Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

UMP : la guerre Copé Fillon n'était en fait que le troisième acte d'une guerre Fillon Sarkozy

Dans le livre "Le coup monté" (Plon), paru jeudi 28 mars, les journalistes Carole Barjon et Bruno Jeudy reviennent sur l'élection à la présidence de l'UMP de novembre dernier. Un match arbitré par Nicolas Sarkozy, aux manettes pour faire tomber Fillon. L'enquête des deux journalistes l'affirme.

OK Corral

Publié le
UMP : la guerre Copé Fillon n'était en fait que le troisième acte d'une guerre Fillon Sarkozy

L'ancien président considère - à tort ou à raison - que Jean-François Copé sera plus facile à "gérer" Crédit Reuters

Atlantico : Dans le livre "Le coup monté" (Plon), paru jeudi 28 mars, vous revenez avec Bruno Jeudy (Journal du dimanche) sur l'élection interne à la présidence de l’UMP du 18 novembre dernier et la violente crise politique qui s'en est suivie. "Tout le monde a triché", vous a déclaré Alain Juppé. Est-ce votre sentiment ?

Carole Barjon : Entendons-nous bien. Juppé dit que "tout le monde a triché" mais il ne met pas sur le même plan les triches concernant, par exemple, les procurations et la disparition pure et simple des résultats de trois fédérations dans le décompte final. Il fait une différence très claire et je suis assez d'accord avec sa manière de voir.

Il y a manifestement eu des irrégularités des deux côtés, mais il faut bien mettre à part l’escamotage des résultats dans trois fédérations. Ce n'est pas du même niveau.

Dans ce livre, vous développez la thèse selon laquelle Jean-François Copé, avec la complicité de Nicolas Sarkozy, a tout mis en œuvre pour empêcher François Fillon de devenir le leader de l'UMP. Il ne s'agissait, selon vous, ni d'une "simple bataille de coqs", ni "d'une représentation théâtrale" mais d'un "combat à mort". Pourquoi Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy se seraient-ils donné tant de mal pour barrer la route à François Fillon ?

Nicolas Sarkozy a confié à Edouard Balladur (que nous avons vu le 15 janvier) que François Fillon était le candidat le plus dangereux pour lui s'il voulait revenir dans la course pour l'élection présidentielle de 2017. L'ancien président considère - à tort ou à raison - que Jean-François Copé sera plus facile à "gérer", comme il l’a dit à Henri Guaino. François Fillon est celui que Nicolas Sarkozy "redoutait le plus" selon les termes employés par Edouard Balladur.

En juin dernier, Roger Karoutchi (un proche de Copé) avait donc délivré un petit message en provenance de Nicolas Sarkozy à François Fillon, avant que les candidats se déclarent. Il lui avait expliqué que ce n'était pas une bonne idée qu'il se présente et qu'il allait "s'abîmer" dans cette campagne.

Sarkozy, qui veut essayer de revenir si les circonstances le lui permettent, pense que ce serait plus difficile pour lui si Fillon tient les rênes de l'UMP. Il estime que son ancien Premier ministre s’emploierait alors à "désarkoyser" le parti et à le "fillonniser". De ce point de vue là, il estime que Copé est moins dangereux car ce dernier a fait campagne "dans la roue" de Nicolas Sarkozy et dans la fidélité au sarkozysme.

Vous assurez que cette bataille était "déjà le troisième acte d'une guerre Sarkozy-Fillon" et que l'ex-chef de l'Etat a tout fait pour affaiblir son ancien Premier ministre. Porte-t-il une responsabilité directe dans le fiasco des élections internes de l'UMP ?

Non, pas directe. Après les tentatives de Nicolas Sarkozy en amont, chacun des deux candidats porte sa part de responsabilité à des niveaux et à des moments différents. Il faut évidemment prendre en compte la campagne de chacun des deux candidats. Il est clair que Jean-François Copé a fait une bonne campagne, adaptée au terrain et à la cible qu'il visait : les militants de l'UMP.

En revanche, François Fillon s'est montré très sûr de lui. Manifestement trop. Lui qui pensait être élu président de l'UMP haut la main en sortant de Matignon a fait une campagne de second tour de présidentielle. Sa stratégie de campagne n'était pas adaptée au public qui allait voter et sa motivation semblait moindre que celle de Copé. Au fil du temps, il a d'ailleurs perdu du terrain dans les sondages alors que Copé montait. Même si ces sondages ne valaient pas grand chose (les sondages ont été réalisés auprès des sympathisants UMP,  alors que seuls les militants avaient le droit de voter à cette élection, NDLR), il devenait envisageable que Copé l'emporte.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 31/03/2013 - 10:06 - Signaler un abus L'enquête des deux journalistes l'affirme.

