Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'utilisation de Facebook par les ados dépend des revenus de leurs parents... et voilà pourquoi c'est problématique

Alors que seulement un tiers des enfants issus de familles à revenu élevé utilisent Facebook, préférant les "stories" de Snapchat et les photos d'Instagram, une plus grande proportion des adolescents issus de milieux défavorisés utilise toujours la plate-forme.

Déterminisme

Publié le
L'utilisation de Facebook par les ados dépend des revenus de leurs parents... et voilà pourquoi c'est problématique

 Crédit ARUN SANKAR / AFP

Atlantico : Une étude du think tank américain Pew Research Center évoque un lien entre le déterminisme social et l'utilisation des réseaux sociaux. Pourquoi certains adolescents se détournent-ils de Facebook ? En quoi le niveau de vie influence-t-il le choix de l'utilisation de tel ou tel réseau social ? 

Michaël Stora : C’est assez compliqué. On sait très bien que cela fait un moment qu’on a observé un mouvement qui fait que les adolescents quittent Facebook ou ne s’inscrivent pas sur Facebook parce que c’est le réseau de leurs parents. Un adolescent qui va bien est un adolescent qui a besoin, d’une certaine manière, de se séparer du regard parental, qui sur Facebook peut être un regard surveillant. Une hypothèse pour l’expliquer serait de considérer que les adolescents issus de milieux favorisés sont d’autant plus déjà eux-mêmes dans ce souhait d’échapper au regard parental alors que des adolescents issus de milieux défavorisés se retrouvent eux-mêmes dans des relations déjà à la base leur permettant moins de s’autonomiser.

Mais peut-être est-ce aussi lié au fait que les jeunes de milieux défavorisés ont moins de choses à montrer. Malheureusement, quand on regarde la façon dont les adolescents s’exposent. Sur Snapchat ou Instagram, on est souvent dans un monde qui va bien, idéalisé, de la représentation du bien-être, de l’argent, du luxe. Des choses qu’on peut plus difficilement montrer évidemment quand on vient d’un milieu défavorisé.  C’est peut-être ce qui leur fait préférer Facebook à Instagram, qui est un réseau social très tyrannique en termes de valeurs financièrement plus élevé.

Une autre différence significative vient de la façon dont les adolescents utilisent Facebook. Ainsi, les enfants à faible revenu utilisent Facebook pour rester en contact avec leurs réseaux, trouver du soutien et prendre de l'avance. Tandis que ceux issus d'un milieu plus aisé l'utilisent plus comme des "entrepreneurs", pour faire du réseautage. Qu'en déduire de l'impact de ces réseaux sociaux chez les deux groupes d'adolescents ?

Issu d’un milieu favorisé, on est plus formaté à devenir entrepreneur malheureusement. Et les réseaux sociaux vont être une sorte de simulation de soi pour bien se vendre. Mais en même temps, ce qu’on propose c’est une image de soi ; c’est soi avec des belles voitures, des jolies filles-garçons, des « objets » propre à un certain niveau de vie. La question du luxe est très présente. Pour les jeunes défavorisés, Facebook est plus perçu comme un espace de coopération, d’entraide, d’échange et en cela Facebook est plus pratique que Snapchat ou Instagram, qui ont plus fonction de vitrine.  On est moins dans un espace de relais, d’informations, de vidéos… on est moins apparent. Facebook n’est pas un réseau d’image pure. La question de l’image est centrale, et paradoxalement les jeunes défavorisés sont peut-être plus tyrannisés par cette question-là. Evidemment c’est schématique. Il y a des jeunes de milieux défavorisés qui comptent sur les réseaux pour porter leurs ambitions. J’ai travaillé dans des secteurs où l’on retrouve des jeunes qui veulent être footballer, rappeur, youtubeur… mais aucun ne veut être ouvrier fraiseur. Aujourd’hui, ils sont confrontés à la réalité, même si quelques-uns réussissent à s’en sortir en s’appuyant sur les réseaux sociaux. J’ai ainsi rencontré un jeune homme qui avec son smartphone est devenu un grand influenceur photographe sur Instagram.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fredja - 20/08/2018 - 16:35 - Signaler un abus Facebook...

    S'inscrire sur un réseau qui marque noir sur blanc dans ses conditions générales que tous vous contenus lui appartiennent, il faut vraiment le vouloir... Sans moi, donc !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Stora

Michael Stora est psychologue-psychanalyste, président de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€