Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Trump, militaires, 14 juillet, Nice : la "grande pièce de théâtre" d'Emmanuel Macron

La première journée du 14 juillet d'Emmanuel Macron en tant que président de la République a été chargée. Entre le traditionnel défilé sur les Champs Elysées en présence de Donald Trump et la cérémonie commémorative de l'attentat de Nice, Emmanuel Macron a été sur tous les fronts.

14 juillet

Publié le
Trump, militaires, 14 juillet, Nice : la "grande pièce de théâtre" d'Emmanuel Macron

Atlantico : Que retenir de cette première journée du 14 juillet qu'a vécu Emmanuel Macron en tant que président de la République entre Donald Trump sur les Champs Elysées et l'hommage rendu à Nice ? 

Eric Verhaeghe : Essentiellement qu'il s'agit d'une opération de communication qui tourne à la pipolisation excessive du 14 Juillet. On a beaucoup vu les images sur le dîner à la Tour Eiffel la veille, puis une sorte de grande pièce de théâtre le 14 juillet, commencée à Paris avec un défilé, suivie d'une signature géante d'autographes, et terminée par une séquence émotion à Nice. Le 14 Juillet, qui est une fête de l'émancipation, de la Révolution, s'est muée en une séance de neutralisation de la liberté de penser par la victoire de l'émotion. 

On peut d'ailleurs s'interroger sur l'objectif politique de ce genre d'événements.
Emmanuel Macron souhaite-t-il hypnotiser l'opinion par des images grandioses mais trompeuses? Cherche-t-il à mettre en place un rideau de fumée pour détourner l'attention de l'opinion? J'en suis intimement persuadé. 

 

Notre président jupitérien risque-t-il  aux feux de la mise de la mise en scène de sa puissance ?

D'abord, rien ne prouve que les Français soient dupes de cette tactique. Et c'est un premier risque pour le Président: celui d'une profonde perte de crédibilité, avec le sentiment croissant d'une vacuité des images qui sont proposées, et de leur profond décalage avec la réalité du pouvoir. Prenons l'exemple de la fiscalité. Il n'est pas sûr que la séance de twist à laquelle nous avons assisté et qui n'est probablement pas finie contribue à la confiance des Français. Disons même qu'elle peut déboucher pour le Président sur un violent retour de bâton. Macron use et abuse de la technique du grand discours pompeux qui flatte le narcissisme français. Sa rhétorique finit par tourner en rond et la ficelle est plus en plus agaçante. Il s'expose en ayant trop fréquemment recours. 
 
Ensuite, le Président se déconnecte peu à peu de sa propre réalité. Il se mure dans un monde d'images et d'illusions où il est tout puissant. C'est le syndrome Jospin. Macron, comme Jospin, cède à la tentation de s'entourer de gens qui lui disent ce qu'il a envie d'entendre. Peu à peu, il organise le divorce entre la Président et l'opinion, et ce ne sont pas les quelques selfies ou les quelques autographes qu'il signe après ses discours qui y remédieront. La folie du pouvoir vient vite et c'est une bombe à retardement. Le coup de menton donné devant l'armée en est un symptôme. Macron n'admet pas la critique, il la déteste, la pourchasse. Et cette volonté de ne plus entendre que des paroles complaisantes est probablement aujourd'hui son premier point de risque. 

Est-ce que finalement il n'y a pas beaucoup d'images fortes mais peu de résultat ? N'est-ce pas de toute façon le but de cet exercice présidentiel ? 

