Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vers le grand retour des blocs ? Ce nouvel ordre mondial qui se met en place pendant que l'Occident divisé rêve de multilatéralisme

L'assemblée générale de l'ONU est l'occasion pour chaque pays de faire valoir sa vision du monde. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'un décalage de plus en plus sérieux se creuse entre les différentes représentations.

Nouvel Ordre Mondial

Publié le

Donc, pour en revenir à Emmanuel Macron, il me semble qu'il a bien compris ce nouveau rôle et s'emploie à le tenir depuis le début de son mandat. 

Edouard Husson : L'Europe n'existe pas comme acteur géopolitique. Et ceci, d'emblée, pour une raison très simple: il n'y a pas d'Europe acteur géopolitique sans la Grande-Bretagne ni la Russie. L'Union Européenne essaie d'exister comme une zone économique et monétaire mais sa première puissance, l'Allemagne, a laissé la Grande-Bretagne quitter l'Union et s'est brouillée  avec la Russie sur la question ukrainienne. Après plusieurs années d'absence de la scène internationale, la France retrouve, avec Emmanuel Macron, un acteur volontaire.

Mais il est à craindre que l'Allemagne ne sache pas saisir la main que lui tend le président français ni sortir du dogme monétariste. L'Union Européenne va être absorbée par ses soucis internes. Et paralysée par l'illusion allemande que l'on des normes comptables ou des principes juridiques font une politique. L'Allemagne étend sa puissance sur l'Europe mais sans exercer de leadership. Nous aurons beau chercher des raisons d'espérer une nouvelle floraison de l'Union Européenne, nous allons voir plutôt le délitement de la construction. L'Allemagne s'est brouillée avec la Russie mais elle s'est aliéné aussi le soutien de la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie. Les politiques italiens continuent de jouer leur rôle dans la comédie européenne mais en coulisse ils clament de plus en plus fort leur envie de s'emparer du directeur dui théâtre et de le baillonner tant qu'il n'aura pas réglé tout ce qu'il leur doit. Le cauchemar, pour la France, serait de se retrouver dans le tête-à-tête Paris-Berlin au sein d'une Europe croupion.  N'insultons pas l'avenir. Mais la France ne peut pas se contenter, de mon point de vue, de réclamer à l'Allemagne une refonte de l'union monétaire. Elle doit mettre d'autres exigences dans la balance: à commencer par un accord intelligent sur le Brexit. Et une réconciliation avec la Russie. C'est urgent car il faut, ensuite, que nous autres Européens pesions à nouveau sur la scène du monde. 

Dans son discours, Donald Trump a mis à l'honneur "l'Etat nation" et les "patriotes" de tous les pays, marquant une nouvelle fois son retrait de toute forme de multilatéralisme. Comment ce souhait de retour à l'Etat Nation, par opposition au multilatéralisme, s'inscrit il dans ce nouvel ordre mondial ? Peut on y voir une forme de paradoxe, alors que Chine, Russie, ou encore l'Iran semblent les plus fervents défenseurs de l'Etat nation ?

Philippe Fabry : Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un retrait de toute forme de multilatéralisme, au contraire. Dans son discours, Donald Trump a dit que l'intérêt des Etats-Unis primait pour lui, mais a aussitôt rappelé qu'il est de l'intérêt de tous les pays du monde d'avoir la concorde, la prospérité et des institutions internationales qui fonctionnent. La vision qu'il porte est donc bien celle d'un concert d'états-nations, mais sous l'égide américaine, au sein de l'ONU. 

Alors, certes, la Chine, la Russie, l'Iran se présentent comme des défenseurs de la liberté nationale, qui devrait s'épanouir dans la multipolarité. Mais précisément, cela se recoupe avec le parallèle que je faisais plus haut : lors de ses frondes contre le pouvoir monarchique, l'aristocratie a toujours mis la liberté en avant, la liberté féodale, les « bonnes coutumes » de jadis, qu'il fallait préserver. En face de cela, les monarques s'appuyaient plutôt sur la liberté des sujets, sous la protection du gouvernement monarchique. Et le second discours était généralement plus convainquant que le premier, pour la bonne raison que pour la plupart, les petits, la liberté de quelques grands signifie l'oppression. Quand la Chine et la Russie parlent de liberté nationale, cela implique leur droit à avoir une sphère d'influence, c'est-à-dire des voisins soumis. Les voisins en question, eux, préfèrent un ordre international où ils peuvent se plaindre à l'ONU et faire appel à la puissance monarchique, en l'occurrence l'armée américaine, pour les défendre. Quand les Etats-Unis disent qu'ils oeuvrent pour la liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale, c'est exactement de cela qu'il s'agit : ils empêchent la Chine de s'imposer à ses petits voisins. Idem en Ukraine. 

