Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tweetweilergate ou la victoire
de l’individualisme triomphant
sur les partis

Derrière le scandale Trierweiler, c'est un remue-ménage inédit qui se manifeste dans ces élections législatives. Partout, des stratégies et des alliances peu conventionnelles apparaissent pour tâcher de répondre à des réalités comme la France en a rarement affronté.

Dis moi qui est la plus belle

Publié le

Au-delà des disputes néo-conjugales, des rivalités féminines et du numérique qui tue, il se dégage du vaudeville Trierweiler et de la campagne des législatives, un doux parfum d’indépendance qui marque - provisoirement ou définitivement, on ne sait, - le divorce grandissant des électeurs d’avec les appareils politiques.

À Longjumeau, le Front national appelle à voter PS contre Nathalie Kosciusko-Morizet. Plus au Sud, le maire des Saintes-Maries-de-la-Mer se retire en faveur de la jeune Marion Maréchal-Le Pen ; Olivier Falorni, l’un des piliers socialistes de La Rochelle, est donné gagnant contre Ségolène Royal, appuyée pourtant par la totalité de l’état-major de la rue de Solférino, et adoubée - fait quasiment unique - par le père de ses quatre enfants qui se trouve être également Président de la République.

Valérie Trierweiler n’est pas l’Antigone féministe qui se bat contre le pouvoir de Créon, ni la petite journaliste jalouse qui se venge d’un passé forcément inatteignable. À l’insu de son plein gré, la première compagne de France n’a pas fait de gaffe : elle exprime simplement, et crûment, que désormais les mots d’ordre des appareils seront autant de confettis abandonnés sur les trottoirs des bureaux de votes. Les murailles de Chine sont en train, à gauche comme à droite, de s’effondrer. Pendant plus de quarante ans, l’imposture stalinienne se légitimait par le combat contre le fascisme lepéniste. L’intelligentsia tiers-mondaine et gauchiste avait mentalement pignon sur rue, tandis que la droite repue et nantie empochait les dividendes.

Aujourd’hui, la débâcle économique européenne et la montée d’un fondamentalisme qui souffle de plus en plus fort en Europe et au sud de la Méditerranée, amènent les plus sourds et les plus aveugles à se poser des questions, et même à essayer d’y répondre. Après des décennies de cocooning dans la bonne conscience, le réel frappe de plus en plus fort à la porte. Et ce réel-là se fout des étiquettes et nous ramène de plus en plus à ce qu’un véritable combattant anti-fasciste, George Orwell, appelait la common decency : le bons sens et les valeurs de base.

Voilà pourquoi, quelles que soient ses bonnes ou mauvaises raisons, Valérie Trierweiler ne fait que préfigurer les défections à venir et doit faire réfléchir les généraux qui se demanderont de plus en plus, tel le Maréchal Soubise, que sont leurs armées devenues.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par flogo - 15/06/2012 - 11:18 - Signaler un abus Où le "Calgon" ?

    Les socialos-communistes devraient en acheter et faire des réserves car il y a du calcaire dans les tuyaux du parti : Une première couche de Royal Une deuxième couche de Trierweiler

  • Par François78 - 15/06/2012 - 12:16 - Signaler un abus Même pour un artifice, vous

    Même pour un artifice, vous n'auriez pas dû vous appuyer sur Treirweiler. Cette dernière ne fais penser à un livre de Christine Deviers-Joncour. Et je soutiens sans réserve les propositions de ce bloggeur : http://didiergouxbis.blogspot.fr/2012/06/entre-les-dents-la-soutane-monsieur-le.html

  • Par Nana de la falaise - 15/06/2012 - 13:49 - Signaler un abus Excellent article

    Mais je ne vois pas le lien avec VT.

  • Par ACL - 15/06/2012 - 14:33 - Signaler un abus Très bien essayé

    Mais je ne crois pas que les cumulards politico-bureaucrates rendront le pouvoir au peuple. ils sont bien trop gâtés par la situation actuelle qui leur permet de vivre largement aux frais du contribuable, au prix de quelques manipulations qui n'ont pas l'air de leur peser.

  • Par benyv - 15/06/2012 - 16:51 - Signaler un abus tout est exact sauf ....

    Le cas Trierweiler n'est pas le bon exemple pour illustrer cette thèse. La motivation première de Trierweiler n'est certainement pas politique.

  • Par mounette - 15/06/2012 - 23:35 - Signaler un abus Tout à fait d'accord avec

    Tout à fait d'accord avec vous.

  • Par ladyactu - 16/06/2012 - 02:23 - Signaler un abus Un vrai débat

    Ce tweet peut permettre l'ouverture d'un débat de la part des grands appareils politiques en ce qui concerne le parachutage des candidats!

  • Par Touffe-Tong - 16/06/2012 - 14:38 - Signaler un abus @André Bercoff

    Bonjour André Bercoff, "...amènent les plus sourds et les plus aveugles à se poser des questions, et même à essayer d’y répondre." : vous pensez vraiment ? Et vous pensez vraiment que cette affaire est un symptôme de cette prise de conscience ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

André Bercoff - Claude Askolovitch

André Bercoff est journaliste et écrivain.

Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.

Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), de Qui choisir (First editions, 2012) et plus récemment de Moi, Président (First editions, 2013). Son dernier essai  Je suis venu te dire que je m’en vais est paru chez Michalon en novembre 2013.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€