Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 31 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tsunami mobile : 5 milliards d'utilisateurs pour les sites Internet sur smartphones d'ici 2015 !

L’accès à Internet se concentre de manière irrésistible et ascendante sur les appareils mobiles. En effet, la démocratisation du Smartphone et des tablettes accroit chaque année le nombre d’utilisateurs à privilégier la mobilité à l’ordinateur traditionnel pour Internet.

Connectés

Publié le

L’internet mobile sonne-t-il le glas de l’internet fixe ?

Un monde où l’ordinateur traditionnel n’est plus et où les usages se concentrent exclusivement sur des appareils de mobilités, smartphones et tablettes numériques ? Une réalité qui pourrait s’imposer sur un horizon de très long terme dans le monde, tant la tendance en faveur de la mobilité semble implacable pour l’ordinateur. Ce dernier connaitra-t-il un destin similaire à celui du minitel ? (qui vient récemment de disparaitre dans une totale indifférence). L’internet mobile ne fait qu'amplifier un mouvement qui est déjà bien amorcé.

Les États-Unis en pointe

D’ici à 2015, les Américains seront plus nombreux à privilégier l’accès à internet en mobilité que le toujours incontournable ordinateur, selon International Data Corporation, une entreprise spécialisée dans la recherche marketing.

Le web mobile devrait connaitre une croissance annuelle à deux chiffres en nombre d’utilisateurs, un consensus se dégageant autour du chiffre de 5 milliards de personnes utilisant au quotidien l’internet mobile en 2015 dans le monde.

L’incontournable adaptation des entreprises

Les marques ont tout intérêt à accompagner l’essor du web mobile, avec un champ de possibilités immense en matière de marketing et de publicité. La géolocalisation pour les campagnes publicitaires par l’internet mobile devrait s’imposer comme une innovation majeure pour les annonceurs, qui bénéficient de moyens de ciblages d’une précision remarquable en adoptant cet outil, renforçant d’autant l’efficacité de leurs actions en publicités pour un coût réduit. De quoi aussi renforcer le lien de proximité avec le consommateur pour les marques.

La France en retard

Un modèle économique rentable devrait percer, dans un domaine où les acteurs cherchent encore leurs marques. Une première étape qui apparait comme une base essentielle consiste en des sites optimisés pour Smartphones, à défaut d’une application mobile qui a le mérite d’une fidélisation durable et d’un trafic plus conséquent. Et le bât blesse en France à ce niveau.

Une étude publiée par Google en 2011 faisait état d’une moindre adaptation des entreprises françaises au web mobile, avec seulement 12 % d’entre elles ayant opté pour la création d’un site web optimisé pour Smartphone contre près de 32 % aux États-Unis. La technique et les difficultés de ciblages sont les deux raisons majeures invoquées pour expliquer ce peu d’appétence pour le web mobile. Un attentisme qui devrait rapidement s’effacer à mesure que ces appareils gagneront du terrain sur l’ordinateur dans l’hexagone. Le train de retard habituel sur les États-Unis ne fait donc pas exception dans ce domaine.

Les Français plébiscitent les systèmes d’exploitation Android

Les dernières données publiées sur les parts de marché en trafic web des systèmes d’exploitation établissent l’hégémonie d’iOS d’Apple dans le monde. Il concentre ainsi près de 65,27 % du trafic web mobile contre seulement 19,7 % pour Android sur le mois de juin 2012. La domination d’Apple sur les tablettes mobiles explique cet état de fait (54,7 % des ventes de tablettes dans le monde au dernier trimestre 2011), avec une navigation plus aisée que sur Smartphones.

La France renverse néanmoins la tendance en faveur d’Android, une étude Médiamétrie e-Stat fait apparaitre un trafic web de 57,3 % en provenance d'un système d’exploitation Android contre 36 % pour iOS. La présence massive d’Android sur de nombreux modèles de Smartphone, alors qu’iOS se cantonne aux références de marque Apple ainsi que le succès d’appareils à l’image de la série des Samsung Galaxy suffit-il à expliquer la domination d’Android sur le marché français ? Où s’agit-il d’une approche méthodologique radicalement différente pour Médiamétrie ?

Quoi qu’il en soit, les deux études s’accordent sur un point, iOS et Android sont les deux acteurs majeurs sur le trafic mobile, laissant très loin derrière BlackBerry Os et Windows Phone. Le succès du Nokia Lumia est encore loin d’effacer les difficultés de Microsoft à imposer son système d’exploitation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 09/07/2012 - 13:02 - Signaler un abus Sites non optimisés

    Effectivement, j'ai essayé de consulter une page d'information internet sur mon nouveau téléphone : pour l'instant c'est impossible. J'ai regretté d'avoir dépensé 30 euros de plus pour un modèle "wifi".

  • Par Hildegarde - 09/07/2012 - 14:14 - Signaler un abus Pas d'illimité

    Les opérateurs de téléphonie mobile ont identifié leur principal ennemi, à savoir l'accès haut débit illimité sur le fixe. Ils refusent d'aligner les abonnements mobiles sur ce qui se fait en fixe. Ils étudient donc très sérieusement la possibilité légale de casser les abonnements fixes actuels et leur accès illimité. Au delà d'une utilisation qu'ils considéreront comme raisonnable (adieu le partage en P2P 24/24) , votre ligne Internet fixe sera bridée et vous reviendrez au bon temps des modems à 64Kbits/s. Ils espèrent que cela fera basculer leurs clients du fixe où les marges sont très faibles, vers le mobile où les marges sont énormes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Romain Chiaramonte

Romain Chiaramonte a travaillé dans de nombreux secteurs d'activité, suite à des études de commerce. Il se consacre aujourd'hui à l'édition de contenu et au journalisme pour plusieurs spécialistes sur internet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€