Donc, en réalité, quand Trump parle de la liberté des états-nations, il faut comprendre ceux que la Chine et la Russie souhaiteraient pouvoir dominer sans que les Etats-Unis ne s'interposent avec leur « gros bâton », pour reprendre l'expression de Théodore Roosevelt , l'initiateur du mouvement vers la monarchie américaine, qui avait déclaré : « « L’injustice chronique ou l’impuissance qui résulte d’un relâchement général des règles de la société civilisée peut exiger, en fin de compte, en Amérique ou ailleurs, l’intervention d’une nation civilisée et, dans l’hémisphère occidental, [...] forcer les États-Unis, à contrecœur cependant, dans des cas flagrants d’injustice et d’impuissance, à exercer un pouvoir de police international. » Le discours de Donald Trump aux Nations Unies était tout à fait dans cette veine, et je n'arrive personnellement toujours pas à comprendre comment d'aucuns ont pu penser qu'il serait un président isolationniste. 

Edouard Husson : Le grand défi pour demain, c'est le rapprochement stratégique entre Paris et Londres. Nous saurons que le Général de Gaulle a un héritier lorsqu'un président français fera du rapprochement franco-britannique l'acte fondateur d'une nouvelle ère, tandis que s'achève le cycle amorcé par de Gaulle et Adenauer en 1963. Pourquoi la Grande-Bretagne? Parce qu'elle incarne, aujourd'hui, une vision équilibrée du retour à la souveraineté. Après trois décennies de "globalisme" et de rêve d'une gouvernance mondiale supranationale, nous sommes entrés dans l'ère de la réaffirmation des souverainetés. Et il va bien falloir que des nations démocratiques stabilisent l'aspiration à la réaffirmation des souverainetés. Le globalisme a été très déraisonnable, aussi déraisonnable, par bien des aspects, que les idéologies qui l'ont précédé: communisme et fascisme. La contradiction interne au discours de Trump - qui dit simultanément aux peuples du monde: "Soyez fiers de vos souverainetés" et "Les Etats-Unis ne respectent pas toutes les souverainetés" - est le symptôme des profonds déséquilibres qui affectent l'une des nations les plus généreuses et optimistes au monde. L'hystérie post-electorale d'une communauté washingtonienne où l'on nie, contre la démocratie, la victoire de Trump et où l'on se lance dans un néo-maccarthysme anti-russe est l'autre versant de la maladie de la souveraineté américaine. Mais avons-nous envie d'un monde qui serait dominé par la Chine? Evidemment non. Nous trouvons-nous à l'aise quand Erdogan réaffirme la souveraineté turque? N'attendons-nous pas avec impatience une transition pacifique de l'Iran vers la forme de démocratie qui conviendra à ses institutions et à sa société? La France et la Grande-Bretagne, vieux Etats souverains qui ont su faire germer la liberté en leur sein, doivent s'allier d'urgence: pour aider les Etats-Unis à entrer dans l'ère post-impériale; pour construire, avec la Russie, un pôle d'équilibre européen face à l'Asie. Pour explorer la voie d'un protectionnisme modéré, favorable à la résorption du chômage, à l'investissement éducatif et à la croissance économique. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 20/09/2017 - 10:57 - Signaler un abus Narcisse à l'ONU ... du blabla inconsistant

    dans la lignée du 18ème siècle.. Fo pas embêter la Corée du nord, ni l'Iran et gna gna gna. on attend toujours un président français qui ait des C lles. Pas demain la veille....

  • Par kelenborn - 20/09/2017 - 11:15 - Signaler un abus ouais

    Ce qui est marrant , comme dans toute prose relative à la géostratégie, c'est que chaque phrase, pour ne pas dire chaque mot emporte l'admiration: Mon Dieu, quelle vision, quelle hauteur! Mais, tel un pâtissier maladroit qui raterait sa pièce montée, l'ensemble donne une impression étrange, celle qui résulte du fait que demain, avec les mêmes mots les auteurs pourraient aussi bien dire le contraire de ce que l'on croit qu'ils ont affirmé! C'était le charme de la Pythie à Delphes...Et d'ailleurs, Husson , dans un récent article n'aurait-il pas émis le souhait que l'Europe ou la France ( je dois avouer que je ne sais plus) se rapprochât de la Chine, de l'Iran....? Times they are changing !!! vérité en été , erreur en Automne!!! Pour autant que reviennent les saisons!

  • Par kelenborn - 20/09/2017 - 11:15 - Signaler un abus ouais

    Ce qui est marrant , comme dans toute prose relative à la géostratégie, c'est que chaque phrase, pour ne pas dire chaque mot emporte l'admiration: Mon Dieu, quelle vision, quelle hauteur! Mais, tel un pâtissier maladroit qui raterait sa pièce montée, l'ensemble donne une impression étrange, celle qui résulte du fait que demain, avec les mêmes mots les auteurs pourraient aussi bien dire le contraire de ce que l'on croit qu'ils ont affirmé! C'était le charme de la Pythie à Delphes...Et d'ailleurs, Husson , dans un récent article n'aurait-il pas émis le souhait que l'Europe ou la France ( je dois avouer que je ne sais plus) se rapprochât de la Chine, de l'Iran....? Times they are changing !!! vérité en été , erreur en Automne!!! Pour autant que reviennent les saisons!

