Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vacances : ce que la crise a changé aux destinations des Français

Deux tiers des Français ont l’intention de partir en vacances. Entre bonnes affaires dans des pays frappés par la crise et appréciation des risques d'instabilité politique, où partiront les Français ?

Sea, sex and crise

Publié le

Il existe une tendance lourde qui nourrit la progression du tourisme international depuis plusieurs décennies et qui font du secteur touristique un secteur en pleine croissance. La croissance économique mondiale, qui se nourrit notamment du décollage des pays émergents (Chine, Inde, Brésil…) et de l’apparition d’une nouvelle clientèle touristique, se traduit par la progression régulière des flux touristiques internationaux. En 2012, les dépenses de tourisme progresseront à un rythme légèrement supérieur à celui de l’économie mondiale autour de 2,5 % selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).

À l’échelle mondiale, les arrivées de touristes internationaux ont déjà dépassé les 131 millions d’arrivées au cours des deux premiers mois de 2012, contre 124 millions pour la même période en 2011. Toujours d’après les prévisions de l’OMT au début de l’année, les arrivées de touristes internationaux devraient augmenter de l’ordre de 3% à 4% en 2012. Sur l’ensemble de l’année, on s’attend à ce que le nombre d’arrivées de touristes internationaux atteigne pour la première fois le milliard.

Ainsi, malgré la crise qui frappe les pays développés, le tourisme constitue un secteur d’avenir en pleine expansion. De fait, dans un nombre croissant de pays, le secteur du tourisme est devenu un secteur stratégique, facteur de croissance économique et moteur du développement. La croissance du tourisme international profite tout particulièrement à notre pays puisque la France est par vocation la première destination touristique au monde. La France est aussi un pays émetteurs de touristes. Or, le monde a connu un certain nombre de chocs susceptibles d’influencer les choix des français en matière de destinations touristiques. La question qui nous intéresse est de savoir si les touristes français vont privilégier ou non les pays frappés par la crise. Tout dépend du type de crise en fait !

Pour comprendre les choix touristiques des français, il est nécessaire de revenir sur quelques idées de base. Le tourisme est considéré par les économistes comme un produit de luxe, c’est-à-dire un produit dont on peut se passer. Ainsi, la demande touristique est très sensible à la progression du revenu des ménages dans les pays émetteurs de touristes. De ce fait, en période de crise ou de ralentissement de la croissance économique, les ménages ont tendance à diminuer la durée des séjours (ce qui pénalise les destinations lointaines) ou à sacrifier le poste « voyage & loisirs » afin de maintenir la demande des produits de première nécessité. Mais fait nouveau : en 2012, les français ont préféré puiser dans leurs économies plutôt que de sacrifier leurs vacances. C’est à croire que voyager et prendre des vacances sont devenus une nécessité dans ces temps de morosité. La conjoncture économique dans les pays émetteurs va donc conditionner la croissance et la configuration des flux touristiques internationaux.

Dans les pays récepteurs, c’est plus la situation géopolitique, la stabilité politique et institutionnelle qui conditionne la sécurité intérieure - en plus des atouts naturels et culturels qui font l’attractivité touristique d’un pays - qui vont conditionner l’activité touristique. Compte-tenu de ces précisions, quelles sont les tendances du tourisme français qui se dessinent en 2012 ?

Cette année, les destinations lointaines vont connaître une baisse significative et le tourisme aura tendance à se relocaliser (un peu à l’image du commerce international). L’Afrique du Nord, destination privilégiée des français après l’Espagne, montre des signes de reprise après une année 2011 désastreuse pour le secteur marquée par les révolutions en Tunisie, Égypte et Libye qui ont fait fuir les touristes. Dans la région, c’est le Maroc qui devrait s’affirmer comme destination phare, profitant de la désaffection pour l’Égypte et la Tunisie.

