Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vacances : ce que la crise a changé aux destinations des Français

Deux tiers des Français ont l’intention de partir en vacances. Entre bonnes affaires dans des pays frappés par la crise et appréciation des risques d'instabilité politique, où partiront les Français ?

Sea, sex and crise

Publié le


Les destinations du Maghreb, quant à elle très affectées par les révoltes populaires
, attirent moins qu'en 2011 : 9% des Français comptent s'y rendre cet été, contre 11% en 2011. Et il semble qu’il n’y aura pas de rebond en 2012 pour les départs vers le Maghreb. Seul le Maroc, épargné par les révoltes arabes et qui était déjà en tête des destinations non-européennes préférées des français dès 2010 avec 1,7 million de touristes français, tire son épingle du jeu.

Rappelons que l’année 2011 avait déjà été particulièrement difficile pour ces pays. Les « événements » en Tunisie et en Egypte, traditionnellement première et troisième destinations touristiques des Français à l'étranger pour les « voyages à forfait », ont particulièrement affecté les décisions des ménages français. Ainsi, à partir de 2011, le nombre de « voyages à forfait » vendus par les tour-opérateurs a baissé de respectivement 44% et 39% sur ces destinations. Dès l’été 2011, les touristes français ont privilégié d'autres pays plus sûrs comme l'Espagne, la Turquie, la Grèce ou encore les Antilles.

Mais le choc politique semble aujourd’hui bien « digéré » et les touristes français semblent revenir sur la Tunisie et l’Egypte. Rappelons que la Tunisie est traditionnellement une destination privilégiée des touristes français. Avec un temps de transport très court, son climat et les tarifs qui peuvent être particulièrement attractifs sur certaines prestations, la Tunisie reste très attractive auprès des touristes français. Sur les 6 millions de touristes séjournant chaque année en Tunisie, 1,4 million est français. Ces séjours représentent une part conséquente dans le chiffre d'affaires des voyagistes français. Les tour-opérateurs spécialisés sur cette destination restent confiants même s’ils sont conscients qu’il leur faudra du temps pour rattraper le retard occasionné par les révolutions.

Dans ce contexte où les cartes touristiques sont redessinées, l’Espagne reste la destination préférée des touristes français séjournant à l’étranger. Les îles Canaries (+36 %) et les Baléares (+ 93 %) ont ainsi fortement profité des reports de réservation des touristes français consécutifs au printemps arabes. Il faut cependant relativiser ces taux de progression car les Canaries restent encore peu fréquentées par les français en comparaison d'autres régions avec 250 000 touristes en 2011 (130 000 en 2010) contre 3,9 millions de touristes français pour la Catalogne et 1 million de touristes français pour l’Andalousie.

Enfin, il est à noter que les flux de touristes français à destination de la Chine se stabilisent autour de 490 000 en 2012, équivalent à ceux de 2011, après une forte progression (+ 20 %) liée au succès de l’exposition universelle de Shanghai en 2010 qui a fortement contribué au rayonnement touristique de la Chine auprès des français. 

En conclusion, selon que la crise dans les pays visités est de nature politique ou économique, elle n’aura pas le même impact sur les décisions des ménages français en termes de choix de destination touristique. Parce qu’elles sont facteurs d’instabilité et d’insécurité, les crises politiques comme les guerres civiles en Afrique ou les révolutions dans les pays arabes affaiblissent ou détruisent l’attractivité touristique du pays concerné. Par contre, dans les pays de l’Europe du Sud, frappés par la crise économique (crise bancaire, crise de la dette), la chute des prix des séjours est de nature à renforcer l’attrait touristique de ces pays aux yeux des touristes français. Cependant, en cette période de tourmente internationale, la majorité des français, à l’instar des touristes étrangers qui visitent l’hexagone, apprécient de découvrir les charmes de leur propre pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par denis07 - 12/06/2012 - 00:33 - Signaler un abus Pourquoi ils y a encore des français qui partent en congés ?

    Mais alors les français ne sont pas à plaindre ? Ils partent en congés, après les vacances à la neige, les bouchons au moment où le prix à la pompe était parmi les plus élevé !!! C'est pour cela qu'ils ont voté PS car avec Sarko ils savaient qu'ils se feraient "plumer" !!! Mais alors ils sont vraiment CONS ces français ? Ils vont se faire doublement "enculer" et encore plus profond par la gauche au profit des "profiteurs" !!! Ouaf ouaf !!! J'attends avec impatience le blocage des indices des fonctionnaires pour voir comment les fonctionnaires qui ont voté PS réagissent !!! J'espère qu'ils seront dignes et qu'ils auront le goût du sacrifice pour relever le pays qui va s'enfoncer.... Ouaf ouaf ! C'est vrai que le mal français est la "connerie" !!! A bientôt mes chers amis fonctionnaires !!! Vous auriez dû postuler pour les régions où les embauches vont "bon train" ... certes c'est du copinage mais ça vaut le coup :))) Heureux les simples d'esprit !!!! Je me marre de voir autant d'imbéciles qui croient encore au Père ... flon flon

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Louis Caccomo

Jean-Louis Caccomo est maître de conférences en sciences économiques à l'Université de Perpignan.

Auteur d'un ouvrage sur le développement des industries numériques aux éditions Les défis économiques de l'information (L'Harmattan,1996) et de L' épopée de l'innovation ? Innovation technologique et évolution économique (L'Harmattan, 2005)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€