    Alors...Jeudy qu'il faudrait être Barjon pour faire des commentaires.

  • Par ZOEDUBATO - 31/03/2013 - 10:29 - Signaler un abus Pour sauver Hollande, son clan, l'idéologie réactionnaire,

    destructrice et assujettissante des gauches il faut "tuer" le Président SARKOZY qui a eu le tort de vouloir une France moderne sans les nantis et leurs florilèges de privilèges, de monopoles et de pouvoirs de nuisance NS a été battu par ceux qui ne voulait pas : - remettre les citoyens au coeur de la vie publique, - refonder une France apaisée et basée sur le confiance, - mettre en palace des projets donnant des espérance d'avenir Oui il n'a pas tout fait et pas été aussi vite qu'il aurait fallu, mais il a agi , à chercher des alliances autour de l'intérêt général en nommant des opposants à des postes importants, en essayant de réguler l'immigration plutôt qu'en risquant de déclencher des mouvements violents, etc . Alors tous les moyens sont bons pour empêcher toutes comparaisons et permettre à la nomenklatura de continuer à s'enrichir en dormant grâce aux impôts des autres : - Harcèlement judiciaire, médiatique, culturel, journalistique, - Procès d'intentions, désignation comme bouc émissaires, - Casse des lois citoyennes, d'égalité et de croissance Mais, pour les citoyens, il reste celui qui a agit et fait progresser l'équité et la justice sociale et FH restera haî

  • Par EOLE - 31/03/2013 - 10:32 - Signaler un abus Après la débandade?

    Ce n'est pas un scoop que Sarkozy manipulait derrière cette élection. on peut se reporter aux commentaires de l'époque sur ce site (les miens en tout cas). Qu'ils le comprennent ou non, les trois protagonistes ont tué l'UMP en tant que pôle de rassemblement de la droite dite républicaine. Je pose la question de savoir si un autre mouvement pourra ou non émerger des décombres pour réunir les débris autour d'une personnalité charismatique et non impliquée dans cette débandade.

  • Par MONTCLAR - 31/03/2013 - 10:54 - Signaler un abus Guillemets

    ZOEDUBATO, vous faites bien de mettre des guillemets à "tuer". J'invite tout un chacun à en user également pour encadrer les mots GUERRE CIVILE même (et surtout) lorsqu'il ne s'agit pas seulement de citer les propos imbéciles de Barjot la bien nommée.

  • Par MONTCLAR - 31/03/2013 - 11:03 - Signaler un abus Retour sur le passé

    Il faudrait aussi se demander pourquoi Sarkozy n'a pas changé de Premier Collaborateur au cours du quinquennat. Il y a plusieurs explications possibles. Mais il n'est pas du tout impossible qu'il ait souhaité garder captif un rival potentiel en 2012 : sorti de Matignon, Fillon aurait pu apparaitre naturellement, aux yeux de ceux qui savaient depuis longtemps que la réélection de Sarkozy était très très compromise.

  • Par géodith - 31/03/2013 - 11:12 - Signaler un abus Marre de ces chefs à plumes qui veulent

    prendre la place d'autres chefs à plumes sans s'occuper des Français... 1. se débarrasser au plus vite de l'hippo(potame)président 2. remettre les Français au coeur de la politique par uyne démocratie directe 3.changer les chefs à plumes qui ne jouent qu'a la chaise musicale : 2 mandats et au revoir !

  • Par un - 31/03/2013 - 11:20 - Signaler un abus un

    Je suis Ump Sarko comme Chirac est un "tueur", c'est normal, la lutte personnelle, pour le pouvoir, a toujours existé, aussi bien à gauche qu'à droite ! Maintenant, la loyauré, ça existe, que Sarko a agi en coulisse, peut-être, mais je ne suis pas sûr de la loyauté de Fillon.(surtout quand on constate la lutte Copé-Fillon). Sarko est de droit de se représenter en 2017, Fillon et cie doivent faire la primaire Ump, et on verra ! Fillon a été le collaborateur de Sarko, rien d'autre, c'est Sarko qui a la responsabilité de 2007 à 2012. On verra d'ailleurs que Z'Ayrault n'est rien d'autre vis à vis du Pingouin, car, ne nous trompons pas, les décisions partent de l'Elysée, le premier ministre est un exécutant, un coordinateur des ministres,rien d'autre ! On en aura la preuve, bientôt, car tout se sait !!