L'objectif est bien de meubler le vide et de redonner un faste aristocratique au pouvoir en dissimulant l'essentiel: l'absence de stratégie durable. Il est d'ailleurs très probable que cette politique de communication soit menée sans malice. Emmanuel Macron ne pratique pas la communication faute de résultats. Il pense que l'essence même de la politique, c'est la communication fastueuse. Il me semble que le projet macronien se définit par un substrat qui est la mise en scène. En toute bonne foi, je crois que le Président considère qu'il n'est de pouvoir sans mise en scène et, qu'en France, il n'est de pouvoir efficace sans mise en scène aristocratique. Macron mesure son efficacité, sa réussite à cette aulne. De ce point de vue, ce que vous appelez les résultats lui paraissent secondaires, ou en tout cas pas plus importants que l'effet de communication. 
Non, la question me paraît de savoir s'il reste vraiment beaucoup d'images fortes. Certes, on a vu Trump sur les Champs-Élysées. Certes, on a vu des gens pleurer à Nice. Cela suffit-il à constituer "beaucoup d'images fortes"? Le grand risque pour le Président est de lasser, de banaliser le faste, et d'y rendre les Français indifférents, à force de vouloir gouverner par l'image. 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Michèle Plahiers - 15/07/2017 - 12:08 - Signaler un abus Après

    le camion bélier" de la promenade des anglais (connaissez-vous l'expression: le retour des anglaises?), le tigre du Bengale ou de papier????

  • Par tananarive - 15/07/2017 - 12:11 - Signaler un abus Bling bling.

    Les Français ont viré un bling bling que vont ils penser du suivant à la puissance 10. On verra dans cinq ans le résultat du comédien et de sa metteuse en scène.

  • Par Michèle Plahiers - 15/07/2017 - 12:14 - Signaler un abus Artifice

    ou symbolique. Tout psychologue qui soigne les psycholtiques sait l'imoortance du symbole qui contient la violence. Père de la nation ou "la petite fille aux allulettes d'Andersen",.... ??? Le père, il est encore trop jeune pour l'incarner,... le frère, non plus, il est dans la verticalité,. Le Tirckster diablotin), Trump s'en charge,... Alors qui. HERMES (ni adulte ni enfant, trompeur mais pour la bonne cause (ette), le 12ème des dieux, le sagittaire est le douzième signe du zodiaque,...).

  • Par Michèle Plahiers - 15/07/2017 - 12:16 - Signaler un abus Blng-bing

    non plus. Il y a une certtain solennité. Loin de la maniaco-dépression de l'époque sarkozienne. C'est contenu dans l'éclat. ON éjacule mais sans dérapage incontrôlé,....

  • Par Ganesha - 15/07/2017 - 13:26 - Signaler un abus Robe

    La robe de Mme Trump était resplendissante, superbe, magnifique !

  • Par ISABLEUE - 15/07/2017 - 14:35 - Signaler un abus theatre

    Tout à fait ça. Les Français ne sont pas dupes Et mauvais acteur avec ça

  • Par vangog - 15/07/2017 - 14:39 - Signaler un abus Oui, trèssexy cette Madame Trump, et un port de tête altier...

    pas comme la maman adoptive du petit Macron,qui marche comme un chimpanzé, tête baissée, et outrageusement maquillée, pour cacher le ravalement de façade...

  • Par Jmet - 15/07/2017 - 15:06 - Signaler un abus Objectif?

    Tous les articles d'Erc Verhaeghe vont dans le même sens : une critique systématique des actions et propos d'Emmanuel Macron, c'est un peu lassant comme tout ce qui est caricatural, c'est un partisan de F. Fillon qui vous le dit, qui n'a voté pour Macron ni au premier, ni au deuxième tour. Quand à moi, je suis surpris agréablement de la posture du président actuel bien plus gaullienne que ses trois prédecesseurs, pour s'en apercevoir il est nécessaire d'enlever les œillères qui semblent vous aveugler.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/07/2017 - 15:38 - Signaler un abus D'ici qu'ils se décident à

    D'ici qu'ils se décident à tourner un film de cul plutôt qu'une pièce de théâtre....... Ils pourront prendre la Marlène Schiappa qu'avalle pas comme conseillère technique.

  • Par Michèle Plahiers - 15/07/2017 - 19:05 - Signaler un abus Art du père, du fils,...ou du sein est pris qui croyait prendre,

    Artifice ou symbolique. Tout psychologue qui soigne les psycholtiques sait l'importance du symbolique qui contient la violence. Père de la nation ou "la petite fille aux allumettes d'Andersen",.... ??? Le père, il est encore trop jeune pour l'incarner,... le frère, non plus, il est dans la verticalité,. Le Trickster diablotin), Trump s'en charge,... Alors qui? HERMES pas encore Trismégiste (ni adulte ni enfant, trompeur mais pour la bonne cause (ette), le 12ème des dieux, le sagittaire est le douzième signe du zodiaque,...).

