Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vers un “Fort Trump” en Pologne ?

La Pologne serait prête à payer 2 milliards de dollars pour une base américaine qui pourrait s'appeler "Fort Trump", selon Donald Trump.

Base militaire

Publié le
Vers un “Fort Trump” en Pologne ?

 Crédit MANDEL NGAN / AFP

Atlantico : Pourquoi les Polonais cherchent-ils l'appui de Washington ? Est-ce à lier aux récentes velléités expansionnistes de Poutine ? Pour l'entité supranationale comme pour l'Europe, quels seraient les intérêts d'une telle base américaine ? Quels intérêts pour la Pologne ?

Michael Lambert : Pour la Pologne, l'objectif est avant tout de montrer un renforcement des relation bilatérales dans un contexte de détachement et de tensions entre Varsovie et Bruxelles.
Accueillir une base américaine sur son territoire revient à renforcer les relations et les coopérations militaires entre les deux pays, accroitre l'inter operabilité des armees, maîtriser les équipements, et surtout envoyer un signal fort d'indépendance et de rapprochement avec les États-Unis face a la Russie. 
 
En pratique, ce rapprochement est essentiellement politique avec un souhait de communication car la base américaine n'aurait aucun impact en cas de pression(s) de la part de Moscou.
 
Une base américaine en Pologne signifie également de nombreux investissements dans le secteur militaire. À ce jour, la Pologne est - avec la Roumanie – le pays le plus intéressant pour les États-Unis en Europe de l'Est car ouvert à l'idée d'accroitre le pourcentage d'équipements militaires américains là ou d'autres pays en Europe de l'Ouest sont plus sceptiques et se tournent vers de nouveaux fournisseurs. 
 

Cette déclaration de Trump signifie-t-elle que les USA vont renforcer leur présence dans la région après avoir fermé les yeux en Ukraine, en Crimée ?

 
Pas necessairement, les Etats-Unis se concentrent sur le Pacifique au moment de la redaction de cet article, et leur engagement en Europe de l'Est s'avère couteux pour un adversaire (la Russie) qui elle-même souhaite entretenir un statu quo et une politique du wait and see en Ukraine comme en Moldavie et Géorgie.
 
Néanmois, la Pologne reste un pays prometteur en ce qui concerne es investissements militaires américains dans la mesure ou les autres membres de l'UE disposent de leur propres équipements et d'une stratégie plus autonome – la France étant une exemple parlant – tandis queVarsovie représente un marché considérable. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zelectron - 21/09/2018 - 09:52 - Signaler un abus tiens, tiens,

    la Pologne devrait se souvenir des trahisons multiples des USA . . .

  • Par assougoudrel - 22/09/2018 - 09:49 - Signaler un abus Je sais que les polonais sont

    traumatisés depuis l'URSS, mais ce dernier n'existe plus. Le polonais devrait plus faire confiance à Poutine qui est fidèle pour les alliances que l'américain qui change la donne selon ses intérêts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Lambert

Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. 

Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe centrale et orientale.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€