Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Uber, Ryanair, Airbnb : les pionniers de la nouvelle économie dans la tempête : les modèles ne sont pas menacés, loin s’en faut...

Les pionniers de la nouvelle économie sont terriblement secoués par des dysfonctionnements, des scandales, des rumeurs, mais le potentiel du modèle n’est pas menacé pour autant.

L'essentiel y est

Publié le
Uber, Ryanair, Airbnb : les pionniers de la nouvelle économie dans la tempête : les modèles ne sont pas menacés, loin s’en faut...

En quelques mois, tout se passe comme si les entreprises les plus emblématiques de la révolution digitale avaient été déboulonnées de leur piédestal. Dysfonctionnements techniques, accusation de malversations, rumeur de scandale, problèmes sociaux, juridiques et fiscaux, accusation de détournements de fonds et d’escroquerie, Uber et Ryanair ont accumulé tous les ennuis possibles et imaginables au point de s’affaiblir gravement et remettre en question leur survie. Airbnb est bien parti pour provoquer autant d’inimitiés.

Les symboles de la nouvelle croissance plient mais ne cassent pas. Pour beaucoup d’observateurs, ce qui se passe chez Uber ou Ryanair sonne la fin de l’aventure. Pour d’autres, ce qui leur arrive ne sont que des vicissitudes comme en ont rencontré tous les innovateurs de l’histoire. L’innovation gène, et ceux qu’elle dérange se défendent. Fernand Braudel, formidable historien n’a pas pu étudier l’exemple de Uber ou de Airbnb, mais il a tellement bien décrit le cheminement douloureux de la modernité depuis deux siècles qu’il faut le relire pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui. « Douloureux pour quelques uns, mais tellement bénéfique pour le plus grand nombre ».

Uber, le monde entier connaît. Uber a inventé l’économie du partage dans le secteur du transport automobile. A partir d’une application informatique, Uber a installé à l’échelle de la planète la location de voiture avec chauffeur et ça a marché. Partout des milliers de chauffeurs ont crée leur emploi en prenant cette application. Avec un service au client redéfini et modernisé, des prix attractifs et transparents, une gestion du parc ultra-simplifié, Uber a connu un succès rapide et considérable. Les clients ont plébiscité la formule, parce que la formule correspondait à un besoin de mobilité dans les zones urbaines qui n’était pas ou mal satisfait. Uber a créé dans chaque pays développé des flottes de voitures et des milliers d’emplois. C’est le client qui a fait le succès de Uber.

Le fondateur, lui, Travis Kalanick a installé « la fonction de production » à coups d’énergie, de transgressions aussi dans tous les domaines au point de se rendre détestable aux yeux de l'establishment des affaires, des syndicats, des actionnaires.

Mais ce succès a évidemment dérangé beaucoup d’habitudes, beaucoup d’activités aussi abritées par des règlementations corporatistes. Les professionnels du taxi se sont révoltés, comme les cochers s’étaient révoltés au début du siècle contre les automobiles. Il a sans doute fallu violer certaines règlementations ou les adapter. Il a surtout fallu que les professionnels traditionnels du métier se rendent compte que, si Uber avait du succès c’était parce que le client achetait Uber. Dans beaucoup de villes, les professionnels ont joué le jeu de la concurrence et se sont adaptés. C’est le cas de Paris. Dans d’autres villes, les taxis ont obtenu des protections renforcées, comme à Londres très récemment.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€