 - 09:29 - Signaler un abus Transition

    C'est tout le problème avec les religions, elles ne s'inquiètent pas de logique, la foi leur suffit. Et l'écologie telle qu'elle est conçue dans les milieux politiques est une véritable religion.

  • Par foxlynn - 09/11/2016 - 10:57 - Signaler un abus la politique

    aucune vue à long terme, aucune étude d'impact ... mais des dogmes , des idéologies de la gabgie et bien sur des pots de vin .... la voilà la vérité ... Dutertre , Trump , les extrêmes en Autriche aux Pays Bas ... ça veut dire que le Peuple en a marre d'être méprisé, humilié et jamais écouté ou compris ... attention ... pour nous la France en 2017 ??

  • Par 2bout - 09/11/2016 - 13:56 - Signaler un abus Soyons logiques

    Augmenter le coût de l'énergie nous conduira à réduire notre consommation d'électricité. Afin donc d'éviter toute rupture dans sa distribution comme dans cela se passerait dans un pays en voie de développement, conseillons à Ségolène de la taxer fortement pour cet hiver, étant par ailleurs certains que les taxes ainsi prélevées ne seront pas perdues pour tout le monde, encore moins en période de disettes futures.

  • Par ISABLEUE - 10/11/2016 - 13:59 - Signaler un abus qu'ils essaient, tiens, de nous couper le chauffage !!

    bonjour les procès !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€