  • Par Marie-E - 20/09/2017 - 11:51 - Signaler un abus le discours de Macron

    était beau , bien exprimé ... mais ne sert strictement à rien. Rappeler qu'il y a des guerres, des victimes, .....rappeler qu'il faut toujours négocier... c'est bien joli mais en face de Kim et de Khameini vous discutez de quoi ? de la paix ? il s'en foutent. Ils savent qu'ils ont un pouvoir de nuisance énorme en face des bisounours que sont devenues les démocraties occidentales. que dirait Macron s'il était au Japon, qu'il entende une alerte missiles et qu'il cherche un abri en souhaitant que ce missile passe très haut au dessus et qu'il ne se trompe pas de trajectoire ? Il irait toujours discuté avec Kim. Quant à l'Iran qui arme le Hezbollah, milice fanatisée et bien payée qui envoie un drone à partir du Golan : Israël doit dire, c'est pas grave on va discuter ? quand le Sud Liban a plus de 100000 missiles pointés sur Israël, on continue de vivre dans l'insouciance sans dénoncer le danger ? c'est bien joli la doctrine Macron "tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil " mais il faudrait qu'il entre enfin dans la réalité. En tout cas contrairement ç ce que racontent les media, pas plus d'applaudissements pour Trump que pour Macron.

  • Par cloette - 20/09/2017 - 12:58 - Signaler un abus Je zappe

    Le bla bla inconsistant , je préfère encore écouter Trump , plus drôle !

  • Par Liberte5 - 20/09/2017 - 20:06 - Signaler un abus D. Trump a fait un discours de chef d'Etat

    qui a bien pesé les les dangers que certaines nations font peser sur le monde. En pointant les États voyous comme la Corée du Nord, l'Iran, le Vénézuela, Cuba, il montre le danger qu'ils représentent pour les autres nations et pour leur propre peuple. Il ne reste pas inactif et leur met la pression. E. Macron veut négocier. IL est imprégné de l'esprit de Munich. De l'esprit de ceux qui refusaient de voir le monstre qu'était le nazisme et qui ont laissé Hitler engager la 2ème guerre mondiale. Ceux qui aussi ont laissé les communistes faire 100 millions de morts dans les pays où devaient fleurir un avenir radieux. Aujourd'hui l'islamisme est aussi dangereux que le nazisme, Macron continue à alimenter la masse des musulmans en France.

  • Par gilbert perrin - 20/09/2017 - 20:53 - Signaler un abus MACRON et la TCHATCHE...

    qu'avez vous compris ? le nouvel ordre mondial c'est bien ce qu'il veut nous imposer NON.... mais ??? n'est il pas la grenouille qui veut se faire plus grosse que le BOEUF ... son role est avant tout de s'occuper de la FRANCE et non de sa carrière... Il fera comme les autres en travaillant, il sera récompensé.. PETIT PRINCE REVE de ROYAUTE qu'il se fasse les dents en redressant la FRANCE .....

  • Par cloette - 21/09/2017 - 09:25 - Signaler un abus Macron

    j'en suis persuadée, suit un plan établi par des partisans actifs d'une gouvernance mondiale, qui prône la dilution des nations , la libre circulations des biens et des personnes, C'est évident .

  • Par vangog - 21/09/2017 - 22:40 - Signaler un abus @cloette Oui. Il se nomme nouvel ordre mondial...

    est représente par les puissances influentes, notamment anglo-saxonnes et est directement inspiré de l'idéologie socialiste Hitlerienne: Donc, des «personnes influentes» se rencontrent et déterminent l’équilibre des forces; coordonnent leurs intérêts et les contradictions; négocient; donnent les instructions nécessaires et les ordres aux politiciens, mettent en marche la machine des «changements contrôlés» que les médias vendent à l’homme de la rue. Ensuite, sous le couvert des changements «naturels», un spectacle commence à se jouer devant nous. Seules la mort et la souffrance, la destruction des états, la liquidation des civilisations sont vraies dans ce spectacle. En savoir plus sur http://reseauinternational.net/lideologie-du-nouvel-ordre-mondial/#IXe5PAaDH27jsWlb.99

  • Par gilbert perrin - 22/09/2017 - 07:33 - Signaler un abus vangog, bloquons les "BLOCS"

    autrement bloquons MACRON et ses alliés .....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Fabry

Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique pour notre temps (2014),et Histoire du Siècle à Venir (2015). Son nouveau livre, Atlas des guerres à venir, paraîtra en février 2017.

 

Voir la bio en entier

Edouard Husson

Edouard Husson est historien. Ancien vice-chancelier des universités de Paris, ancien directeur général d'Escp Europe, il a fait ses études à l'Ecole normale supérieure et à Paris Sorbonne, dont il est docteur en Histoire. Edouard Husson a été chercheur à l'Institut für Zeitgeschichte de Munich (1999-2001) et chercheur invité au Center For Advanced Holocaust Studies de Washington (en 2005 et 2006). Il a également été fait docteur honoris causa de l'Académie de Philosophie du Brésil (Rio de Janeiro) pour l'ensemble de ses travaux sur l'histoire de la Shoah.

Il est aussi vice-président de l'université Paris Sciences et Lettres (www.univ-psl.fr)

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€