  • Par toupoilu - 31/03/2013 - 11:32 - Signaler un abus .

    Pour regagner en 2017, face a Hollande et a Le Pen, il faudra faire l'inventaire. Et pour ça il faut quelqu'un qui affiche son indépendance et sa liberté.

  • Par dedroite - 31/03/2013 - 11:52 - Signaler un abus @toupoilu

    Pour regagner 2017 l'UMP doit disparaitre avec son sarkosysme sinon nous aurons Melenchon ou Le Pen, à moins que Hollande nous fait des miracles d'ici là

  • Par Benvoyons - 31/03/2013 - 12:00 - Signaler un abus Un bien meilleur livre de journaliste France Orange Mécanique

    où le laisser faire Socialomarxiste. Du Tonton Baiseur au Caton 1°

  • Par Benvoyons - 31/03/2013 - 12:04 - Signaler un abus MONTCLAR - 31/03/2013 - 09:54 - Même avec des guillemets

    nous en sommes très proche. Sortir les Socialomarksistes est la seul chance pour la France.

  • Par fentreti - 31/03/2013 - 12:17 - Signaler un abus Fillon est un nul

    Il n'a rien fait pendant 5 ans en tant que 1er ministre , et il ne fera jamais rien , tout simplement parce qu'il ne sait rien faire, c'est un bon à rien , qui ne parle que pour dire des conneries, comme mettre la retraite a 65 ans , alors que ce profitteur, utiliser grassement l'argent de l'état pour prendre l'avion tous les week end , souvenez vous .

  • Par aghiol - 31/03/2013 - 12:51 - Signaler un abus Le scoop

    2 Journaliste de la galaxie rose qui font des enquètes sur la droite ! "Impartialité" et révélations assurées ,secouez vous les gogos ...

  • Par Rollonrolloff - 31/03/2013 - 13:19 - Signaler un abus S/Chef

    Fillon, tête de c.. N'a jamais été qu'un sous-chef de bureau de sous-préfecture... Quant à Sarkosy cela n'a jamais été qu'un second couteau de très petite envergure genre Iznogood qui a cru qu'il allait devenir Calife ... Il l'a été mais les français ont enfin ouvert les yeux sur ce triste félon... L'UMP est vraiment tombée bien bas!

  • Par CN13 - 31/03/2013 - 14:26 - Signaler un abus Dès l'annonce "probable" d'un retour de NS

    les journaleux de gauche se dépêchent de trouver des espèces de "truc" pour empêcher le Président Sarkozy de revenir. Mais PERSONNE ne sait vraiment s'il veut ou s'il a envie de revenir. çà se met en rang serré pour broder des histoires à nous endormir. Cà explique pourquoi Hollande a tellement la trouille. Son unique but a été de l'antisarko avant, pendant la campagne présidentielle... et après. Et çà continue... ! Nous ne sommes pas dupes, messieurs les journalistes.

  • Par toupoilu - 31/03/2013 - 16:03 - Signaler un abus Je precise que je n'ai rien contre Sarkozy

    il peut revenir, s'il le veut. Mais pour ça, il faut qu'il me séduise a nouveau, et ce ne sera pas avec les promesses de 2007 ou la campagne de 2012. Et il faudra aussi qu'il me donne la certitude qu'il a changé. Et comme je pense qu'il ne le peut pas....

  • Par Muscul - 31/03/2013 - 17:18 - Signaler un abus Retour de N.S

    Bonjour, Ok Sarko revient,mais: 1)la droite n'a tiré les leçons de sa défaite de 2012. 2)Il faut purger la presse et les médias,faire une chasse aux sorcières,sinon tout recommencera comme avant. A bon entendeur.