Les vacances des Français s’inscrivent donc dans ce contexte général de crise économique et de turbulences géopolitiques. Ainsi, deux tiers des français ont l’intention de prendre des vacances cette année. 53 % des Français ont l’intention de partir au moins quatre nuits contre 51 % l’an dernier. C’est la première remontée depuis 2003. Mais 32 % des français ont diminué leur budget tandis que le budget moyen devrait augmenter de 10 % pour s’établir à 2 300 euros.

Tous ces éléments se sont conjugués pour réorienter le choix des touristes français. La crise de la zone euro - notamment en Grèce, en Espagne et en Italie -, les révolutions du printemps arabes déclenchées en Tunisie puis en Égypte, et enfin la faible progression du pouvoir d’achat en France ont pesé sur les décisions des ménages français en termes de durée des séjours et de destinations touristique. En période de faible croissance économique, alors que la progression du pouvoir d’achat est faible, les contraintes budgétaires s’imposent aux choix des ménages. Afin de maîtriser leur budget vacances, les Français ont privilégié le tourisme domestique, c’est-à-dire les séjours à l’intérieur des frontières nationales. Ainsi, selon le ministère du tourisme, deux tiers des français vont passer leurs vacances en France. Parmi eux, 70 % ont choisi la mer tandis que 23 % iront à la campagne et 20 % à la montagne. En juillet et août 2012, le ministère du Tourisme prévoit ainsi une hausse de l'ordre de 1% des nuitées des touristes français dans l’hexagone. Le tourisme domestique français profite donc des crises aigües dans les pays traditionnellement destinataires du tourisme français, notamment à la Corse, où 11% des vacanciers français souhaitent se rendre en 2012, contre 8% en 2011.

Selon une enquête de l'institut CCM Benchmark, en 2012, c’est moins de la moitié (43%) des Français qui ont choisi de partir à l'étranger contre 50% l'an dernier. Ces touristes français privilégient les destinations du pourtour méditerranéen, en prévoyant de se rendre au Portugal, en Espagne, en Italie, en Grèce ou en Turquie. Mais cette année la situation extrêmement critique de la Grèce pénalise la destination, notamment la Grèce continentale tandis que les îles continuent de bénéficier de la fréquentation touristique. Il est à noter que, du fait de la crise grecque, on a pu observer une baisse d’environ 30% des prix hôteliers sur l’ensemble de la Grèce par rapport à 2011, notamment pour les offres des hôtels 4 et 5 étoiles. L’Espagne (29%), l’Italie (26%) et la Grèce (14%) restent les destinations européennes les plus plébiscitées par les touristes français.
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par denis07 - 12/06/2012 - 00:33 - Signaler un abus Pourquoi ils y a encore des français qui partent en congés ?

    Mais alors les français ne sont pas à plaindre ? Ils partent en congés, après les vacances à la neige, les bouchons au moment où le prix à la pompe était parmi les plus élevé !!! C'est pour cela qu'ils ont voté PS car avec Sarko ils savaient qu'ils se feraient "plumer" !!! Mais alors ils sont vraiment CONS ces français ? Ils vont se faire doublement "enculer" et encore plus profond par la gauche au profit des "profiteurs" !!! Ouaf ouaf !!! J'attends avec impatience le blocage des indices des fonctionnaires pour voir comment les fonctionnaires qui ont voté PS réagissent !!! J'espère qu'ils seront dignes et qu'ils auront le goût du sacrifice pour relever le pays qui va s'enfoncer.... Ouaf ouaf ! C'est vrai que le mal français est la "connerie" !!! A bientôt mes chers amis fonctionnaires !!! Vous auriez dû postuler pour les régions où les embauches vont "bon train" ... certes c'est du copinage mais ça vaut le coup :))) Heureux les simples d'esprit !!!! Je me marre de voir autant d'imbéciles qui croient encore au Père ... flon flon

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Louis Caccomo

Jean-Louis Caccomo est maître de conférences en sciences économiques à l'Université de Perpignan.

Auteur d'un ouvrage sur le développement des industries numériques aux éditions Les défis économiques de l'information (L'Harmattan,1996) et de L' épopée de l'innovation ? Innovation technologique et évolution économique (L'Harmattan, 2005)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€