Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 16 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La véritable raison pour laquelle vous continuez d’acheter vos meubles chez Ikea comme tout le monde (et n’arrêterez pas de si tôt)

Alors que les intentions d’achats de meubles des ménages présentent des résultats globalement en hausse pour l’année 2016, selon une étude de l’Union Nationale des Industries Française de l’Ameublement (UNIFA), 83% des Français sondés disent accorder beaucoup d’attention au design du produit. Pourtant, le géant suédois Ikea uniformise toujours autant de nos intérieurs urbains.

Le changement, c'est tout le temps !

Publié le - Mis à jour le 1 Juillet 2016

 

Pourquoi n'éprouve-t-on plus le besoin d'aménager un intérieur sur le long terme ?

La population souhaite pouvoir consommer, de consumer les choses rapidement, passer à autre chose. L'intérieur reflète notre quotidien. Or nous vivons beaucoup plus dans le temps présent. Nous valorisons le temps présent face au long terme. "Carpe diem" est la caractéristique de notre temps. Le rapport à l'habitat a évolué. On ne cherche plus à avoir un mobilier qui dure 40 ans. On préfère pouvoir changer au grée des relations affectives successives, au grée des enfants qui arrivent.

 

Le renouvellement de la mode sans interruption fait partie de cette idée du multiple, de l'accumulation sans engagement.

On retrouve cette logique de la consommation –consumation dans la mode de vêtements: regardez Mango, Zara, H§M: c'est une mode éphémère qui propose des "vêtements cleenex".

 

Pouvez-vous citer d'autres illustrations, dans la consommation, de ce phénomène?

Ikea fédère comme Apple, ou Picard. On consomme dans ces enseignes pour être ensemble ou pour se reconnaître. "Je me reconnais en l'autre qui consomme comme moi".

Et en même temps, il y a toujours la possibilité de trouver des objets alternatifs : la mode éthique se trouve dans le mobilier durable et robuste. La récupération de mobilier usé fait aussi son retour.

On peut associer cela à des meubles de grands designers. Rien n'est incompatible : le style devient de cette façon beaucoup moins uniforme. Il n'y a pas un style : classique, branché, etc, mais une combinaison personnalisée.

 

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 30/06/2016 - 09:02 - Signaler un abus Pourriture fabriquée en Chine

    Article ''totalement à côté de la plaque'', ramassis de conneries ! La base du succès d'Ikéa, c'est que ces meubles sont beaucoup moins chers que les autres marques. C'est donc une illustration magistrale de l'appauvrissement, non seulement des pauvres mais aussi de la classe moyenne. Les riches ont leurs meubles de famille, ou peuvent s'offrir des meubles originaux, mais la majorité de la population doit désormais vivre avec de la pourriture fabriquée en Chine. J'utilise le mot ''pourriture'', en pensant à un autre encore plus explicite, mais je veux éviter de me faire censurer. Je m'explique : j'ai eu deux fauteuils Ikéa qui se sont brisés sous moi. Je précise que mon poids est normal. Un fauteuil de bureau en cuir a vu son support central, une tige métallique, se briser. Ainsi que le fauteuil de salon en bois, le modèle le plus connu, une pièce en bois s'est brisée (j'ai pu la réparer). Enfin, erreur de montage ou de conception, le lit en bois, le modèle le plus simple, s'est effondré sous moi en pleine nuit. Vive Ikea !

  • Par cauchoise - 30/06/2016 - 10:37 - Signaler un abus La fin des meubles anciens

    C'est une simple constatation, tous les "jeunes" veulent de l'ameublement zen qui ne demande qu'un minimum d'entretien et qu'on peut changer avec la mode ou les besoins ! Les meubles anciens en bois massifs ont perdu les 4/5ème de leur valeur en 15 ans, ils ne trouvent plus d'acquéreurs. Il faut un meuble exceptionnel pour trouver une place dans un intérieur moderne. Les armoires normandes sculptées et autres tables en chêne n'intéressent même plus Emmaüs, elles finiront en déchetterie. Et il parait que l'écologie est à la mode, que serait-ce si ce n'était pas le cas !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emilie Coutant

Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.
Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et néotypes masculins dans les iconographies médiatiques” (2011). Fondatrice et dirigeante de la société d’études qualitatives et prospectives Tendance Sociale, elle réalise études et enquêtes sociologiques pour le compte d’entreprises ou d’institutions. Enseignante dans diverses universités et écoles de mode, elle est également Présidente du Groupe d’Etude sur la Mode (GEMode), rédactrice éditoriale des Cahiers Européens de l’Imaginaire et secrétaire du Longeville Surf Club.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€