  • Par Mamounette - 31/03/2013 - 17:27 - Signaler un abus Et la Nouvelle Calédonie

    Pour ma part, ce que je retiens du 18 novembre et des jours qui ont précedé, nous avons eu le droit à un matraquage des fillionistes, il fallait être "con" pour ne pas comprendre. Le 17, réception d'un SMS donnant Fillion vainqueur à 60-70%. Le lendelma

  • Par Mamounette - 31/03/2013 - 17:31 - Signaler un abus Et la Nouvelle Calédonie

    Le lendemain, 18 j'étais à ma fédération à 19h00 Estrosi est venu annoncer Fillion vainqueur, je regardais par -dessus les épaules de ceux qui avaient des tablettes. Il y a eu trois fédérations d'oubliées, celà fait sourire, mais la commision de recours a annulé les votes de la Nouvelle Calédonie, au motif suivant : il ne devait pa

  • Par Mamounette - 31/03/2013 - 17:52 - Signaler un abus La suite

    Je n'ais pas de chance avec mon micro Il ne devait pas y avoir de votes par correspondance, hors il y en a eu d'où le motif d'annulation des votes. Fillion était tellement sur d'être élu que sa campagne ne fut pas extraordinaire. Copé a mouillé la chemise. Ce que je n'ai pas apprécié chez Fillion, il a fait perdre la 4ème de la Sarthe,car MOnsieur voulait la Mairie de Paris qui soit dit en passant ne l'intéresse plus, la présidencej de l'UMP non plus, il vise la présidence de la République. Sait-il ce qu'il veut ? Je ne souhaite pas le retour de Nicolas, car je crains qu'il y ait le même déchainement médiatique qu'en 2007. Le PS dit que la droite ne supporte pas l'élection de FanFan la teinture, le PS n'a jamais admis l'élection de Sarko, son pire défaut : ne pas faire partie de l'Enarchie. Le PS miaule car maintenant c'est le Hollandebashing, celà ne les génait point quand il mettait Sarko plus bas que terre. c'est le retour du balancier. La presse se déchaine dans Le Monde .fr les messages de lecteurs contre Hollandouille 1er passent. Serait ce que le Rotweiller ne musele plus la presse, comme elle faisait pendant la campagne électorale, elle contribuait à tromper les français.

  • Par Iker - 01/04/2013 - 07:44 - Signaler un abus la lecon

    La seule lecon que j ai retenue de cette election et de la suite est que ni Cope ni Fillon n ont donne l image d homme d etat.

  • Par chris05 - 01/04/2013 - 08:43 - Signaler un abus midi à quatore heures

    Personne n’aurait imaginé que le résultat de l’élection interne à l’ump serait si serré ce qui laisse un gros doute sur la théorie du complot. Tout cela aurait pu largement être évité avec une organisation sans faille et avec un pointage rigoureux et un chef de la cocoe qui s’impose vraiment. Les déclarations contradictoires de monsieur Gelard responsable de l’organisation du vote prouvent amplement son incompétence à organiser, à gérer l’élection et tout le mal vient seulement de là. Copé a fait une excellente campagne et su trouver le discours qu’attendais les militants et pendant ce temps-là Fillon sur de sa victoire prédite par des sondages réalisés auprès de sympathisants s’endormait sur ses lauriers .Cette élection évidemment n’était pas pour Fillon qui a détruit sa réputation en un clin d’œil sur des clopinettes.

  • Par Papy Geon - 01/04/2013 - 10:17 - Signaler un abus « Le coup monté »… contre qui ?

    « les sondages ont été réalisés auprès des sympathisants UMP, alors que seuls les militants avaient le droit de vote » Première remarque : le résultat du vote signifie que les militants ne représentent pas les sympathisants. Deuxième remarque : le fait qu’il y ait eu tricherie discrédite pour longtemps celui qui a été élu. Ce fait a dégoûté de nombreux sympathisants. En conséquence, ceux qui avaient voté N.S. par défaut en mai 2012, malgré sa dangerosité au niveau guerrier, et l’actualité a depuis confirmé leurs craintes, hésiteraient à récidiver s’ils adhèrent aux propos (probablement « arrangés » et sortis de leur contexte, comme d’habitude) présentés dans le livre. Pour qui voteraient-ils ? Pas pour un moulin à vent ni un derviche tourneur! Pas pour un représentant de faussaires et de voleurs! Ils sentent que leur situation s’aggrave, avec aujourd’hui un président qui n’est pas celui de tous les Français, mais uniquement celui de quelques minorités agissantes, soutenu par des staliniens. A propos de ce livre, et compte-tenu de ses auteurs, ce n’est probablement qu’un autre « coup monté » pour discréditer par ricochet des personnes n’appartenant pas à ces cercles obscurs.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Carole Barjon

Carole Barjon est rédactrice en chef adjointe à la rubrique politique, chargée de l’Elysée et de la droite au Nouvel Observateur.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€