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 15/07/2017 - 20:24 - Signaler un abus L'Amère Michèle en revient

    L'Amère Michèle en revient toujours à ce qu'elle a compris de la psychologie à la Sigmund........ Soit tu veux niquer ta mère soit tu veux flinguer ton père...... Tu secoues tout ça et tu mélanges avec un peu d'astrologie, et tu en sors un magma incompréhensible .....

  • Par mymi - 15/07/2017 - 20:57 - Signaler un abus Merci van gog

    Je trouve aussi que Madame micron (malgré l'enthousiasme des journaux people) n'a vraiment aucune allure. Il faut lui donner une coach qui lui apprenne ce qu'est un port de tête (en tant que danseuse. J'en parle en connaissance de cause). On dirait qu'elle n'a pas de cou et qu'elle fait toujours la moue. Bon ok et tout le monde s'en tout mais j'avais envie de le dire.

  • Par Deudeuche - 15/07/2017 - 21:24 - Signaler un abus On s'en tape des images

    On veut les 850 millions de retour au budget des armées. Un cirque parisien autour de Macro-president, rien à battre !

  • Par Deneziere - 16/07/2017 - 09:24 - Signaler un abus @ Jmet

    Si vous aimez les postures, oui, c'est vrai, c'est pas mal. Si vous voulez des résultats et des actes forts, la politique Paris-Match ne va pas suffire bien longtemps. Pour autant, ce que fait Micron en ce moment est bien dans le rôle d'un président de Ve république, mais ce que souligne Verhaeghe avec justesse, c'est que pendant ce temps là, et depuis le début, les enmarcheurs au gouvernement, nous rappellent furieusement la lavasse Ayrault-Hollandaise.

  • Par Deneziere - 16/07/2017 - 09:29 - Signaler un abus @mymi

    Bin... en fait, on dirait qu'elle n'a pas de tête, car elle porte toujours des vêtements qui remontent très haut sur le cou, afin de masquer cette partie du corps ou les rides viennent vites et se voient bien. Je ne l'attaquerais pas trop là dessus, la pauvre, cela prend du temps d'apprendre à être vieux. Il faut passer par certaines prises de conscience. Elle devrait se faire coacher par Bernadette Chirac qui pourrait lui refiler quelques accessoires, comme le sac cabas, par exemple.

  • Par Poussard Gérard - 16/07/2017 - 10:02 - Signaler un abus La com ne suffira pas a resorber la dette, et tout ce cirque

    Pour hypnotiser les français. ...Il est toujours étrange de comparer ce freluquet avide de pouvoir, bercé par les litanies de lEna, nourti oar Attali, et ses sponsors financiers et gays a De Gaulle.. Cest faire insulte a ce grand homme au sens propre et figuré mais les medias subventionnés et bâillonnés sont toujours aux ordres...Beurk...

  • Par vangog - 16/07/2017 - 10:11 - Signaler un abus @mymi ses talons-aiguille du 14 juillet...

    étaient franchement ridicules...ils déplacent son centre de gravité vers les jambes qu'elle a faibles, ce qui l'oblige à les écarter dès qu'elle est à l'arrêt, et à se pencher en avant pour voir où elle marche, et pour ne pas tomber sur le dos...tout ceci fait de sa démarche un exercice de mauvais équilibriste, qui tombera, un jour ou l'autre, si elle persiste à ne pas assumer son âge et ses faiblesses...

  • Par cloette - 16/07/2017 - 11:57 - Signaler un abus Melania

    Elle crève l'écran !

  • Par hermine_20 - 16/07/2017 - 12:17 - Signaler un abus @ jmet

    Si certains articles d'Éric vous deconviennent, n'hésitez pas à visiter d'autres médias qui louent macron. On a quand même le droit de critiquer ce personnage narcissique et pourtant, tout comme vous, j'ai voté FF. Sommes nous en démocratie?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€