Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

D’Ukraine en Printemps arabes : révolutions inutiles et interventions chaotiques

Tunisie, Libye, Egypte, Syrie, Ukraine : ces cinq Etats ont accouché, à partir de 2011, de mouvements "révolutionnaires" qui devaient tous transformer leur pays et améliorer la situation. Et bien c'est raté !

On n'arrête pas le progrès...

Publié le
D’Ukraine en Printemps arabes : révolutions inutiles et interventions chaotiques

Tunisie, Libye, Egypte, Syrie, Ukraine : ces cinq Etats ont accouché, à partir de 2011, de mouvements "révolutionnaires" plus ou moins spontanés, plus ou moins nationaux, qui devaient tous transformer leur pays et améliorer la situation. Aujourd’hui, force est de constater leur échec complet. Certes, il ne fait aucun doute que les régimes objets de la vindicte populaire aient été autoritaires ou dictatoriaux, policiers ou répressifs et, pour la plupart, corrompus. C’est une réalité. La contestation et les aspirations au changement étaient donc tout à fait légitimes.

Mais nous avons montré que la spontanéité de ces "révolutions" était largement factice (2) et que celles-ci s’inscrivaient dans une stratégie conçue outre-Atlantique afin d’installer les Frères musulmans au pouvoir partout au Moyen-Orient. Nul ne peut nier non plus que ces "révolutions" n’ont connu succès et retentissement que dans les pays où les régimes en place déplaisaient à Washington. Aucun allié des Américains - notamment l’Arabie saoudite et le Qatar - n’a connu de tels phénomènes et la révolution populaire au Bahrein a été réprimée dans le sang sans que l’Occident ne trouve quoi que ce soit à y redire. Deux poids, deux mesures.

Qu’en est-il quatre ans plus tard ? A quoi ont servi ces révolutions ? Force est de constater qu’elles n’ont servi à rien. Si la vie quotidienne n’était pas idyllique auparavant dans tous ces pays, la situation est aujourd’hui bien pire – à l’exception notable de l’Egypte - que celle qui existait avant 2011 : ces Etats sont durablement désorganisés, détruits, divisés. Les conséquences de ces révolutions ont été l’expansion de l’insécurité (guerre civile, terrorisme) et de la criminalité (assassinats, enlèvements, trafic d’armes, etc.), l’effondrement économique (cessation d’activités, départ des entreprises étrangères, destruction des infrastructures, etc.) et l’exode des populations (départ de travailleurs étrangers, réfugiés, migration vers l’Europe), l’expulsion des minorités religieuses (principalement chrétiennes) et la destruction de sites inscrits au patrimoine mondial de l’humanité.

Si nous ne saurions regretter les autocrates déchus, il convient de rappeler qu’en dépit des nombreuses turpitudes du clan Ben Ali-Trabelsi, la Tunisie vivait mieux avant sa révolution. Son tourisme était florissant et l’implantation sur son sol d’entreprises européennes contribuait à son développement.

Sous Kadhafi, la Libye avait le plus haut niveau de revenus par tête de toute l’Afrique, les femmes y bénéficiaient du niveau d’éducation le plus élevé de tout le continent ; le pays accueillait 3 à 4 millions de travailleurs étrangers et participait à nos côtés à la lutte contre les djihadistes.

La Syrie sortait lentement de la dictature instaurée par Hafez El-Assad, même si le pays avait mis un terme à une tentative de libéralisation en 2000, consécutive à l’arrivée de son fils Bachar au pouvoir. La situation en Irak, depuis l’intervention illégitime des Etats-Unis en 2003, entre dans cette catégorie et présente les mêmes caractères et les mêmes résultats.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 21/10/2015 - 09:03 - Signaler un abus Un pavé dans la mare

    Il a osé le dire !

  • Par Texas - 21/10/2015 - 14:24 - Signaler un abus Bravo !

    Comme l' affirme cloette , il fallait oser . Sous deux Administrations différentes , les Etats-Unis et l' Occident tout entier , ont fréquentés le Mephistophèles du Pacte Faustien , pour que soit signé ce " F§§§g Deal " Iranien . Nous en paierons le prix , avant d' en perdre nôtre âme . Et l' Arc Moyen-Oriental sera t-il plus sûr pour autant ? .

  • Par Anouman - 21/10/2015 - 21:53 - Signaler un abus Révolutions

    Rien à dire, tout y est. Mais encore beaucoup de gens croient aux versions officielles, bien qu'elles aient de plus en plus de mal à cacher leur incohérence. Comme quoi il y a bien un déficit d'éducation dans les pays occidentaux et notamment en France.

  • Par padam - 22/10/2015 - 17:29 - Signaler un abus soumission

    excellente analyse, de quoi apporter un peu de réconfort aux mânes des grands acteurs de la Diplomatie française d'autrefois qui de l'au-delà doivent regarder avec une profonde tristesse l'incompétence et l'incohérence de leurs successeurs actuels, soumis aux dictats de l'Etranger, du Quai d'Orsay.

  • Par vangog - 22/10/2015 - 22:24 - Signaler un abus Bravo! Quel aveuglement a pu saisir

    les dirigeants des plus grand pays occidentaux, pour réitérer plusieurs fois et sans la moindre analyse de leurs échecs ni remise en question, les mêmes erreurs mortellement dangereuses pour le monde? Le terrorisme intellectuel des immigrationnistes et antifrontieristes?...L'illusion que cinq siècles d'histoire pouvaient être rattrapés en quelques mois?...L'ivresse de la mondialisation?... Comme l'écrit Texas, ces ivresses des deux Bush, de Blair, d'Obama, de Sarko-le-tricheur et de Flamby-le-menteur ont quelque chose de Faustien...un pacte avec le diable pour assouvir leur rêve de toute puissance et d'immortalité? Il n'y aucune explication rationnelle à un tel aveuglement de plusieurs de nos dirigeants, sauf à les croire manipulés par une force invisible et supérieure, mondialisante et sansfrontieriste, qui les pousse à abandonner toute réalité, toute réal-politik , pour assouvir leur mégalomanie universaliste aussi dangereuse que celle d'un Hitler ou d'un Staline...

  • Par Mike Desmots - 23/10/2015 - 07:05 - Signaler un abus Analyse correcte...mais ....

    La "vraie " guerre durable ...puisque intemporelle ...exclue l'occident et sa philosophie géostratégique périmée d'après 1945 ...il s'agit maintenant, bien d'une nouvelle phase, de la guerre religieuse séculaire entre sunnites et chiites .., comme aux temps d' Alamut ..! où 'assemblée des "hachichines " (plus tard en français le mot "assassins") envoyait leurs islamikazes tuer les Vizirs de Bagdad (lire sans modération le livre Alamut ,de Vladimir Bartol ,écrivain slovène ,1938) , disons schématiquement (pour faire simple) ,que la carte des frontières de la décolonisation commence a voler en éclats ...autant a cause ou grâce à Daech et ses ramifications , que part les comportements ataviques des leaders religieux chiite/sunnite ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Denécé

Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€